JO 2024 : Le Parc Olympique de Budapest se dévoile

Par petites touches, la candidature de Budapest (Hongrie) dévoile les visuels de ce que pourrait être l’organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques d’été en 2024.

Ainsi, après avoir publié les visuels de la Place des Héros ou encore du parvis du Parlement de Hongrie, Budapest 2024 a présenté ce matin les premiers éléments relatifs au Stade Olympique.

budapest-2024-stade-olympique-1

Visuel du Stade Olympique (Crédits – Budapest 2024 / Brick Visual)

Ce dernier – à ne pas confondre avec le Puskas Stadion en cours de rénovation – disposera d’une capacité de 60 000 places et pourra accueillir les Cérémonies d’ouverture et de clôture ainsi que les compétitions d’athlétisme.

Comme le précise le dossier de candidature de la capitale hongroise, la construction de l’enceinte sportive est envisagée entre 2020 et 2023 pour un investissement de 269,270 millions de dollars (253,8 millions d’euros).

La participation des autorités nationales ne sera pas négligeable – comme d’ailleurs pour l’ensemble du projet – puisque le Gouvernement prévoit d’investir 245,409 millions de dollars (231,3 millions d’euros) pour bâtir la future installation.

budapest-2024-stade-olympique-2

Visuel du Stade Olympique avec les tribunes de 60 000 places et la piste d’athlétisme (Crédits – Budapest 2024 / Brick Visual)

En plus de sa capacité à organiser des événements majeurs, le futur stade offrira – grâce à son implantation en bordure du Danube – un cadre majestueux aux spectateurs, mais aussi aux athlètes.

En effet, le Village Olympique sera implanté à proximité immédiate du Stade Olympique, de même que le Village des Médias.

Des compétitions auront également lieu sur place, au cœur du Noyau du Parc Olympique, l’un des trois pôles de la Zone du Danube.

Le BMX trouvera ainsi place au sein d’un stade (5 000 sièges) prévu pour un coût de 6,802 millions de dollars (6,41 millions d’euros). Le complexe de canoë-kayak (slalom) – qui doit être aménagé pour 27,346 millions de dollars (25,78 millions d’euros) – offrira pour sa part 8 000 places, tandis que le site temporaire du triathlon permettra d’accueillir 2 500 spectateurs. Les équipements temporaires devraient nécessiter une enveloppe de 5,630 millions de dollars (5,31 millions d’euros).

L’haltérophilie de son côté, siègera au Centre des Congrès de Budapest (4 500 places). Un vaste programme de rénovation sera engagé à hauteur de 135,368 millions de dollars (127,58 millions d’euros).

Le handball sera hébergé au sein de la Budapest Olympic Arena (10 000 places) dont les aménagements prévus d’ici 2021 devraient avoisiner un coût de 55,351 millions de dollars (52,16 millions d’euros).

Enfin, le tennis prendrait place dans un complexe dédié dont les travaux devraient mobiliser 62,349 millions de dollars (58,76 millions d’euros). Les matchs se dérouleraient dans des enceintes de 10 000 places, 5 000 places et 3 000 places, ainsi que dans sept terrains adjacents d’une capacité de 250 places.

budapest-2024-parc-olympique-nocturne

Visuel du Parc Olympique, avec au premier plan, le Village des Athlètes (Crédits – Budapest 2024 / Brick Visual)

Outre les visuels du Parc Olympique et du Stade des Cérémonies, Budapest 2024 a aussi présenté deux visuels du Centre Aquatique actuellement en construction dans l’optique des Championnats du Monde de natation 2017.

Le Centre – implanté dans le Noyau de l’Île d’Obuda dans la Zone du Danube – disposera d’une capacité de 15 000 places au moment des Jeux.

budapest-2024-centre-aquatique-2

Visuel du Centre des Sports Aquatiques (Crédits – Budapest 2024 / Brick Visual)

Advertisements

JO 2024 : Budapest dévoile de nouveaux visuels et se prépare à l’accueil de grands événements

(Crédits - Budapest 2024 / Brick Visual)

La candidature de Budapest (Hongrie) renforce sa communication.

