Paris 2024 : Le relais de la flamme à travers la France métropolitaine et les Outre-mer

A l’image du projet olympique et paralympique fondé sur une large mobilisation des territoires français, le relais de la flamme des Jeux de 2024 sera celui de la France métropolitaine et des territoires ultra-marins.

Vue de Teahupo’o en Polynésie Française (Crédits – Chris Hoare / Flickr)

Les Jeux de Paris 2024 seront certes organisés à Paris et en région francilienne, avec en particulier la mobilisation du département de la Seine-Saint-Denis, mais d’autres territoires seront aussi engagés dans la tenue de l’événement planétaire, que ce soit dans l’Hexagone, avec par exemple Marseille ou Lyon pour le tournoi de football, ou en Outre-mer, avec les épreuves de surf planifiées en Polynésie-Française.

Aussi, dans cette logique d’une organisation mêlant à la fois la France métropolitaine et les Outre-mer, le Comité d’Organisation des Jeux (COJO) a acté cette semaine le principe d’un relais de la flamme qui traversera l’ensemble des territoires, suivant en ce sens le vœu formulé au début de l’automne 2021 par la Région Île-de-France.

Le 21 septembre dernier, lors d’une réunion du Conseil d’administration de Paris 2024, les représentants de ladite Région – partenaire-clé des préparatifs des Jeux avec une enveloppe globale de 209 millions d’euros – avaient ainsi souhaité que tous les territoires des Outre-mer puissent accueillir le relais de la flamme des Jeux de 2024.

Il faut dire que ces territoires, qui sont au nombre de douze, avec la Guadeloupe, la Guyane, la Martinique, La Réunion, Mayotte, La Nouvelle-Calédonie, La Polynésie Française, Saint-Barthélémy, Saint-Martin, Saint-Pierre-et-Miquelon, ainsi que les Terres Australes et Antarctiques Françaises et Wallis-et-Futuna, rassemblent environ 2,6 millions d’habitants parmi lesquels une large part de jeunes, public essentiel aux yeux de Paris 2024 dans sa promesse de Jeux populaires.

La prise de position régionale intervenait alors en réponse à l’idée formulée par le COJO de Paris 2024, à savoir le passage de la flamme dans un maximum de territoires français, avec seulement la garantie de passer dans un territoire d’Outre-mer.

Par suite, dans un courrier adressé le 08 novembre dernier à Tony Estanguet, Président du COJO, Patrick Karam, Vice-Président de la Région-capitale notamment chargé des Sports et des Jeux Olympiques et Paralympiques, avait eu l’opportunité de réitérer la demande en exprimant le fait que :

La France, ce n’est pas que l’Hexagone. La France est ouverte sur tous les océans. Les territoires des Outre-mer sont trop souvent les laissés pour compte des politiques publiques.

Notre pays est une France aux mille visages qui se projettent dans toutes les régions du globe. Avec les territoires des Outre-mer, la France vit au cœur du monde.

Ce sont autant de raisons pour lesquelles, au regard de votre ambition de faire passer le parcours de la flamme dans tous les départements de l’Hexagone, il doit impérativement passer dans tous les territoires des Outre-mer car c’est cela la France.

Dans la même missive, l’élu proche de Valérie Pécresse, Présidente du Conseil Régional depuis 2015 et candidate déclarée à l’élection présidentielle française du printemps 2022, rappelait par ailleurs que :

Ces territoires doivent avoir toute leur place dans le parcours du relais de la flamme et même au-delà, à tous les niveaux du projet de Paris 2024.

Nous nous devons collectivement de les mettre en avant à la hauteur de ce qu’ils représentent pour le sport français.

Personne ne comprendrait qu’il en soit autrement et ce serait vécu comme une relégation alors même que les territoires ultra-marins sont des territoires pourvoyeurs de médailles grâce à des athlètes exceptionnels.

Présentation de l’emblème des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024, lundi 21 octobre 2019 (Crédits – Philippe Millereau / KMSP / Paris 2024)

Après avoir été intégrée à l’ordre du jour de la dernière réunion annuelle du Conseil d’administration – qui s’est tenue ce lundi 13 décembre et qui a par ailleurs donné lieu à la présentation du concept général de la Cérémonie d’ouverture – la question du relais de la flamme a donc été abordée.

Au cours des discussions menées, la proposition de la Région a reçu le soutien notable de la Maire de Paris, Anne Hidalgo, et du Maire de Saint-Denis et Président de l’Établissement Public Territorial de Plaine Commune, Mathieu Hanotin, avant d’être adoptée par le Conseil d’administration de Paris 2024.

Si l’aspect symbolique du relais de la flamme a obtenu le feu vert de l’ensemble des parties prenantes au projet olympique et paralympique cette semaine, l’aspect logistique devrait davantage être travaillé durant l’année 2022, année charnière dans les préparatifs des Jeux d’été de 2024.

Laisser un commentaire