JO 2026 : « Swiss Olympic » s’engage officiellement sur la voie d’une candidature

Comme l’avait annoncé « Sport & Société » dès le mois d’octobre 2015, Swiss Olympic devait se prononcer ce vendredi 11 mars 2016 quant à l’opportunité d’une candidature helvète pour l’organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques d’hiver de 2026.

Suivant une procédure parfaitement calibrée, les délégués des Fédérations membres de Swiss Olympic ont approuvé à une large majorité les conditions pour le développement et la mise en œuvre d’un projet de candidature. Ces mêmes délégués ont également voté les conditions relatives au financement du projet.

Le double scrutin s’est déroulé en présence du Ministre des Sports et Conseiller Fédéral, Guy Parmelin, ainsi que du Président de Swiss Olympic, Jörg Schild.

Comme l’a affirmé ce dernier, « suite à une série de réformes de fond, entreprises récemment par le Comité International Olympique (CIO) sous la dénomination Agenda 2020, il est redevenu non seulement possible, mais aussi beaucoup plus intéressant, pour des petits pays comme la Suisse d’organiser les Jeux Olympiques.

Avec nos montagnes et notre longue tradition des sports d’hiver, nous sommes prédestinés à accueillir à nouveau les Jeux Olympiques d’hiver. Des Jeux Olympiques pourraient également revitaliser le tourisme de notre pays ».

Désormais, les différents Comités préparatoires – pour le Canton du Valais, pour Genève, pour le Canton des Grisons, ou pour la Suisse dans son ensemble – doivent affiner leurs propositions respectives et ce, afin de remettre un dossier de candidature au siège de Swiss Olympic en décembre 2016.

(Crédits - Swiss Olympic)
(Crédits – Swiss Olympic)

Pour les aider et les épauler durant cette phase, l’institution proposera un document « Informations aux candidats ». Ce document de 19 pages pose les bases d’une candidature visant l’excellence et la réussite devant les membres électeurs du CIO.

Deux critères sont d’ailleurs énoncés :

  • « Le projet de candidature doit être bénéfique pour la Ville / Région hôte ainsi que pour la Suisse de manière générale »,
  • « Le projet de candidature doit avoir la capacité et l’attractivité nécessaire pour gagner le vote final face au CIO en automne 2019 ».

Le Parlement du Sport de Swiss Olympic a en outre affirmé 5 conditions cadres pour l’élaboration des projets : la politique, le sport, l’environnement, l’économie et le tourisme. Ces 5 conditions devront donc être intégrés par les porteurs des différents projets afin de démontrer la totale faisabilité d’une candidature.

Mais au-delà de ces critères majeurs, Swiss Olympic a choisi de créer une véritable Taskforce qui aiguillera chacune des candidatures et qui apportera l’expertise nécessaire à l’émergence du futur projet lauréat pour la Suisse.

Cette Taskforce sera bien sûr composée de Jörg Schild pour Swiss Olympique ainsi que de Thomas Troger au nom de Swiss Paralympic. Elle sera aussi, et ce point est loin d’être négligeable, composée des membres helvètes du CIO, à savoir Gian Franco Kasper, puissant patron de la Fédération Internationale de Ski (FIS), René Fasel, Denis Oswald et Patrick Baumann.

En parallèle de la Taskforce, un Comité Consultatif sera formé durant le processus décisionnel. Composé de 20 membres, il sera chargé d’épauler la Taskforce et sera consulté sur les multiples thématiques qui entourent l’élaboration d’une candidature olympique (finances, tourisme, environnement, etc…).

Signe que le souvenir de l’échec du référendum pour la candidature aux JO 2022 reste encore bien présent, Swiss Olympic compte sur le groupe des « Sages » et sur le Comité Consultatif pour gommer et balayer les éventuels écueils des projets.

« Cette Taskforce vérifiera avec soin que tous les facteurs déterminants se retrouvent dans les projets de candidature. Les erreurs commises par le passé ne doivent pas être répétées » a ainsi justifié Jörg Schild.

Capture d'écran du document "Informations aux candidats" (Crédits - Sport & Société)
Capture d’écran du document « Informations aux candidats » (Crédits – Sport & Société)

Mais si les composantes des futurs projets sont évidemment des éléments-clés pour la réussite ou non, le calendrier du processus décisionnel ne doit pas être négligé, bien au contraire.