Quelques jours après avoir présenté le second volet de son dossier technique, Budapest 2024 a en effet dévoilé de nouveaux visuels afin d’illustrer ce que pourrait être l’événement olympique et paralympique sur les rives du Danube.

La capitale hongroise entend ainsi pleinement démontrer sa capacité à accueillir les Jeux dans le cadre d’un plan compact – 26 sites et 24 sports dans un rayon de 7 kilomètres – avec des installations de qualité et l’utilisation maximale des monuments qui font la renommée de Budapest à travers le monde.

(Crédits - Budapest 2024 / Brick Visual)

(Crédits – Budapest 2024 / Brick Visual)

De fait, le tir-à-l’arc aurait pour cadre le parvis du Parlement, offrant aux compétiteurs et aux spectateurs un cadre des plus prestigieux.

(Crédits - Budapest 2024 / Brick Visual)

(Crédits – Budapest 2024 / Brick Visual)

Une partie du tournoi de water-polo prendrait place pour sa part au sein des installations aquatique Hajós Alfréd sur l’île Marguerite, avant de gagner les infrastructures du futur Centre Aquatique de Budapest (19 000 places).

(Crédits - Budapest 2024 / Brick Visual)

(Crédits – Budapest 2024 / Brick Visual)

Si le cyclisme sur route est programmé pour faire le tour de la cité historique, le VTT est quant à lui prévu sur les hauteurs de la ville avec une vue panoramique sur Budapest et son fleuve.

(Crédits - Budapest 2024 / Brick Visual)

(Crédits – Budapest 2024 / Brick Visual)

Autour du Stade Puskás Ferenc – proposé comme Stade Olympique – le basketball se déroulerait dans l’enceinte de la Papp László Aréna (12 500 places).

La Place des Héros serait le cadre du Marathon et des matchs de beachvolley (Crédits - Budapest 2024 / )

La Place des Héros serait le cadre du Marathon et des matchs de beachvolley (Crédits – Budapest 2024 / Brick Visual)

La présentation de ces quelques visuels n’est pas l’unique élément d’actualité concernant la candidature de Budapest.

En effet, la capitale hongroise peaufine également l’accueil des représentants des Fédérations Sportives Internationales.

Pour l’heure, des représentants du taekwondo, de la boxe, du judo, du tir, de l’haltérophilie, de l’escrime et du hockey ont déjà visité Budapest.

Dans les prochains mois, d’autres représentants devraient se rendre en Hongrie pour inspecter les sites proposés par la candidature et échanger avec les porteurs du projet olympique et paralympique.

Pour aider les Fédérations Internationales et le grand public à s’imprégner de l’esprit des Jeux made in Budapest, une salle de présentation a été installée dans le secteur de la Citadella où trône notamment la Statue de la Liberté, symbole de la candidature.

Des casques de réalité virtuelle – similaires à ceux déployés sur le stand de la candidature lors des Jeux de Rio 2016 ou plus récemment sur la barge promotionnelle installée sur le Danube – permettent également de découvrir le concept des JO 2024.

Avec ces équipements, Budapest 2024 veut convaincre de la pertinence de son projet basé à la fois sur l’héritage de la ville au travers de l’architecture et des monuments emblématiques, et sur une exceptionnelle compacité des sites.

« Nous remercions toutes les Fédérations Internationales pour leur visite. Il y a d’ores et déjà eu quelques sessions extrêmement intéressantes et d’autres sont à venir.

Ce processus de coopération a commencé il y a plus d’un an et sans elle, nous n’aurions pas pu établir le Masterplan remarquable dont nous sommes tous très fiers aujourd’hui.

Le programme des observateurs de Rio 2016 nous a beaucoup apporté également, en nous plongeant au cœur de l’expérience des Jeux » a indiqué Attila Mizsér, Directeur des Sports et des Sites de Budapest 2024.

