JO 2024 : Face à la politique migratoire de Donald Trump, l’USOC se veut rassurant

La réaction était attendue. Elle est intervenue ce lundi soir.

Par l’intermédiaire de son Président – par ailleurs membre du Comité International Olympique (CIO), Larry Probst, et de son Directeur Général, Scott Blackmun, le Comité Olympique des États-Unis (USOC) a publié une déclaration officielle dans laquelle il évoque le Décret de Donald Trump relatif à l’immigration.

Sujet à polémiques et à manifestations aux quatre coins des États-Unis – notamment à Los Angeles (Californie) – ce Décret prive temporairement l’entrée sur le sol américain des ressortissants de sept pays.

(Crédits - USOC)

(Crédits – USOC)

« Nous avons reçu un certain nombre de demandes de renseignements au sujet du Décret émis par le Président Trump vendredi. Comme les États-Unis, le Mouvement Olympique a été fondé sur des principes de diversité, d’inclusion, d’opportunité et de dépassement de l’adversité.

En qualité de représentant du Mouvement Olympique aux États-Unis, nous adoptions ces valeurs.

Nous reconnaissons également la tâche difficile qui consiste à assurer la sécurité d’une Nation. Nous espérons sincèrement que l’ordre exécutif mis en œuvre récemment reconnaîtra de façon appropriée les valeurs sur lesquelles notre Nation et le Mouvement Olympique ont été fondés.

Nous avons spécifiquement été interrogés sur l’impact que le Décret présidentiel pourrait avoir sur les athlètes et les officiels venant aux États-Unis pour participer et assister à des compétitions.

Reconnaissant le pouvoir extraordinaire du sport pour rassembler les gens dans une célébration pacifique de l’amitié, de l’excellence et du respect, le Gouvernement Fédéral nous a informés aujourd’hui qu’il travaillera avec nous pour que les athlètes et les officiels de tous les pays puissent accéder aux États-Unis afin de se rendre à des compétitions internationales » ont ainsi affirmé et précisé les deux responsables sportifs américains.

Par cette déclaration, ces derniers souhaitent au plus tôt éteindre les polémiques naissantes autour des Décrets présidentiels de Donald Trump – tout en restant dans un discours convenu – et ce, alors que Los Angeles ambitionne de devenir Ville Hôte des Jeux Olympiques et Paralympiques d’été de 2024 et que les États-Unis sont en passe d’accueillir des événements sportifs majeurs, comme les Mondiaux d’athlétisme à Eugène (Oregon) en 2021.

Quoiqu’il en soit, les prochaines semaines seront déterminantes pour la candidature olympique et paralympique, d’autant plus si le Maire de Los Angeles confirme son positionnement parmi les leaders politiques de la fronde au Président Trump.

Au-delà de son soutien à la candidature de LA 2024, Eric Garcetti n’oublie pas les fondements politiques qui sont les siens, lui qui est actuellement candidat à sa propre succession, et qui pourrait éventuellement être intéressé par le poste de Gouverneur de Californie en 2018, avant peut-être, de se lancer dans la course à l’investiture du Parti Démocrate pour la Présidentielle de 2020.

Autant d’échéances certaines ou potentielles qui jalonneront les mois à venir dans la « Cité des Anges ».

Plus que jamais, la candidature de Los Angeles 2024 se retrouve au cœur de considérations politiques, qu’elle n’avait sans doute pas imaginé il y a encore six mois.

Les principales figures de la candidature – Eric Garcetti et Casey Wasserman, son Président – sont en effet des proches de la candidate Démocrate battue par Donald Trump lors de l’élection présidentielle 2016, Hillary Clinton.

Les deux hommes forts de la candidature de LA 2024 auraient dès lors souhaité travailler avec l’ex-First Lady plutôt qu’avec le détonnant – et déroutant – leader Républicain.

