Paris 2024 présente son Programme des Volontaires

Désireux de mobiliser pas moins de 45 000 personnes sur l’ensemble des sites appelés à recevoir les Jeux Olympiques et Paralympiques dans moins de deux ans, le Comité d’Organisation de Paris 2024 lève aujourd’hui le voile sur son Programme des Volontaires.

Célébration de la cérémonie de passation du drapeau olympique depuis les Jardins du Trocadéro à Paris (Crédits – Paris 2024 / Flora Metayer)

Après avoir dévoilé son slogan, puis les contours de la billetterie au cours de l’été, et avant de présenter la mascotte de l’événement planétaire dans les semaines à venir, le Comité d’Organisation des Jeux (COJO) de Paris 2024 a présenté ce jour le Programme des Volontaires, véritable pierre angulaire du schéma olympique et paralympique de toute Ville Hôte.

Pour chaque édition et pour chaque Comité, le Programme des Volontaires constitue en effet un défi logistique qui s’imbrique de surcroît dans le challenge que représente la tenue même d’un rendez-vous qui se caractérise par la venue de quelques 15 000 compétiteurs olympiques et paralympiques, pas moins de 20 000 représentants des médias venus du monde entier, et bien sûr plusieurs millions de spectateurs, pour assister à des dizaines de compétitions.

Aussi, dans la perspective des Jeux de Paris 2024, les organisateurs français souhaitent s’appuyer sur un contingent fort de 45 000 volontaires aux profils et aux missions variés, soit 30 000 personnes pour les Jeux Olympiques (26 juillet au 11 août 2024) et 15 000 personnes durant les Jeux Paralympiques (28 août au 08 septembre 2024). La parité sera recherchée, tout comme l’encouragement des candidatures de personnes en situation de handicap.

Le recrutement prochain – dans une proportion bien moindre que lors de précédentes éditions estivales – reposera une fois encore sur certains impératifs, comme le fait pour les futurs candidats de parler couramment au moins le français ou l’anglais – soit les deux langues officielles du Mouvement Olympique -, mais également d’être mobilisables au minimum 10 jours pendant la durée des Jeux, et enfin d’avoir 18 ans au 1er janvier 2024, sauf quelques exceptions pour des missions spécifiques où l’âge minimal pourra être abaissé à 16 ans (ramasseurs de balles par exemple).

Présentation des uniformes des volontaires des Jeux d’hiver de Pékin 2022 (Crédits – Beijing 2022)

Pour son Programme des Volontaires, Paris 2024 accélérera le pas tout au long de l’année 2023 et ce, alors que des présélections ont déjà pu avoir lieu au sein des Fédérations sportives, des Collectivités Territoriales labellisées « Terres de Jeux », ou encore des sponsors de l’événement.

Concrètement, une plateforme d’inscriptions réservée au grand public sera ouverte en mars 2023.

A cette échéance, et pour une durée comprise entre 6 et 8 semaines, les personnes intéressées par l’expérience de vivre les Jeux de l’intérieur pourront postuler en complétant un questionnaire mis à leur disposition. Ouvert, celui-ci permettra de déterminer les catégories de missions susceptibles de correspondre à chaque candidat, sachant que ces derniers pourront aussi exclure certaines missions qu’ils ne souhaiteraient pas conduire.

Par la suite, dans le courant de l’automne 2023, une notification sera adressée à chaque candidat lui indiquant si oui ou non une mission de volontariat est attribuée au regard de son profil.

Une période intensive de formation sera ensuite menée pour répondre dans les temps aux exigences d’accueil du plus grand événement au monde, avant que les volontaires ne dispose enfin d’un uniforme conçu de manière éco-responsable par Decathlon, Partenaire Officiel de Paris 2024.

Du côté du COJO, l’objectif espéré est de recueillir entre 120 000 et 160 000 candidatures en provenance de France et de l’étranger. Des chiffres qui pourraient néanmoins être plus importants encore.

A titre de comparaison, Londres 2012 avait enregistré quelques 240 000 candidatures pour 70 000 places disponibles, tandis que Tokyo 2020 avait pu compter sur un panel de près de 205 000 postulants.

Le record absolu reste toutefois détenu par Pékin, à la fois pour les Jeux d’été et pour les Jeux d’hiver. Le Programme des Volontaires des JO 2008 avait ainsi suscité un engouement massif, avec l’inscription de 1,2 million de personnes pour 100 000 places disponibles, avant que celui mis en place dans l’optique des JO 2022 ne comptabilise plus de 960 000 candidatures pour 27 000 places lors des Jeux Olympiques. La voilure avait cependant été réduite à environ 20 000 volontaires en raison des répercussions de la crise sanitaire et des mesures de lutte instaurées en Chine.