Pour compléter son projet et afin de donner une dimension nouvelle à l’ambition olympique et paralympique, Budapest et la Hongrie en générale vont pouvoir compter sur l’organisation de pas moins de 15 grands événements sportifs au cours de l’année à venir, dont les Championnats du Monde de natation à l’été 2017.

D’ici au 13 septembre 2017, jour de l’élection de la Ville Hôte des JO 2024, plusieurs rendez-vous sont en effet programmés dans des sports olympiques (canoë-kayak, escrime, gymnastique rythmique, judo, pentathlon moderne, tennis de table, triathlon et voile) mais aussi paralympiques.

Budapest, qui sera Capitale Européenne du Sport en 2019, sera par ailleurs hôte du Festival Européen de la Jeunesse Olympique (EYOF). Cet événement réunira quelques 2 500 jeunes en provenance de 50 pays.

JO 2024 : Budapest entre officiellement dans la course

Quelques jours après les votes favorables du Conseil Municipal de Budapest et du Parlement de Hongrie, la capitale hongroise s’est officiellement portée candidate à l’organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques d’été de 2024.

De gauche à droite, Zsolt Borkai, Président du Comité Olympique de Hongrie et Istvan Tarlós, Maire de Budapest (Crédits - Majtényi Mihály / Ville de Budapest)

De gauche à droite, Zsolt Borkai, Président du Comité Olympique de Hongrie et Istvan Tarlós, Maire de Budapest (Crédits – Majtényi Mihály / Ville de Budapest)

Dans une lettre commune adressée au Président du Comité International Olympique (CIO), le Maire de Budapest et le Président du Comité Olympique Hongrois (HOC) dévoile ainsi l’ambition de la ville et les fondements de la candidature qui est selon eux, en parfaite adéquation avec les orientations de l’Agenda 2020.

Avec cette déclaration de candidature, Budapest rejoint Boston (États-Unis), Hambourg (Allemagne), Rome (Italie) et Paris (France) dans la course aux anneaux olympiques.

« En tant que Maire de la ville de Budapest et Président du Comité Olympique Hongrois, nous annonçons officiellement que, conformément aux décisions unanimes de l’Assemblée Générale de Budapest ainsi que du Comité Olympique de Hongrie, avec le soutien du Parlement et du Gouvernement, Budapest se porte candidate pour accueillir les Jeux Olympiques et Paralympiques d’été de 2024.

Nous sommes convaincus que la candidature de Budapest est la réponse à la réforme olympique Agenda 2020 : notre intention de candidater est entièrement en conformité avec le concept économique des Jeux Olympiques. Nous nous félicitons également que le CIO s’oriente vers une organisation plus économique et durable des Jeux Olympiques et ce, pour briser le monopole olympique des pays les plus grands et les plus riches.

L’extension de la possibilité d’organiser les JO est une idée démocratique qui nous ramène à l’origine de l’esprit olympique : même des villes plus petites que Budapest, comme Anvers, Stockholm et Helsinki ont eu la chance d’organiser des Jeux Olympiques d’été. Notre analyse de mathématiques olympiques est évidente : Agenda Olympique 2020 = Budapest 2024.

Cela rendrait la Hongrie capable d’organiser les Jeux Olympiques, sachant qu’il est le seul pays qui n’a pas accueilli l’événement parmi les dix pays ayant rencontré le plus de succès aux Jeux Olympiques d’été ».

Lettre Budapest 2024Lettre Budapest 2024 - partie 2

JO 2024 : La candidature de Budapest reçoit le soutien du Conseil Municipal

Tandis que les élus de Rome (Italie) ont apporté leur soutien à la candidature de la « Ville Éternelle », cette semaine, une autre cité intéressée par l’organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques d’été a obtenu l’appui de ses représentants : Budapest (Hongrie).

La candidature hongroise a en effet reçu le soutien du Conseil Municipal de la capitale à la quasi-unanimité : 25 voix pour, 1 contre et 1 abstention. Ce vote massif intervient plus d’un mois après le revirement de position du Maire de la ville, Istvan Tarlós.

