JO 2024 : « Le Comité Olympique des États-Unis finalise les discussions avec Los Angeles »

La réunion du Conseil d’Administration du Comité Olympique des États-Unis (USOC) a confirmé les travaux engagés avec la Ville de Los Angeles (Californie), afin de proposer une candidature à l’organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques d’été de 2024.

« L’USOC finalise les discussions avec Los Angeles 2024.

L.A représente pour nous la meilleure option » a ainsi déclaré Scott Blackmun, Directeur exécutif de l’institution américaine, lors de la conférence de presse organisée après la réunion.

Ce propos vient en tous cas confirmer une tendance qui s’est peu à peu consolider depuis le retrait de la candidature de Boston (Massachusetts). La candidature de Los Angeles ne fait donc plus aucun doute et sera confirmer dans les jours à venir.

Vue du Memorial Coliseum de Los Angeles, à l’occasion de la Cérémonie d’ouverture 1984 (Crédits – CIO / Getty Images / Steve Powell)
Vue du Memorial Coliseum de Los Angeles, à l’occasion de la Cérémonie d’ouverture 1984 (Crédits – CIO / Getty Images / Steve Powell)

L’expérience de L.A – deux fois hôte des Jeux d’été -, ses infrastructures nombreuses et son image de marque auprès des membres du Comité International Olympique (CIO) ont sans nul doute fait pencher la balance en faveur de la « Cité des Anges ».

« Il y a un grand enthousiasme de la part des deux parties prenantes pour aller de l’avant.

L’engagement politique est présent avec l’apport de lettres » a pour sa part affirmé le Président de l’USOC, Larry Probst.

L’USOC semble en tous cas avoir retenu les leçons du fiasco de Boston 2024 et a par conséquent réalisé un sondage sur l’appui populaire vis-à-vis d’une candidature de Los Angeles. Le résultat est sans appel : 81% des citoyens de la ville soutiennent l’idée d’une candidature aux JO 2024, tandis que 11% seulement y sont opposés*.

Si cette tendance venait à se confirmer, elle établirait purement et simplement L.A comme la Ville Candidate bénéficiant du plus fort taux de soutien au sein de sa population.

A titre de comparaison, Hambourg dispose d’un capital sympathie de l’ordre de 77%, tandis que Paris bénéficie d’un soutien estimé à 79% parmi les citoyens franciliens. Du côté de Budapest, seuls 49% des citoyens approuvent aujourd’hui la candidature. A Toronto, l’idée d’une nouvelle offre olympique recueille l’appui de 58% des sondés.

* Sondage réalisé par l’USOC auprès de 600 résidents de Los Angeles.
Publicités

23 Thoughts

  1. J’applaudis des deux mains cette candidature. Je m’explique. Les Américains sont partis pour en faire trop, comme à leur habitude. Avec L.A. et la Californie en piste, ils vont se croire vainqueurs dès le 15 septembre. Ce qui ne peut que se retourner contre eux et bénéficier à une autre ville. On ne peut pas lutter contre L.A. Tant mieux! Laissons-la dérailler toute seule, car être humble n’est pas vraiment dans l’ADN californien et américain. Je suis certain qu’ils vont commettre bourde sur bourde. De plus, le résultat des élections présidentielles de 2016 pourrait venir tout remettre en cause. Un retour des républicains au pouvoir serait sans aucun doute une mauvaise chose pour cette candidature. La candidature semble très politique et économique, avant que d’être sportive. Cela aussi jouera contre L.A.

    Je dois aussi dire que la perception de cette course olympique est très différente en France et aux États-Unis. En épluchant les blogues, articles et autres commentaires dans ces deux pays, il apparaît que les Français considèrent les E-U et L.A. comme quasiment imbattables, alors qu’aux E-U peu de gens croient réellement en les chances de victoire de leur pays. C’est assez unanime même. Boston a laissé des traces et L.A ne semble pas vraiment suscité un enthousiasme débordant. Pour le moment en tout cas. Beaucoup de commentateurs donnent d’ailleurs Paris imbattable cette fois.

    J'aime

    1. Oui es Américains ont pas mal de défauts. Cependant, il ne faut pas oublier que les Français en ont aussi. Donc, il faudra faire attention à ne pas tomber dedans.

      J'aime

    2. Je suis du même avis que mes prédécesseurs : sans aucun doute la candidature de L.A a des atouts inestimables ainsi qu’une jolie carte à jouer… Mais c’est loin de faire l’unanimité pour autant.

      Que vont penser les membres du CIO suite aux hésitations très longues de l’USOC ? Comment peut-on même avoir confiance envers un comité qui avait à l’origine choisie la ville regroupant les plus féroces opposants au projet ? Alors certes, tout cela n’était qu’une étape préliminaire et n’avait aucune conséquence sur la suite de la course aux J.O. … En théorie… Dans les faits, nul doute que le CIO s’en souviendra bien.

      Suite à cela, il faudra éviter tous les couacs de communication qui peuvent être fatals (et qui l’on été à Boston)… Et ce n’est pas une mince affaire. Sans parler du fait que cela va prendre très rapidement de l’ampleur, à mesure que les USA se lanceront dans la course électorale pour les Présidentielles. Tous les candidats sauront aussi apporter leur opinion sur le sujet, et le Gouvernement de Californie sera d’autant plus stratégique sur la question, d’autant plus qu’il faudra au Comité de candidature de L.A séduire presque chacun des candidats pour s’assurer une viabilité.