Advertisements

Rio 2016 : Les États-Unis franchissent le seuil des 1 000 médailles d’or olympiques

En s’imposant hier soir dans la finale du relais féminin du 4×100 mètres quatre nages, Kathleen Baker, Lilly King, Simone Manuel et Dana Vollmer sont entrées dans l’Histoire en apportant la 1 000ème médaille d’or olympique des Jeux d’été aux États-Unis.

Depuis 1896 et la rénovation des JO, le Pays de l’Oncle Sam a en effet obtenu cet impressionnant palmarès, en particulier grâce à l’apport de l’athlétisme (569 titres olympiques aux Jeux d’été) et de la natation (246).

(Crédits - Team USA / Getty Images)

(Crédits – Team USA / Getty Images)

« Un millier de médailles d’or, cela constitue une réalisation remarquable qui st rendue possible par la culture du sport qui est le tissu et le fondement de l’équipe américaine.

Il s’agit d’un témoignage d’abord et avant tout de nos athlètes, mais il révèle aussi l’impact du soutien des institutions, de nos sponsors, de nos donateurs et des fans américains. C’est un accomplissement que nous célébrons ensemble » a commenté Scott Blackmun, Directeur Général du Comité Olympique des États-Unis (USOC).

La première médaille d’or américaine avait été décrochée sur l’épreuve d’athlétisme du triple saut. C’était avec James Connolly, le 06 avril 1896.

Rio 2016 : L’USOC espère des « sanctions appropriées » après la publication du Rapport McLaren

Comme un goût de Guerre Froide.

Après la publication du Rapport McLaren concernant la gestion du dopage en Russie, le Comité Olympique des États-Unis (USOC) n’a pas tardé à réagir afin de réaffirmer son positionnement et ses attentes.

Il faut dire que les États-Unis sont en première ligne depuis les révélations de dopage liées à l’athlétisme russe.

Faisant suite aux demandes de l’USOC, l’Agence Américaine Antidopage (USADA) avait d’ailleurs demandé l’exclusion de l’ensemble de la délégation russe des Jeux d’été 2016.

(Crédits - USOC)

(Crédits – USOC)

Dans un communiqué publié peu avant 17h30, Scott Blackmun, Directeur Général de l’USOC, estime en tous cas que « le Rapport McLaren confirme ce que nous avons dit précédemment : le système antidopage actuel est cassé et nécessite l’attention de toutes les personnes intéressées par la protection des athlètes propres.

Nous sommes impatients de travailler avec le Comité International Olympique (CIO), l’Agence Mondiale Antidopage (AMA) et l’ensemble de la Famille Olympique pour faire face aux défauts du système actuel et pour proposer une approche uniforme nouvelle dans la lutte contre le dopage.

En attendant, nous nous concentrons sur la préparation de l’équipe américaine pour les prochains Jeux de Rio, et nous comptons sur le CIO, l’AMA et les Fédérations Internationales pour imposer des sanctions appropriées au regard de l’ampleur des infractions constatées. Cela permettra de donner un message aux athlètes propres qui participeront aux Jeux de Rio ».

Les prochains jours seront déterminants.

Le CIO pourrait prononcer de premières sanctions dès demain à la suite d’une conférence téléphonique de la Commission exécutive. Le Tribunal Arbitral du Sport (TAS) pourrait lui aussi intervenir dès jeudi, après l’examen des demandes d’athlètes russes suspendus.

Quoiqu’il en soit, à moins de trois semaines de l’ouverture des JO 2016, les réactions des autorités sportives et politiques de Russie devraient être scrutées avec la plus grande attention.

L’USOC s’entoure d’un groupe médical consultatif pour veiller à la santé de ses athlètes

Au moment où l’épidémie Zika se propage au Brésil et menace directement la bonne organisation des prochains Jeux Olympiques et Paralympiques, et alors que la santé est une problématique majeure pour les athlètes, le Comité Olympique des États-Unis (USOC) a annoncé la formation d’un groupe médical consultatif pour prévenir et gérer les maladies infectieuses dont pourraient être victimes les sportifs américains.