Séance du Conseil Municipal du 23 juin 2015 (Crédits - Istvan Tarlós)

Séance du Conseil Municipal du 23 juin 2015 (Crédits – Istvan Tarlós)

« Soyons prudemment optimistes. Auparavant, j’étais sceptique quant à l’opportunité d’une candidature olympique, mais la réforme menée à la fin de l’année 2014 a fermé l’époque où seules les ‘méga-villes’ pouvaient candidater avec sérieux.

Sur les nations qui figurent en tête du tableau des médailles olympiques, la Hongrie est la seule qui n’a pas encore organisé les Jeux » a déclaré le Premier Magistrat.

Effectivement, avec un total de 475 médailles et 25 participations, la Hongrie se place parmi les dix premières nations olympiques. Mais ce palmarès important n’a pour l’instant pas bénéficier à Budapest qui a toujours renoncé à se porter candidate depuis sa dernière tentative, pour les JO 1960.

L’ambition développée pour 2024 est donc une occasion pour rebondir et enfin concrétiser le rêve de tout un pays.

A présent, le projet olympique va devoir obtenir les faveurs du Parlement de Hongrie durant l’été. Une formalité si l’on en croit l’enthousiasme du Gouvernement et des principales formations politiques du pays derrière un projet qui se veut modeste du point de vue financier.

Ainsi, le rapport de faisabilité commandé par le Comité Olympique de Hongrie (HOC) a récemment fait état d’un investissement de 750 milliards de forints hongrois (2,4 milliards d’euros) dans l’aménagement des infrastructures sportives.

Les retombées économiques seraient quant à elles de l’ordre de 1 100 milliards de forints soit 3,52 milliards d’euros entre 2015 et 2030.

Pour le Président du Comité Olympique de Hongrie (HOC), Zsolt Borkai, « avec l’Agenda 2020, le temps des JO chers et onéreux est terminé.

Des villes qui n’avaient auparavant aucune chance peuvent désormais déposer leur candidature ».

Vue du Parlement de Hongrie en 2013 (Crédits - Andreas Lehner / Flickr)

Vue du Parlement de Hongrie en 2013 (Crédits – Andreas Lehner / Flickr)

D’ores et déjà, plusieurs chantiers d’envergure ont été programmés par les autorités locales et nationales, notamment dans le cadre de la modernisation du Stade National de Hongrie ou dans la construction du nouveau Centre Aquatique en marge des Mondiaux de natation 2017.

Au total, pas moins de 2 milliards d’euros sont actuellement mobilisés pour mettre à niveau les installations sportives de Budapest et de sa région, ce qui confirme la volonté gouvernementale d’inscrire la Hongrie au rang des grandes nations du sport mondial au cours des années à venir.

JO 2024 : Le Premier Ministre de Hongrie au CIO

Hier après-midi, le Président du Comité International Olympique (CIO) n’a pas uniquement reçu François Hollande au siège de l’institution sportive.

Thomas Bach s’est ainsi entretenu avec Viktor Orbán, Premier Ministre de Hongrie.

Comme la France, ce pays songe à présenter une candidature à l’organisation des Jeux d’été de 2024. Comme pour la France, Thomas Bach a donc abordé deux points-clés de la nouvelle procédure olympique : la phase d’invitation des villes et la mise en œuvre de l’Agenda Olympique 2020.

Viktor Orban et Thomas Bach - Lausanne

Ces deux éléments sont d’ailleurs de nature à convaincre la Hongrie – et plus précisément sa capitale – de se lancer enfin dans la course aux anneaux olympiques.

Si aucune décision ne devrait être prise par les autorités olympiques et sportives du pays d’ici le mois de mai 2015, le Premier Ministre a fait savoir à Thomas Bach que son gouvernement apporterait le soutien nécessaire à une éventuelle candidature.

