JO 2026 : Un nouveau site Internet pour la candidature de Stockholm-Åre

Engagée dans la course à l’organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques d’hiver de 2026, la candidature suédoise de Stockholm-Åre a revu récemment son principal support de communication, avec la mise en ligne d’un nouveau site Internet.

Alors que l’ancienne version ne laissait pas réellement transparaître l’idée d’une candidature aux Jeux – avec en particulier l’usage de couleurs relativement neutres comme le noir, le blanc et un dérivé de gris – la nouvelle mouture fait en revanche la part belle au logo de la Ville Candidate qui a lui-aussi bénéficié d’une récente retouche.

(Crédits – Capture d’écran Sport & Société)

Au-delà de trois onglets d’accès aux réseaux sociaux de la candidature, quatre onglets sont disposés en haut de la page d’accueil du site – accessible en Suédois et en Anglais – pour permettre de naviguer entre diverses rubriques dédiées au projet suédois : Stockholm-Åre 2026, Foire Aux Questions, Contact, et Presse. Que ce soit sur la page principale ou dans les rubriques internes, il est à noter que deux thématiques sont valorisées et non des moindres, à savoir la liste des sites sélectionnés pour accueillir le cas échéant les compétitions et surtout, les modalités de financement des Jeux.

De fait, à l’instar de sa rivale italienne Milan-Cortina 2026, la candidature de Stockholm-Åre 2026 souhaite mettre en exergue le principe de transparence dans l’information, avec des précisions quant aux problématiques singulières qui font régulièrement l’objet de critiques dans l’opinion publique ou dans la classe politique et qui bien souvent parviennent à fragiliser une candidature aux Jeux.

Consciente de ses propres défis pour encore convaincre les autorités locales et nationales de soutenir le projet, la candidature fait notamment valoir que l’organisation des Jeux n’aura aucun impact pour les contribuables :

Les Jeux Olympiques et Paralympiques de 2026 sont financés par des fonds privés. Cela signifie qu’aucune municipalité n’aura à couvrir les coûts et qu’aucune garantie ne sera requise.

Le seul coût pour le contribuable concerne la sécurité extérieure, c’est-à-dire la police et le travail des douanes. Néanmoins, ce coût sera compensé par les revenus supplémentaires perçus par l’État au travers de la TVA et d’autres taxes lors des Jeux.

A cet argumentaire, Stockholm-Åre 2026 partage aussi deux données chiffrées d’importance : le montant prévisionnel du budget d’organisation et la contribution du Comité International Olympique (CIO).

Ainsi, alors qu’un budget de 13 milliards de couronnes suédoises (1,254 milliard d’euros) serait nécessaire pour permettre la tenue de l’événement, la candidature compte s’appuyer sur l’apport du CIO à hauteur de 8 milliards de couronnes (772 millions d’euros) ainsi que sur des revenus divers (billetterie, sponsoring, etc.) pour financer les Jeux de 2026.

Outre la mention de ces éléments techniques, le site Internet de la candidature met par ailleurs en avant les témoignages de figures politiques régionales, de sportifs suédois, et de Gunilla Lindberg, membre du CIO et personnalité de premier plan du Mouvement Olympique en Suéde.

(Crédits – Stockholm-Åre 2026 / Jeppe Wikström)

La mise en ligne de ce nouveau support de communication intervient à un moment charnière de la phase de candidature.

Moins d’un mois après le dépôt du dossier technique au CIO et avant la venue de la Commission d’évaluation en mars prochain, Stockholm-Åre 2026 entend monter en puissance, en renforçant et en valorisant ses arguments, en particulier dans l’optique des discussions avec la nouvelle Ministre de la Culture, du Sport et de la Démocratie, Amanda Lind.

Pour l’heure, la Ministre semble avoir un regard relativement bienveillant sur le projet olympique et paralympique. Invitée de « SverigeRadio » ce mercredi, Amanda Lind a ainsi estimé que :

Les Jeux Olympiques ont souvent été confrontés à des problèmes relatifs aux aménagements ou au respect des Droits de l’Homme.

Ici, la Suède aurait l’opportunité de montrer autre chose, et c’est ce que le Comité Olympique Suédois souligne au travers de l’exigence élevée de durabilité. Nous prendrons une décision dès que possible, mais nous devons nous assurer de disposer de toutes les informations nécessaires et je sais que le Comité travaille actuellement sur diverses clarifications.

Quoiqu’il en soit, les discussions entre la candidature et Amanda Lind seront déterminantes quant à la suite à donner à l’aventure suédoise, car si le Gouvernement n’apporte pas son soutien – et donc ses garanties – au projet et au CIO, la candidature deviendra caduque. Ni plus, ni moins.

_________________________

Indépendante, la plateforme d’information « Sport & Société » fonctionne grâce au soutien de ses lecteurs.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.