Ce groupe sera ainsi chargé d’identifier et d’établir les pratiques adéquates pour permettre l’atténuation des symptômes, mais aussi l’évaluation des risques et la gestion de la maladie.

Ces éléments seront d’autant plus important pour les athlètes sélectionnés pour participer aux compétitions olympiques et paralympiques et ce, en raison des règles médicales strictes établies par le Comité International Olympique (CIO) et l’Agence Mondiale Antidopage (AMA).

(Crédits - USOC)

(Crédits – USOC)

« La santé et la sécurité de nos athlètes, et de l’ensemble de notre délégation, est notre priorité absolue.

Je suis reconnaissant vis-à-vis des experts médicaux qui ont accepté de fournir un appui et des ressources au Comité Olympique et ce, dans l’optique que nos athlètes soient en bonne santé et puissent être en capacité de rivaliser avec leurs concurrents » a affirmé Scott Blackmun, Directeur Général de l’USOC.

Le groupe médical consultatif, qui viendra épauler l’équipe médicale de l’USOC, sera présidé par le Docteur Carrie L. Byington du Centre Médical de l’Université de l’Utah.

Il sera en outre composé par le Docteur Randy Taplitz de l’Université de Californie à San Diego, et par le Capitaine Martin S. Cetron du National Center for Emerging and Zoonotic Infectious (NCEZID).

Pour le Docteur Bill Moreau, Directeur Général de la Médecine du Sport au sein de l’USOC, « ces trois praticiens sont des médecins de classe mondiale et des experts reconnus dans le domaine des maladies infectieuses.

Notre équipe médicale en interne est composée de quelques uns des meilleurs spécialistes au monde, mais l’expertise apportée par une équipe externe représentée par ce groupe consultatif, est une façon de nous assurer que nos athlètes et notre personnel pourront bénéficier de ce qu’ils ont besoin pour être en bonne santé et pour être compétitif sur les terrains du monde entier ».

JO 2024 : Los Angeles est officiellement candidate

C’est fait ! Après plusieurs mois d’incertitudes autour de la candidature de Boston (Massachusetts), le retrait de celle-ci et le lancement d’une nouvelle procédure de sélection, la ville de Los Angeles (Californie) a officiellement déclaré sa candidature à l’organisation des Jeux d’été de 2024.

Sur la base d’une motion et d’une résolution du Comité ad hoc, le Conseil Municipal s’est prononcé aujourd’hui à l’unanimité en faveur du dépôt d’une candidature olympique. Dans la foulée, ladite candidature a été approuvée par le Maire de LA, Eric Garcetti – qui apporte donc les garanties nécessaires – ainsi que par le Conseil d’Administration du Comité Olympique des États-Unis (USOC).

(Crédits - Los Angeles 2024)

(Crédits – Los Angeles 2024)

L’annonce officielle s’est déroulée, symboliquement, à l’Annenberg Community Beach House sur la plage de Santa Monica, mythique plage californienne et élément majeur du projet olympique de Los Angeles 2024.

Reposant sur cinq noyaux de sites situés dans un rayon de 30 kilomètres autour du Village Olympique, le projet américain peut d’ores et déjà se baser sur l’existence de 85% des infrastructures nécessaires aux Jeux, ainsi que sur la renommée planétaire de Los Angeles, tant vis-à-vis de l’opinion publique que du Comité International Olympique (CIO).

Comme l’a d’ailleurs affirmé Scott Blackmun, Directeur exécutif de l’USOC, « nous sommes ravis de nous associer à Los Angeles pour la course aux Jeux de 2024.

LA possède l’expérience éprouvée dans l’organisation des Jeux et sait comment offrir des événements de classe mondiale pour les athlètes et les spectateurs.

Ces éléments couplés avec la culture, la créativité et l’innovation de la ville, nous sommes confiants dans la perspective de succès de la candidature de Los Angeles pour les JO 2024″.

Concept olympique de Los Angeles (Crédits - Los Angeles 2024)

Concept olympique de Los Angeles (Crédits – Los Angeles 2024)

Afin de préparer pleinement son lancement sur la scène internationale – le 15 septembre prochain – LA 2024 a d’ores et déjà mis en ligne son site officiel.