      Reste à voir ce qui pourrait causer du tort à L.A… Ses paroles, sans doutes ? Si effectivement, les Américains partent du principe que les JO leur sont dus, alors ils sont perdus : que pourrait dire la France ? Si cet élément de la date était si influent, la France aurait réorganiser les Jeux d’été depuis longtemps. Or cela n’a jamais été efficace ou productif. Par miracle la France n’a pas encore commis cette erreur de ressasser le passé et ne se focalise que sur l’avenir, croisons les doigts. Mais pour en revenir aux USA, ces derniers s’estiment certainement puissant de fait notamment de leur incroyable contribution (financière) envers le CIO, grâce au contrat à plusieurs milliards du network NBC… Un atout, certes, mais il serait improbable que le CIO ne juge que selon ce facteur monétaire. L’impact social de JO en Europe saura aussi peser pour chacune des candidates du Vieux continent.

      J'aime

      1. Je pense que Bernard Lapasset a très bien compris comment mener la campagne de candidature et ne reproduira pas les mêmes erreurs. Cependant, je crains plus les gaffes des politiques qui peuvent être très intrusifs. Kévin le montre bien dans des précédents articles. Il faudra mettre les choses au clairs et que chacun reste à sa place.

        J'aime

  2. Je viens de voir un article d’un autre site, qui mentionne une phrase de Scott Blackmun. Il dit que :  » Ne pas se lancer dans la course reviendrait à laisser passer une belle opportunité. Toute une génération d’Américains n’a jamais assisté à des Jeux d’été sur son propre sol. Nous voulons le faire savoir. Et nous assurer que les Jeux reviennent aux Etats-Unis de façon régulière.  »

    Que dire de la France et de ses dernier jeux d’été datent de l’avant seconde guerre mondiale, plusieurs générations n’ont jamais assistées à des jeux estivaux dans la ville lumière, je ne sais si cela est fait exprès, mais là, il semble d’office sous estimé les autres candidats et semble se voir légitime d’organiser, quand ils le veulent.

    J'aime

    1. Tout à fait.

      Derniers Jeux d’été aux USA, 1996. Derniers Jeux d’hiver, 2002.

      Derniers Jeux d’été en France, 1924.
      Derniers Jeux d’hiver, 1992.

      D’autres candidatures pourraient également faire ce constat au niveau des dates pour les Jeux d’été (Italie, 1960 ; Allemagne, 1972 ; Canada, 1976 ; Hongrie… jamais).

      J'aime

    2. Ce genre de déclaration est excellente pour les autres candidats, car elle montre toute l’arrogance dont sont capables les Américains. Avec Los Angeles et la Californie, qui ne sont pas du genre à se la jouer humble, le discours va vite devenir « Vous nous DEVEZ les Jeux ». Ils vont tout simplement faire comme si il n’y avait qu’eux en piste. Cela devrait vite tourner en leur défaveur, surtout après le fiasco Boston.

      J'aime

    3. Il est certain que cette phrase sera un boulet pour les Américains. Elles donnent l’impression que les jeux olympiques appartiennent en partie aux États-Unis, ce qui faussent l’universalisme des Jeux. Avec un tel raisonnement, autant donner les jeux à des pays qui ont organisés il y a longtemps ou jamais les jeux. Toutes les candidatures adverses de LA peuvent reprendre à leur avantage cette simple phrase. heureusement, pour les Américains, qu’aucune candidature africaine ne s’est manifestée. Si c’était le cas, la phrase de Scott Blackmun est une invitation pur et simple à voter pour l’Afrique.

      LA pas encore candidate, mais elle traine déjà pas mal de casseroles : Boston, cette phrase et peut être même un début d’opposition. C’est à se demander si l’USOC souhaite réellement les jeux.

      J'aime

    4. Et il ne faut pas oublier qu’en 2012, Paris pensait qu’elle obtiendrait obligatoirement les jeux. Nous connaissons tous le résultat.
      LA prends la même direction. Rien n’est joué d’avance et tout peut encore arriver.

      J'aime

  3. Tout d’abord, merci beaucoup Kevin pour tous ces articles très instructifs et toujours d’une actualité brûlante. Félicitations !

    Il me semble que Los Angeles prend très au sérieux cette candidature. J’ai pour ma part l’impression que son statut de « ville par défaut », suite au retrait de Boston, l’oblige à adopter une posture humble. Elle semble tout reprendre depuis le début, avec sérieux et application, en témoigne ses premières prévisions budgétaires, plutôt raisonnables (4 mds USD).

    J’ai d’ailleurs le sentiment qu’elle a intérêt à jouer profil bas dans un premier temps, au risque de déclencher une vague d’opposition citoyenne similaire à celle des derniers mois dans la capitale du Massachusetts.

    Ce sera justement à notre belle candidature parisienne de s’inscrire totalement dans la philosophie du sport : ne jamais sous-estimer aucun de ses adversaires et ne jamais crier victoire avant que l’arbitre ne siffle la fin de la partie, à savoir à Lima en septembre 2017 à l’occasion du vote du CIO.

    Attendons de voir comment évolue cette candidature américaine, sans bien sûr oublier les autres, au premier rang desquelles la notre. Le chemin est encore très long pour Paris 2024.

    A très bientôt pour la suite des aventures olympiques.

    JT

    J'aime

    1. Merci infiniment cher Joseph pour ces compliments et merci pour l’intérêt porté à mes publications.

      Nul doute que Los Angeles sera en effet une redoutable adversaire pour Paris mais aussi pour toutes les autres Villes Candidates.
      Les deux ans de campagne s’annoncent d’ores et déjà des plus passionnantes !

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.