Paris 2024 : Une Seine olympique pour une Cérémonie d’ouverture spectaculaire

Le 26 juillet 2024, la Cérémonie d’ouverture des Jeux d’été marquera un tournant dans l’histoire olympique. Organisée en dehors d’un stade, la Cérémonie de Paris 2024 se tiendra sur la Seine, devant les grands monuments qui font la renommée de la « Ville Lumière » et en présence d’au moins 600 000 spectateurs. Du jamais vu.

Visuel de la Seine olympique pour la Cérémonie d’ouverture des Jeux de Paris 2024 (Crédits – Paris 2024 / Florian Hulleu)

Lorsqu’en 2018, Buenos Aires (Argentine) s’engage dans la mise en œuvre d’une Cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques de la Jeunesse hors les murs, en plein cœur de la ville et avec plus de 200 000 spectateurs enthousiasmés par l’événement, nombreux furent ceux qui rêvèrent alors d’un tel dispositif pour l’ouverture des Jeux Olympiques dans leur version grand format.

Quelques années plus tard, ce rêve est en passe de devenir réalité.

Ce lundi 13 décembre 2021, le Comité d’Organisation des Jeux (COJO) de Paris 2024 a ainsi levé le voile sur le concept d’une Cérémonie pensée sur la Seine, au travers d’un parcours long de 6 kilomètres entre le Pont d’Austerlitz et le Pont d’Iéna.

Au travers d’une mise en scène encore jamais proposée, les organisateurs tricolores ambitionnent ni plus ni moins que d’attirer au moins 600 000 spectateurs sur les quais hauts et les berges du fleuve de la capitale française.

A l’instar du projet olympique imaginé en parfaite adéquation avec l’histoire et le patrimoine architectural de Paris, la Cérémonie d’ouverture des Jeux sera alors une véritable carte postale animée pour les spectateurs présents in situ, mais aussi pour plus d’un milliard de téléspectateurs à travers le monde.

Dispositif d’embarquement des athlètes face à la Bibliothèque François Mitterrand, au niveau du Pont d’Austerlitz (Crédits – Paris 2024 / Florian Hulleu)

Dans le détail, Paris 2024 a planifié un départ des célébrations au niveau du Pont d’Austerlitz qui relie le 12ème, avec le 13ème et le 5ème arrondissement.

De chaque côté de la Seine, les spectateurs pourront ainsi se rassembler, sur les quais hauts dans une configuration gratuite, ouverte à tous, et sur les berges aménagées en contrebas dans une configuration payante pour laquelle la tarification sera ultérieurement annoncée par les organisateurs.

Les milliers d’athlètes inscrits aux Jeux – qui ne seront évidemment pas en reste – embarqueront pour leur part sur environ 160 bateaux, pour une traversée de la ville en longeant les plus beaux monuments pendant 45 minutes, comme la cathédrale Notre-Dame de Paris – reconstruite à horizon 2024 après le terrible incendie du 15 avril 2019 -, le Musée du Louvre, le Musée d’Orsay, les Invalides, le Grand et le Petit Palais et bien sûr, la Tour Eiffel, symbole par excellence de Paris et de la France.

Tout au long de ce parcours d’exception, des barges-spectacles pourraient aussi être disposées, tandis que 8 à 10 ponts emblématiques – de même que certains monuments – pourraient également recevoir diverses animations, entre performances artistiques et démonstrations sportives.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pour assurer ce spectacle grandiose et novateur dans sa forme, les organisateurs prévoient par ailleurs l’installation de 80 écrans géants sur l’ensemble des 6 kilomètres du parcours et la mobilisation de moyens technologiques de pointe et ce, afin d’offrir aux spectateurs une expérience la plus complète et immersive possible.

Mais si le défilé des athlètes et les célébrations envisagées sur la Seine promettent d’ores et déjà des images qui marqueront les esprits, le point d’orgue n’en sera pas moins spectaculaire.

Pour preuve, Paris 2024 souhaite sanctuariser la perspective historique entre le Trocadéro (16ème) et la Tour Eiffel (7ème) pour parachever des festivités qui devraient durer plus de trois heures. Une fois débarqués au niveau du Pont d’Iéna, les athlètes des 206 délégations rejoindront des tribunes agencées en fer à cheval dans les Jardins du Trocadéro pour un final en apothéose.

La scénographie envisagée dans les Jardins du Trocadéro, face à la Tour Eiffel, pour le point d’orgue de la Cérémonie d’ouverture des Jeux (Crédits – Paris 2024 / Florian Hulleu)

Face à la « Dame de Fer », les athlètes et les spectateurs pourront dès lors assister aux discours du Président du Comité International Olympique (CIO) et des officiels, avant que la vasque olympique ne s’embrase à proximité, garantissant – là-encore – des images sensationnelles, avec sans doute les anneaux olympiques disposés en majesté sur le célèbre monument.

Comme l’a affirmé Yiannis Exarchos, Directeur Général de l’Olympic Broadcasting Services (OBS) chargé d’assurer la diffusion de l’événement planétaire :

Paris 2024 repousse les limites de la Cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques d’une manière originale et fascinante, en amenant la parade des athlètes au cœur de la ville, et en faisant tomber les frontières entre spectateurs et athlètes.

En tant que diffuseur hôte, OBS se réjouit d’avance de donner vie au décor iconique de la ville, et de faire partager ce spectacle unique sur la Seine aux téléspectateurs du monde entier, grâce à une histoire innovante et à des technologies immersives.

La scénographie envisagée dans les Jardins du Trocadéro, face à la Tour Eiffel, pour le point d’orgue de la Cérémonie d’ouverture des Jeux (Crédits – Paris 2024 / Florian Hulleu)

Pour mener à bien ce projet ambitieux, le COJO et l’ensemble des instances associées – à savoir le CIO bien entendu, ainsi que la Ville de Paris, le Comité National et Sportif Français (CNOSF) ou encore les services de l’État – ont œuvré durant un an, avec en particulier la tenue de 50 réunions de travail.

La réflexion engagée, et qui fut officialisée à l’été 2021 par le Président de la République, Emmanuel Macron, en marge des Jeux de Tokyo 2020, a depuis permis d’aboutir à l’établissement d’un protocole validé par toutes les parties au projet.

Désormais, ces mêmes parties vont devoir s’atteler à la mise en place effective de ce qui constitue un défi sans précédent pour une Ville Hôte des Jeux au niveau de la logistique et de la sécurité. Les mois à venir devraient d’ailleurs conduire à affiner ces challenges et celui de l’investissement budgétaire.

D’ores et déjà, le COJO a fait savoir que le coût de la Cérémonie d’ouverture serait intégrée à la matrice budgétaire du Comité d’Organisation, financé à 97% par des recettes privées. Une façon de rassurer l’opinion publique quant aux dépenses à prévoir et de contrer les critiques du modèle olympique.

Les prochains mois seront en outre l’occasion pour le COJO de statuer sur le choix de la direction artistique de la Cérémonie d’ouverture. Ledit choix devrait en ce sens intervenir dans le courant de l’année 2022. La première étape avant une célébration historique au cœur de la cité.

Laisser un commentaire