Plusieurs manifestations devraient par la suite être organisées pour valoriser la nouvelle candidature de la ville, une ville qui espère accueillir les troisièmes Jeux d’été de son Histoire, après avoir hébergé les JO en 1932 et 1984.

« Aujourd’hui, je suis fier de lancer officiellement notre candidature en partenariat avec l’USOC afin de ramener les Jeux d’été aux États-Unis pour la première fois en 28 ans.

C’est un honneur pour toute la ville que de pouvoir prétendre à l’accueil des Jeux Olympiques et Los Angeles se consacre pleinement à cette tâche.

Avec le soutien unanime de notre Conseil Municipal, nous sommes prêts à servir et à renforcer le Mouvement olympique, tout en participant à la construction d’un nouvel héritage olympique » a affirmé le Maire de Los Angeles à l’issue de la conférence de présentation.

JO 2024 : « Le Comité Olympique des États-Unis finalise les discussions avec Los Angeles »

La réunion du Conseil d’Administration du Comité Olympique des États-Unis (USOC) a confirmé les travaux engagés avec la Ville de Los Angeles (Californie), afin de proposer une candidature à l’organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques d’été de 2024.

« L’USOC finalise les discussions avec Los Angeles 2024.

L.A représente pour nous la meilleure option » a ainsi déclaré Scott Blackmun, Directeur exécutif de l’institution américaine, lors de la conférence de presse organisée après la réunion.

Ce propos vient en tous cas confirmer une tendance qui s’est peu à peu consolider depuis le retrait de la candidature de Boston (Massachusetts). La candidature de Los Angeles ne fait donc plus aucun doute et sera confirmer dans les jours à venir.

Vue du Memorial Coliseum de Los Angeles, à l’occasion de la Cérémonie d’ouverture 1984 (Crédits – CIO / Getty Images / Steve Powell)

Vue du Memorial Coliseum de Los Angeles, à l’occasion de la Cérémonie d’ouverture 1984 (Crédits – CIO / Getty Images / Steve Powell)

L’expérience de L.A – deux fois hôte des Jeux d’été -, ses infrastructures nombreuses et son image de marque auprès des membres du Comité International Olympique (CIO) ont sans nul doute fait pencher la balance en faveur de la « Cité des Anges ».

« Il y a un grand enthousiasme de la part des deux parties prenantes pour aller de l’avant.

L’engagement politique est présent avec l’apport de lettres » a pour sa part affirmé le Président de l’USOC, Larry Probst.

L’USOC semble en tous cas avoir retenu les leçons du fiasco de Boston 2024 et a par conséquent réalisé un sondage sur l’appui populaire vis-à-vis d’une candidature de Los Angeles. Le résultat est sans appel : 81% des citoyens de la ville soutiennent l’idée d’une candidature aux JO 2024, tandis que 11% seulement y sont opposés*.

Si cette tendance venait à se confirmer, elle établirait purement et simplement L.A comme la Ville Candidate bénéficiant du plus fort taux de soutien au sein de sa population.

A titre de comparaison, Hambourg dispose d’un capital sympathie de l’ordre de 77%, tandis que Paris bénéficie d’un soutien estimé à 79% parmi les citoyens franciliens. Du côté de Budapest, seuls 49% des citoyens approuvent aujourd’hui la candidature. A Toronto, l’idée d’une nouvelle offre olympique recueille l’appui de 58% des sondés.

* Sondage réalisé par l’USOC auprès de 600 résidents de Los Angeles.

JO 2024 : L’USOC écarte officiellement le projet de Boston et engage les discussions pour une nouvelle candidature

La décision était redoutée depuis plusieurs semaines. Elle s’est précisée tout au long de la journée. Ce soir, elle est désormais officielle : la ville de Boston (Massachusetts) ne portera pas les couleurs américaines dans la course à l’organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques d’été de 2024.