Les Jeux Olympiques ont longtemps été réservés « aux méga-villes uniquement. Désormais, cet âge-là est terminé et cela donne une bonne occasion pour la Hongrie et pour Budapest.

Pour organiser les JO à Budapest, nous n’aurons pas à relever un défi exceptionnel » a affirmé Viktor Orban à l’issue de l’entrevue, faisant référence explicitement au contenu de l’Agenda 2020, en particulier en ce qui concerne la réduction des coûts des candidatures et des projets.

La Hongrie semble en tous cas déterminée à présenter un projet, le 15 septembre prochain.

Depuis plusieurs années et notamment sous l’impulsion du Premier Ministre Viktor Orbán, plusieurs aménagements ont été réalisés ou programmés sur le plan sportif.

Viktor Orban et Thomas Bach

C’est ainsi que le Stade National de Hongrie va connaître une profonde transformation d’ici 2018 et reconfigurer ainsi l’existant Ferenc-Puskas Stadion. Les abords du stade seront également réaménagés au cours des prochaines années, avec l’édification de plusieurs équipements sportifs, dont un vélodrome.

Outre ces travaux planifiés, Budapest va bientôt être dotée d’un nouveau complexe aquatique, performant et moderne, qui accueillera les Mondiaux de natation en 2017.

D’ici 2020, ce sont de fait près de 2 milliards d’euros qui seront injectés dans la construction ou la rénovation des installations sportives.

Illustrations : Viktor Orbán et Thomas Bach (Crédits – CIO / Ian Jones)

JO 2024 : Le Comité Olympique de Hongrie vote la réalisation d’une étude de faisabilité

Tandis que les États-Unis et l’Italie se sont officiellement lancés dans la course olympique pour les Jeux d’été de 2024 et dans l’attente d’une décision formelle de la France et de l’Allemagne, le Comité Olympique de Hongrie (HOC) vient de voter la réalisation d’une étude de faisabilité.

Cette dernière a été approuvé par 125 voix contre 1 et devrait être présentée en mai 2015.

Budapest - Parlement

Il y a quelques semaines, le Comité Olympique avait indiqué par la voix de son Président, qu’une décision concernant une candidature de Budapest, serait prise en février 2015.

Néanmoins, compte-tenu de l’opposition récente du Maire de la capitale, une étude de faisabilité apparaissait comme nécessaire dans le but de renverser la tendance et de présenter enfin un projet, après plusieurs annonces sans lendemain depuis des décennies.

Se basant sur la réforme olympique et les nouvelles dispositions de l’Agenda 2020, les autorités olympiques de Hongrie vont donc mener dans les prochains mois une étude pour analyser la faisabilité technique relative à l’organisation d’un événement de l’importance des Jeux, mais aussi la faisabilité économique relative à l’aménagement d’infrastructures liées directement ou indirectement aux JO.

Illustration : Vue du dôme du Parlement de Hongrie à Budapest (Crédits – Flickr / Dennis Jarvis)

JO 2024 : La Hongrie se positionnera en février 2015

Serpent de mer de l’Olympisme, l’idée d’une candidature de la Hongrie refait aujourd’hui surface et ce, alors que le Maire de Budapest a récemment écarté cette éventualité, qualifiant même le projet de « non viable et irréaliste ».

Néanmoins, avec l’adoption de la réforme Agenda 2020 par la 127e Session du Comité International Olympique (CIO), le Comité Olympique de Hongrie (MOB) croit à nouveau en ses chances de pouvoir déposer une candidature à l’organisation des Jeux d’été de 2024.

Lors d’une conférence de presse organisée vendredi, Zsolt Borkai, Président du Comité Hongrois, a ainsi estimé que la réforme olympique représentait « une opportunité historique » pour le pays.

Budapest

Disposant prochainement de plusieurs installations de premier plan – à l’image du futur Stade National ou des installations aquatiques des Mondiaux de natation 2021 – la Hongrie devrait se positionner dans le courant du mois de février 2015.

