JO 2036 : La troisième force parlementaire hongroise veut un débat sur une candidature

Contrainte au retrait dans la course aux Jeux d’été de 2024 en raison de la menace référendaire sur fond d’opposition à la politique gouvernementale, Budapest veut désormais décrocher les anneaux olympiques d’une prochaine édition, la première disponible étant celle de 2036, avec l’appui formel du Premier Ministre hongrois.

Visuel du Centre de tir-à-l’arc installé sur le parvis du Parlement de Hongrie dans le cadre de la candidature olympique et paralympique aux Jeux d’été de 2024 (Crédits – Budapest 2024)

Sur les bords du Danube, les meilleurs nageurs de la planète se sont donnés rendez-vous ce 17 juin, et jusqu’au 03 juillet, dans le cadre des Championnats du Monde de natation.

Deux ans après avoir reçu les Championnats d’Europe, la Duna Aréna entend à nouveau s’illustrer comme l’une des infrastructures sportives de pointe à Budapest et de surcroît, comme un site incontournable dans la perspective d’une candidature olympique et paralympique hongroise.

Aussi, et bien que le Comité International Olympique (CIO) soit aujourd’hui plus focalisé sur l’attribution prochaine des Jeux d’hiver de 2030 que sur celle des Jeux d’été de 2036, les partisans d’une nouvelle candidature pourraient être tentés de surfer sur la dynamique de l’événement aquatique pour avancer les pions d’un projet qui fera immanquablement la part belle au patrimoine architectural de la capitale.

De fait, comme pour le projet développé dans l’optique des Jeux d’été de 2024, Budapest pourrait allier sa richesse culturelle aux équipements sportifs qui émergent depuis quelques années maintenant, à l’image de la Duna Aréna bien sûr, ou du nouveau stade qui, l’an prochain, accueillera les Mondiaux d’athlétisme.

Vue des bassins de la Duna Arena de Budapest en 2018 (Crédits – Duna Arena)

Parmi les principaux partisans d’une candidature olympique et paralympique, le Premier Ministre Viktor Orbán n’a jamais caché son enthousiasme, lui qui fut déjà à la manœuvre pour le projet de 2024 et qui, paradoxalement, a contribué à la chute de ce dernier, son investissement étant alors proportionnel à la défiance exprimée par ses opposants politiques. Ceux-ci avaient en effet encouragé la mise en œuvre d’un référendum sur la candidature aux Jeux et ce, même si l’initiative – qui avait rencontré un succès évident – était davantage orienté contre la personnalité et la politique de Viktor Orbán.

A ce sujet, l’un des leaders du parti d’extrême droite Mi Hazánk (« Notre Patrie ») a réclamé cette semaine l’installation d’un débat autour de la question d’une éventuelle candidature de Budapest et de la Hongrie pour les Jeux de 2036, souhaitant en particulier un positionnement clair de l’ensemble de la classe politique du pays.

Au cours d’une conférence de presse organisée jeudi 16 juin, Előd Novák, l’un des Vice-Présidents du parti précité, a d’abord rappelé les opportunités offertes par l’établissement d’un projet d’envergure planétaire dont les impacts multiples se font ressentir sur toute la société, avant de souligner ensuite que Budapest disposait déjà d’un certain nombre de sites susceptibles de recevoir les compétitions.

Lors des élections législatives d’avril dernier, le parti Mi Hazánk s’est installé comme la troisième force parlementaire du pays, derrière l’indéboulonnable Fidesz du Premier Ministre et une coalition hétérogène de partis.

Ayant réussi à glaner six places de députés, le parti d’extrême droite compte par ailleurs huit élus régionaux, mais aucun membre au sein du Conseil municipal de Budapest.

Laisser un commentaire