Face à un soutien populaire qui n’a pas décollé malgré la présentation d’un projet remanié et chiffré, et compte-tenu de l’absence d’engagement clair de la part du Gouverneur du Massachusetts, Charlie Baker, le Comité Olympique des États-Unis (USOC) a pris la décision de ne pas poursuivre l’aventure avec Boston 2024.

Un communiqué publié ce soir précise les raisons de cet abandon, tout en remerciant les promoteurs de la candidature du Massachusetts pour leur investissement.

Néanmoins, aucune référence n’est présente dans le document signé par Scott Blackmun, Directeur exécutif de l’USOC, concernant l’éventuel repêchage du projet de Los Angeles (Californie).

En lieu et place de cette hypothèse, l’institution américaine va repartir à zéro, afin de tenter de sélectionner une ville dans le courant du mois d’août et ce, sachant que le dépôt officiel doit intervenir avant le 15 septembre 2015.

USOC - Boston 2024 - retrait

« Lors de notre réunion téléphonique de ce jour, le Conseil d’administration a été informé des récentes discussions avec le Gouverneur, le Maire et le Président de Boston 2024, Steve Pagliuca.

Nous avons aussi eu l’occasion d’examiner les remarques faites par le Maire lors de sa conférence de presse plus tôt aujourd’hui.

Lorsque Boston a été sélectionnée en janvier dernier, nous avons été enthousiasmés par la possibilité d’un partenariat avec de grandes universités de Boston et une offre qui voulait profiter des installations des collèges existants afin de stimuler le développer du sport, les transports et l’infrastructure résidentielle de la Ville de Boston.

Nous voulons féliciter et remercier Steve Pagliuca et son équipe de Boston 2024 pour le travail remarquable qu’ils ont accompli au cours des deux derniers mois pour transformer une idée puissante en une réalité financièrement responsable, qui aurait bénéficié à la Ville et aux athlètes de Boston et des États-Unis pour les décennies à venir.

En raison de l’excellent travail de Boston 2024, nous savons que les Jeux de Boston auraient été bon pour Boston, tout comme les Jeux Olympiques ont été bons pour Lake Placid, Los Angeles, Atlanta et Salt Lake City.

Lorsque nous avons pris la décision de présenter une candidature pour les Jeux Olympiques de 2024, l’un des principes directeurs que nous avons adopté, résidait dans le fait que nous ne pouvions soumettre une offre que si nous pensions que cette dernière pouvait gagner.

Malgré la promesse de la vision originale de l’offre, et la solidité du plan élaboré par Steve Pagliuca et son équipe, nous n’avons pas été en mesure d’obtenir une majorité de soutien de la part des citoyens de Boston.

Par conséquent, l’USOC ne pense pas que le niveau de soutien dont bénéficie aujourd’hui Boston, lui permettrait de l’emporter face à de grandes candidatures comme Paris, Rome, Hambourg, Budapest ou Toronto.

Boston 2024 a exprimé sa confiance dans le fait de pouvoir générer le soutien populaire nécessaire pour remporter l’enchère et offrir d’excellents Jeux. Ils ont cependant reconnus que nous serions hors délai si l’USOC souhaitait examiner l’offre d’une autre ville. Par conséquent, nous avons conclu un accord mutuel pour retirer la candidature de Boston dans la course à l’accueil des Jeux Olympiques et Paralympiques de 2024.

L’USOC aimerait beaucoup voir une ville américaine accueillir les Jeux en 2024.

Nous allons immédiatement commencer à explorer cette possibilité, sur une base cohérente avec nos principes directeurs, base à laquelle nous restons fermement attachés. Nous comprenons la réalité du calendrier qui est devant nous. Nous allons informer les médias sur notre décision, plus tard au mois d’août, et nous ne ferons pas de déclarations publiques sur la possibilité d’une candidature d’ici-là ».

JO 2024 : L’USOC réitère sa confiance dans la candidature de Boston

Après avoir présenté son projet remanié et chiffré, le Comité de Candidature de Boston 2024 a présenté les détails de son offre devant le Comité Olympique des États-Unis (USOC).

