Paris 2024 : Les chantiers à l’arrêt

En raison de l’épidémie de Coronavirus et des mesures drastiques de confinement de la population adoptées par les autorités, l’économie française tourne aujourd’hui au ralenti. Parmi les secteurs impactés, le bâtiment et notamment les chantiers liés aux préparatifs des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024.

(Crédits – SOLIDEO)

En effet, le chantier du Village des Athlètes en Seine-Saint-Denis et celui de la future Aréna de la Porte de la Chapelle dans le 18ème arrondissement de Paris sont actuellement au point mort, quelques semaines à peine après le début des travaux.

Du côté de la Seine-Saint-Denis, les opérations menées jusqu’à présent relevaient de la déconstruction de structures existantes pour préparer l’aménagement des futurs bâtiments d’hébergement des athlètes qui prendront place à Saint-Ouen, mais aussi sur un périmètre de Saint-Denis, ainsi que sur une partie de L’Île-Saint-Denis.

Au mois de novembre 2019, le Premier Ministre et une partie des membres du Gouvernement avaient d’ailleurs fait le déplacement au 7-9 Rue Marcel Cachin à Saint-Ouen pour officialiser le démarrage des travaux qui doivent in fine permettre de donner un nouveau visage à cette partie de la Seine-Saint-Denis.

1- L’écoquartier fluvial de L’Île-Saint-Denis ; 2- Le franchissement de la Seine ; 3- Le mur antibruit de l’A86 ; 4- La place olympique ; 5- Le Mail Finot ; 6- Le réaménagement des berges de la Seine et requalification de la RD1 (Crédits – SOLIDEO)

Comme le précisait alors Édouard Philippe :

Nous tenons les délais et les budgets que nous nous étions fixés.

Nous n’avons pris aucun retard dans le calendrier initial, avec le lancement des travaux sur le Village Olympique et Paralympique.

Ce propos sera quelque peu amendé au cours des semaines à venir, à l’aune de l’évolution de l’épidémie et de la gestion sanitaire de cette dernière.

Les autorités disposent à ce stade d’une faible marge de manœuvre et la reprise des travaux devra nécessairement s’effectuer à marche forcée, afin de ne pas impacter trop lourdement les prévisions calendaires et le budget dédié à l’aménagement du Village sur un périmètre global de 51 hectares.

Pour rappel, les acteurs engagés dans ledit aménagement entendent mener à bien la phase de déconstruction et la préparation des terrains sur l’année 2020, avant que la construction des premiers bâtiments du Village des Athlètes ne soit engagée au cours du premier trimestre 2021 et jusqu’en 2023. Ce timing comprend également l’aménagement des abords du Village, aménagement paysager et urbain avec notamment l’enfouissement des lignes à haute tension, l’installation d’un mur anti-bruit le long de l’autoroute A86, sans oublier bien sûr l’édification d’une passerelle piétonne pour relier L’Île-Saint-Denis à la partie Saint-Denis / Saint-Ouen.

Visuel du projet de réaménagement de la Porte de la Chapelle voulu par Anne Hidalgo (Crédits – Luxigon)

L’adaptation des délais sera aussi au cœur des discussions entre les parties pour ce qui concerne, à Paris, le secteur devant prochainement abriter l’Aréna de la Porte de la Chapelle.

Débuté il y a quelques semaines, le chantier est lui-aussi impacté par les dernières décisions gouvernementales destinées à endiguer la propagation du Coronavirus ou Covid-19. La semaine dernière pourtant, mardi 10 mars, c’est tout sourire que Tony Estanguet, Président du Comité d’Organisation des Jeux de Paris 2024, et Anne Hidalgo, Maire de Paris, avaient symboliquement participé à la démolition d’un parking aérien dans le 18ème arrondissement.

A l’emplacement de ce parking, la Ville de Paris – maître d’ouvrage – a prévu d’établir une arène sportive de 7 500 places qui, au moment des Jeux, accueillera le badminton, le para-badminton et le para-taekwondo, avant de devenir l’écrin de l’équipe du Paris Basketball qui évolue jusqu’à présent au sein de la Halle Carpentier au Sud de la capitale (13ème arrondissement).

Autour de cet édifice majeur qui marquera l’entrée dans Paris depuis la Seine-Saint-Denis, les autorités locales ambitionnent aussi d’aménagement deux gymnases, des espaces verts, des commerces et des bureaux.

Anne Hidalgo, Maire de Paris, et Tony Estanguet, Président du Comité d’Organisation des JO 2024, lors du lancement symbolique des travaux de démolition sur l’emprise de la future Aréna de la Porte de la Chapelle, mardi 10 mars 2020 (Crédits – Ville de Paris)

En partie financé par la Société de Livraison des Ouvrages Olympiques (SOLIDEO), le seul aménagement de l’Aréna doit constituer un investissement de 90 millions d’euros, avec un calendrier échelonné entre 2021 et 2023, soit déjà quelques mois de plus que ce qui était initialement envisagé (2022).

Là encore, les autorités se veulent rassurantes et estiment que les délais seront tenus. Pour l’instant.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.