Une étude d’opportunité sera menée d’ici-là mais la bataille la plus importante sera celle de la mobilisation derrière l’éventuel projet. Mobilisation de la population bien sûr, mais aussi de la classe politique, à commencer par le Maire de la capitale hongroise, Istvan Tarlós.

Au regard de ses récentes déclarations, la partie est loin d’être acquise.

Illustration : Crédits – Moyan Brenn / Flickr

JO 2024 : Le Maire de Budapest estime qu’une candidature serait « non viable et irréaliste »

Malgré l’enthousiasme et la volonté des plus hautes autorités olympiques et sportives de Hongrie, Budapest ne devrait pas se porter candidate à l’organisation des Jeux d’été de 2024.

Le Maire de capitale hongroise, Istvan Tarlós, a en effet mis un frein à un projet qu’il juge aujourd’hui « non viable et irréaliste ».

Budapest 2024 - Istvan Tarlos

Une éventuelle candidature pour 2024 était apparue comme pouvant constituer un essai et un tremplin potentiel en vue de présenter un projet technique solide pour 2028 et obtenir l’organisation des JO.

Cette éventualité avait en outre été portée par la mise en chantier de plusieurs infrastructures de premier plan, à l’image du futur Stade National de Hongrie ou encore du nouveau Centre Aquatique de Budapest.

Le retrait de la « Perle du Danube » de la course aux Jeux Olympiques et Paralympiques d’été de 2024 n’est toutefois pas une réelle surprise. En effet, la ville avait déjà annoncé son souhait de présenter une candidature avant de se rétracter.

Ce fut le cas pour les Jeux de 2012.

Par le passé, Budapest fut éliminée au deuxième tour de scrutin pour l’édition 1960, ne recueillant qu’une seule voix après avoir obtenu huit suffrages au premier tour. Pour les JO 1920, la ville fut également recalée.

Mais la cité fluviale avait aussi tenté de décrocher l’organisation de deux autres Olympiades, toutes annulées au regard du contexte géopolitique internationale : 1916 et 1944. Budapest fut en outre candidate aux Jeux de 1936 finalement attribués à Berlin (Allemagne).

Illustration : Crédits – Site officiel du Maire de Budapest

JO 2024 : Budapest dans les starting-blocks

Soucieuse de s’affirmer comme l’une des nouvelles capitales mondiales du sport, Budapest (Hongrie) multiplie les projets.

La capitale hongroise, hôte des Championnats du Monde d’escrime puis de lutte en 2013, sera prochainement organisatrice des Mondiaux de natation en 2021. Pour l’occasion, Budapest a récemment décidé de construire un nouveau Centre Aquatique moderne et fonctionnel, capable d’accueillir les plus grands rendez-vous de la discipline en présence de 19 000 spectateurs.

Outre ce projet d’envergure, les autorités sportives et politiques de Hongrie ont dévoilé dans le courant de l’été, les plans du futur Stade National. Ce dernier sera érigé en lieu et place de l’actuel Puskas Stadion et disposera notamment de 68 000 places ainsi que d’une piste d’athlétisme située au dessus des tribunes.

Budapest - vue extérieure du futur Centre Aquatique

Depuis quelques années, ce sont des dizaines de projets de salles, d’arenas et de stades qui ont émergé en Hongrie et en particulier à Budapest. Un développement sportif conséquent qui n’est pas sans rappeler la frénésie turque des dernières années. En soutien aux candidatures olympiques successives d’Istanbul, les autorités avaient porté plusieurs projets et continuent encore d’investir massivement dans l’aménagement d’enceintes sportives en mesure d’organiser des grands événements internationaux.

Comme l’a récemment reconnu Zsigmond Nagy, directeur des relations internationales au sein du Comité Olympique de Hongrie, « le Comité a été restructuré et a intégré les différentes réformes sportives afin d’être prêt à relever de nouveaux défis.

De fait, et sur la base de notre volonté d’accueillir la Famille olympique dans notre pays, une candidature pour 2024 ne semble pas lointaine.