Carte des sites mobilisés pour les Jeux Olympiques de Paris 2024 (Crédits – Paris 2024)

Au moment des Jeux, les volontaires seront présents sur l’ensemble des sites mobilisés par Paris 2024, comprenant outre les installations franciliennes, les enceintes de Marseille (Bouches-du-Rhône) pour la voile et le football, Châteauroux (Indre) pour le tir sportif, Bordeaux (Gironde), Lille (Nord), Lyon (Rhône), Nantes (Loire-Atlantique), Nice (Alpes-Maritime), Saint-Étienne (Loire) pour le tournoi de football, sans oublier aussi Tahiti (Polynésie française) pour les épreuves de surf.

Une fois sur place, les dizaines de milliers de volontaires se verront confier des missions réparties dans trois grandes catégories.

La première, compilant 60% des missions, sera destinée à la qualité de l’expérience vécue par les acteurs des Jeux, autrement dit, par les athlètes, les spectateurs, les délégations sportives, les officiels, mais encore les journalistes.

Il s’agira notamment d’assurer l’accueil, l’orientation et l’accompagnement sur les sites ou l’information autour du programme des Jeux. Le transport entre les sites dans des voitures et des minibus réservés sera également l’une des missions consacrées, tout comme l’assistance au personnel médical spécifiquement pour les volontaires justifiant d’un diplôme de médecine.

La seconde catégorie, portant sur 35% des missions, sera davantage au service de la performance sportive.

Il s’agira ici d’intervenir sur l’aire de compétition ou sur le terrain d’entraînement pour par exemple ramasser les balles de tennis à Roland Garros (16ème arrondissement de Paris) ou installer les starting-blocks sur la piste d’athlétisme au Stade de France (Seine-Saint-Denis). La saisie des informations sportives (chronométrages, notations, statistiques) sera aussi l’une des missions confiées aux volontaires des Jeux, de même que l’accompagnement des athlètes, notamment pour diriger ces derniers sur les espaces dédiés à la procédure des contrôles antidopage. Comme pour la première catégorie, l’assistance du personnel médical sera présente, mais cette fois dans un périmètre limité à la polyclinique du Village des Athlètes et aux sites.

Enfin, la troisième et dernière catégorie, soit 5% des missions, visera à fluidifier et à faciliter l’organisation.

Cela se traduira en particulier par la participation des volontaires au processus d’accréditation des journalistes, des délégations sportives ou encore des officiels, à la distribution des équipements comme les uniformes, les casques et les radios, et à l’assemblage et à l’installation du petit matériel de communication dans les stades et les arénas.

Carte des sites mobilisés pour les Jeux Paralympiques de Paris 2024 (Crédits – Paris 2024)

Afin d’encadrer le rôle et les fonctions des volontaires, une Charte du volontariat olympique et paralympique devra être signée par chacun des participants.

Conçue en coopération entre les services de l’État – Ministère du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion, notamment -, le Comité d’Éthique de Paris 2024 et le Comité de suivi de la Charte sociale présidée par Bernard Thibaut, ancien Secrétaire Général de la Confédération Générale du Travail (CGT), elle exposera les droits, les devoirs, les garanties, les conditions de recours, les catégories de missions confiées et les conditions d’exercice s’appliquant aux volontaires qui, par définition, demeureront bénévoles.

Aussi, à raison d’une mobilisation quotidienne d’environ 8 heures, et jusqu’à 6 jours sur 7, Paris 2024 mettra à disposition de ses futures recrues une tenue complète, un repas par jour de mission, ainsi qu’un titre de transport dans le périmètre territorial de l’Île-de-France afin de rejoindre le lieu d’exercice des missions. A l’inverse, les frais liés à l’hébergement ou au transport en province et en Polynésie française ne seront pas pris en charge par les organisateurs.

Il est à noter enfin que le Programme des Volontaires de Paris 2024 sera complété dans une certaine mesure par des programmes spécifiques que les Collectivités Territoriales pourront être amenées à établir à leur échelon respectif et ce, à l’instar de ce qu’ont pu faire par le passé de précédentes Villes Hôtes de l’événement.

A l’aube des Jeux de Tokyo 2020, et avant la pandémie de Covid-19, le Gouvernement Métropolitain de la capitale nippone avait fixé un objectif de 30 000 volontaires pour des actions centrées sur l’accueil et l’information des spectateurs dans les zones aéroportuaires, les gares, et les principaux sites touristiques de la région.

Cœur des Jeux de 2024, la Ville de Paris compte à elle-seule s’appuyer sur 5 000 personnes à l’issue de son propre processus de recrutement.

Laisser un commentaire