Détaillé sur près de 2 pages, le processus débutera réellement à compter du 20 avril 2016 avec une Séance d’information ouverte aux villes et aux régions intéressées.

Sur le modèle de ce que propose le CIO durant la nouvelle « phase d’invitation », Swiss Olympic entend ainsi expliquer le cadre général du processus décisionnel national et répondre aux questions diverses des porteurs des projets.

Ce moment d’échanges n’a pas été choisi au hasard. En effet, il coïncidera avec l’accueil de la Convention de SportAccord à Lausanne. Cela devrait dès lors démontrer l’ambition helvète et la volonté des autorités sportives pour le dépôt d’une nouvelle candidature aux Jeux.

Après cette date, les villes et régions auront jusqu’au 31 mai 2016 pour déposer une déclaration d’intérêt, avec également le soutien des autorités locales sans oublier le paiement d’un droit de candidature. Ce dernier est d’ailleurs mentionné dans le document d’information sous l’intitulé « Taxe administrative ».

Marquant là-encore la volonté de Swiss Olympic de bâtir une candidature la plus forte possible, des réunions de travail ou Workshop, seront organisés entre juin et octobre 2016. Chacune disposera d’un thème spécifique d’ores et déjà délimité :

  • Workshop 1 : Pourquoi voulez-vous organiser les Jeux Olympiques (bénéfices pour le territoire, etc…) ?
  • Workshop 2 : Comment accueillir les Jeux (sites, exigences techniques, etc…) ?
  • Workshop 3 : Définition de la communication des « Pourquoi » et des « Comment » sur le plan local, régional, national et international.
Réunion d'information pour la candidature aux JO 2022 (Crédits - Grisons 2022)
Réunion d’information pour la candidature aux JO 2022 (Crédits – Grisons 2022)

Ces réunions techniques auront lieu en amont de la tenue de référendums locaux dans les villes et les régions intéressées par la perspective des Jeux. Bien entendu, seules les candidatures ayant recueilli un vote favorable pourront poursuivre la course.

Une manière de délimiter encore un peu plus le cadre décisionnel en donnant directement – et comme de coutume en Suisse – la parole aux citoyens.

Un risque évident. Un risque calculé par Swiss Olympic avec la mise en place d’un programme installé autour des réunions de travail et de la Taskforce et ce, afin de permettre aux différents projets candidats de franchir avec succès le cap référendaire.

A la suite des consultations sur le terrain, Swiss Olympic inspectera les sites proposés par les candidatures avant de publier un Rapport d’évaluation. Encore une fois, le modèle développé par le CIO est directement pris en exemple.

Enfin, le Parlement du Sport se réunira à nouveau en septembre 2017 afin de prendre une décision et de choisir la ville ou le territoire candidat.

Une telle entreprise ne sera toutefois pas automatique.

Il faudra en effet que les candidatures aient répondu aux diverses exigences imposées. Dans le cas où aucune ne parviendrait à apporter des éléments pertinents, crédibles et réalistes, l’optique d’une candidature suisse s’éloignerait et Swiss Olympic n’aurait d’autre choix que de renoncer à la course aux anneaux olympiques.

Affiche officielle des Jeux de St-Moritz 1948, les derniers en date organisés sur le sol helvète (Crédits - CIO)
Affiche officielle des Jeux de St-Moritz 1948, les derniers en date organisés sur le sol helvète (Crédits – CIO)

Calendrier détaillé du processus décisionnel de Swiss Olympic :

  • 20 avril 2016 : Séance d’information ouverte aux villes et aux régions intéressées,
  • 31 mai 2016 : Date limite d’inscription pour les villes et les régions intéressées (avec le paiement de la première Taxe administrative),
  • 15 juin 2016 : Réunion de travail n°1,
  • 13 juillet 2016 : Réunion de travail n°2,
  • 14 septembre 2016 : Réunion de travail n°3,
  • Octobre 2016 : Bilan et conclusion des réunions de travail,
  • 15 décembre 2016 : Remise des dossiers de candidature (avec le paiement de la deuxième et dernière Taxe administrative),
  • D’ici fin juin 2017 : Référendums populaires,
  • Juillet – août 2017 : Visite d’évaluation des villes et régions candidates, puis publication du Rapport d’évaluation,
  • Septembre 2017 : Vote du Parlement du Sport de Swiss Olympic.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s