L’institution qui a sélectionné la ville du Massachusetts en janvier dernier, souhaitait ainsi prendre connaissance du projet olympique repensé et souhaitait surtout réitérer une fois de plus un soutien total à la candidature et ce, alors que des rumeurs faisaient récemment état d’un plan B afin de remplacer Boston dans la course olympique.

A l’issue de la réunion entre les différentes parties prenantes, l’USOC a donc confirmé son choix initial et a même insister sur le fait qu’il n’existe pas de solution alternative crédible.

Scott Blackmun, lors de l'officialisation de la candidature de Boston, en janvier 2015 (Crédits - Boston 2024)

Scott Blackmun, lors de l’officialisation de la candidature de Boston, en janvier 2015 (Crédits – Boston 2024)

« Nous sommes exclusivement concentrés sur Boston.

Nous n’avons pas discuté avec Los Angeles, Washington (DC) ou San Francisco pour savoir s’ils pourraient être prêts.

Boston est notre partenaire » a ainsi affirmé Scott Blackmun, Directeur Général de l’institution de Colorado Springs (Colorado).

Selon le responsable américain, le principal défi qui se profile à l’horizon de Boston 2024 demeure bien entendu celui du soutien populaire.

Avec des sondages constants – 39% des citoyens soutiennent le projet selon une enquête WBUR de juin 2015 – la candidature olympique de Boston manque de souffle et se doit donc de reprendre rapidement la main avant de pouvoir entrer sur la scène internationale, face à des candidatures jusqu’à présent populaires, comme Hambourg (Allemagne) ou Paris (France).

« En ce moment, nous ne discutons pas de la possibilité de ne pas présenter de candidature.

Nous parlons des moyens pour augmenter le niveau de soutien public à l’égard de la candidature de Boston. Comment pouvons-nous œuvrer afin que les citoyens aient un regard juste sur la proposition ? Comment faire pour montrer que ce projet est le meilleur intérêt pour Boston ?

Voilà les éléments sur lesquels nous nous concentrons aujourd’hui » a déclaré Scott Blackmun.

Larry Probst, lors de la présentation officielle de la candidature de Boston, en janvier dernier (Crédits - Boston 2024)

Larry Probst, lors de la présentation officielle de la candidature de Boston, en janvier dernier (Crédits – Boston 2024)

Président de l’USOC, Larry Probst a également affirmé son attachement à la candidature de Boston et son souhait de voir un sursaut populaire au cours des prochains mois.

Selon lui, « plutôt que des chiffres précis, nous voulons obtenir des résultats positifs et le plus tôt sera le mieux.

Il faudrait que l’on soit à 50% de soutien rapidement et que l’on soit à 60% en 2017, au moment où le Comité International Olympique (CIO) désignera la Ville Organisatrice des JO 2024.

Évidemment, aucun d’entre nous n’est satisfait des chiffres actuels, mais rappelons nous qu’il s’agit d’un processus de deux ans. Londres était à un niveau similaire de soutien huit à neuf ans avant d’accueillir les JO 2012″.

En prenant l’exemple de la candidature de Londres 2012, le patron du Comité Américain a judicieusement démontré qu’un projet débutant avec un soutien négatif peut malgré tout inverser la tendance et remporter la course.

A l’époque, la capitale britannique était en effet distancée par Paris mais également par Madrid avant de revenir sur le devant de la scène dans les derniers mois de campagne, avec la venue notamment de Sebastian Coe.

Dans le cas de Boston, deux éléments pourraient jouer en faveur de la candidature. D’une part, la personnalité de Steve Pagliuca, nouveau patron du Comité de Candidature et d’autre part, l’influence reconnue de NBC, diffuseur américain des Jeux Olympiques jusqu’en 2032.

JO 2024 : Le Comité Olympique Américain croit à la capacité de Boston à convaincre la population

Malgré une série de réunions publiques organisées conjointement par le Comité de Candidature de Boston 2024 et par les autorités municipales, le projet olympique américain peine à convaincre.