Le gouvernement conduit par le Premier Ministre Viktor Orban a déclaré le sport comme un secteur stratégique de la Hongrie pour le bien-être des citoyens ».

Souvent critiqué pour son autoritarisme et son ambition politique, Vikor Orban semble utiliser le sport – et en particulier l’idée d’une candidature olympique – pour assoir son emprise sur la vie politique hongroise. Une manœuvre  similaire à celle entreprise par les autorités politiques au Kazakhstan (candidature hivernale d’Almaty 2022) ou encore en Azerbaïdjan (possible candidature estivale de Bakou pour 2024).

Dans ces deux pays, les projets sportifs fleurissent mois après mois et contribuent à dessiner une politique d’investissements massifs pour pouvoir prétendre à l’organisation des plus grandes compétitions sportives mondiales.

Budapest - vue intérieure du futur Centre Aquatique

Pour Schmitt Pál, Président d’honneur du Comité Olympique de Hongrie et membre du Comité International Olympique (CIO), « il y a encore beaucoup d’eau qui coulera dans le Danube avant que Budapest ne parvienne à accueillir les Jeux mais nous en sommes capables ».

Une manière de freiner l’enthousiasme actuel. Une candidature aux JO 2024 ne serait en définitive qu’une sorte de répétition générale avant un puissant concept pour 2028. Une année qui risque bien d’attirer plusieurs nations qui veulent incarner, « les nouveaux mondes ».

En juillet dernier, Zsolt Borkai, Président du Comité Olympique hongrois, avait estimé que « si nous tirons tous dans le même sens, Budapest peut être en capacité de présenter une demande concurrentielle crédible pour accueillir les Jeux Olympiques d’été de 2028.

Il s’agit d’un défi majeur, impliquant la construction de plusieurs complexes sportifs et d’installations appropriées pour le déplacement des spectateurs ».

Illustrations : Parmi les premières nations européennes en natation, la Hongrie disposera bientôt d’un nouveau Centre Aquatique moderne et fonctionnel (Crédits – DailyNewsHungary)

Budapest présente le nouveau Stade National de Hongrie

La capitale hongroise, Budapest, a présenté le concept de son nouveau Stade qui sera édifié entre 2015 et 2018, sur l’emplacement de l’actuel Puskas Stadion.

En dépit d’une architecture relativement sobre, le futur Stade de Budapest – qui conservera les piliers de l’enceinte historique – se distingue du fait de sa fonctionnalité. D’une hauteur de 51 mètres, soit l’équivalent d’un immeuble de 11 étages, le futur écrin hongrois disposera d’une piste d’athlétisme de trois couloirs située juste au dessus des tribunes.

Budapest - nouveau Stade National - vue intérieure

Ce concept original permettra d’offrir aux sportifs hongrois un panorama unique sur l’ensemble du stade.

Outre la construction du nouveau Stade National, les autorités se sont engagées dans l’aménagement d’un hôtel de 150 chambres, d’un centre de conférence pour 800 personnes, ainsi que d’un Musée National du Sport.

Présenté par le National Sports Center (NSK), la future enceinte sportive sera construite selon les plans de l’architecte hongrois György Skardelli, pour un coût estimé entre 90 milliards et 100 milliards de forints (soit 288 à 320 millions d’euros).

Budapest - nouveau Stade National

D’une capacité de 68 000 places, réparties sur trois niveaux distincts, le Stade National de Hongrie pourrait être un candidat de premier choix dans le cadre des candidatures à l’organisation de l’EURO 2020 de football.

Il pourrait également servir de stade principal dans l’optique d’une future candidature olympique de Budapest pour les Jeux Olympiques et Paralympiques d’été de 2028.

Avec la construction à venir d’un grand Centre Aquatique à proximité de l’Île Marguerite, la capitale hongroise devrait être doté de deux équipements sportifs d’envergure internationale.

Une manière de s’affirmer comme l’une des prochaines places fortes du sport continental.

Illustrations : Crédits – Stadiony.net