JO 2030-2034 : Salt Lake City devrait se positionner d’ici l’été 2022

Avec la clôture en fin de semaine des Jeux Olympiques d’hiver de Pékin 2022, la course à l’édition 2030 pourrait s’accélérer au cours des mois qui viennent. Aussi, engagé dans des discussions sur le terrain, le Comité de Salt Lake City – Utah espère parvenir à un accord pour pouvoir se positionner clairement sur cette échéance d’ici l’été 2022.

Vue de la vasque rénovée des Jeux d’hiver de Salt Lake City 2002 (Crédits – Rice-Eccles Stadium)

Depuis sa désignation par le Comité Olympique et Paralympique des États-Unis (USOPC) en fin d’année 2018, Salt Lake City (Utah) est officiellement candidate pour l’organisation d’une future édition des Jeux d’hiver.

Mais si la faible concurrence internationale a d’abord permis à la Ville Hôte des JO 2002 de se laisser du temps pour réfléchir à la meilleure option à envisager entre une candidature pour 2030 ou pour 2034, la montée en puissance de Sapporo (Japon) et l’intérêt porté sur la première échéance par Vancouver (Canada) et par Pyrénées-Barcelone (Espagne) ont depuis rebattu les cartes.

Salt Lake City entend dès lors profiter de la célébration actuelle du vingtième anniversaire des JO 2002 pour avancer d’un pas plus solide, avec la volonté apparente de viser prioritairement l’échéance de 2030.

Cette semaine, dans le cadre d’une réunion avec des élus de Park City et du Comté de Summit, le Directeur Général du Comité SLC-Utah a d’ailleurs clairement affiché la tendance.

Ainsi que l’a affirmé Fraser Bullock :

Nous voulons 2030.

Cette affirmation franche repose sur une projection de celui qui fut l’une des chevilles ouvrières des Jeux de 2002, à savoir que le Comité International Olympique (CIO) pourrait faire le choix du territoire organisateur en 2023.

Dès lors, il conviendrait que Salt Lake City soit en mesurer de se positionner d’ici l’été 2022 pour espérer convaincre la Commission de Futur Hôte de proposer à la Commission Exécutive d’engager un dialogue ciblé pour 2030, en tenant compte de l’expérience passée, des sites existants et toujours opérationnels, mais aussi de l’adhésion populaire massive et de l’expression d’un large soutien politique et institutionnel.

A ce stade, et parallèlement aux discussions en cours avec le CIO – conformément à la phase de dialogue permanent instauré par ce dernier dans le cadre de sa nouvelle procédure des candidatures – Salt Lake City échange en tout cas avec les représentants de l’USOPC et avec les dirigeants du Comité d’Organisation de Los Angeles 2028, afin de convenir d’un terrain d’entente acceptable pour toutes les parties.

Car si les États-Unis ont sans doute la capacité de tenir l’engagement d’organiser deux éditions consécutives des Jeux, encore faut-il que chacun des acteurs en présence y trouve son compte, particulièrement en ce qui concerne la question du marketing, avec l’importance des futurs partenariats à se partager dans un laps de temps relativement restreint.

Plus que jamais, cette question – qui peut sembler anecdotique mais qui ne l’est pas, bien au contraire – est aujourd’hui au cœur des discussions et impactera dans un sens ou dans l’autre la décision à prendre par le Comité de Candidature qui espère d’ici-là ne pas se laisser distancer par ses rivaux à l’échelle mondiale.

Laisser un commentaire