C’est tout du moins l’enseignement des derniers sondages menés depuis le début de l’année.

USOC - Colorado Springs

Afin de contrer la montée en puissance des opposants et afin de rassurer sur le niveau des montants à investir, le Comité Olympique Américain (USOC) entend jouer un rôle majeur dans les semaines et mois à venir.

En effet, le Directeur général de l’institution a récemment affirmé que la priorité actuelle résidait dans le fait de convaincre la population que Boston est en mesure de présenter une offre financièrement responsable.

« J’ai confiance à 100% dans la capacité de Boston 2024 d’apporter les arguments et les éléments utiles.

Souhaitons-nous que le taux de soutien soit plus important qu’il ne l’est aujourd’hui ? Absolument et nous faisons le nécessaire pour cela. Mais franchement, il est beaucoup plus important que ce chiffre soit élevé dans deux ans plutôt que maintenant.

Nous avons beaucoup de temps pour permettre à ce chiffre d’atteindre cette trajectoire. Boston 2024 est capable de le faire » a ainsi estimé Scott Blackmun lors d’une réunion à Washington (District of Columbia).

Illustration : Crédits – USOC

JO 2024 : Les Mondiaux d’athlétisme comme tremplin au projet olympique américain

En présentant la candidature de la ville d’Eugene (Oregon) et son Hayward Field Stadium, les États-Unis ont l’ambition d’accueillir les premiers Mondiaux d’athlétisme de leur Histoire.

Depuis la création de l’événement en 1983, les États-Unis n’ont en effet jamais organisé les Championnats du Monde. Cela pourrait donc changer dès 2019.

Eugene 2019 - vue de la piste du Hayward Field Stadium

Toutefois, la candidature américaine devra faire face à deux puissantes rivales : Doha (Qatar) et l’expérimentée Barcelone (Espagne). Les deux villes possèdent des installations de grande qualité et proposent de faire du rendez-vous athlétique, une célébration internationale.

De son côté, Eugene ne propose qu’un stade de 10 500 places qui devrait indéniablement être remanié afin de répondre aux exigences techniques et logistiques d’un tel événement.

Jusqu’à présent, le Hayward Field n’a accueilli que des championnats régionaux voire fédéraux ainsi que les entraînements de l’équipe d’athlétisme des États-Unis en vue des JO 2008 et 2012. Dans les prochains mois, l’enceinte devrait à nouveau héberger les athlètes américains dans le cadre des préparatifs aux Jeux de Rio 2016.

Le choix de cette ville de l’État de l’Oregon peut paraître surprenant, mais les instances sportives américaines semblent croire aux chances de succès de la candidature.

Ainsi, le Comité Olympique des États-Unis (USOC) a récemment apporté son soutien à la candidature d’Eugene, estimant même qu’elle pourrait servir de véritable tremplin au lancement prochain du projet olympique américain pour les Jeux d’été de 2024.

Eugene 2019 - Hayward Field Stadium

Comme l’a ainsi affirmé Scott Blackmun, Directeur général de l’USOC, « un de nos objectifs au cours des trois ou quatre prochaines années est de devenir un participant plus actif et engagé dans le Mouvement olympique.

Cela devra évidemment passer par la participation à des événements mais aussi à l’organisation de championnats.

L’offre de l’USA Track and Field (Fédération Américaine d’athlétisme) est un élément important dans ce processus et nous aimerions beaucoup apporter pour soutenir Eugene dans sa quête d’organiser les Mondiaux 2019.

L’organisation d’un tel événement permettrait d’accroître le développement de l’athlétisme aux États-Unis et l’USOC y est particulièrement favorable ».

La Fédération Internationale d’athlétisme (IAAF) effectuera une visite des trois villes candidates dans le courant du mois d’octobre, avant de désigner la Ville Hôte, le 18 novembre prochain à Monaco.

Illustrations : Crédits – Oregon 2014