JO 2024 : « Des Jeux à la française ne seraient pas très coûteux »

Nommé Ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports, à l’occasion du remaniement gouvernemental du 26 août dernier, Patrick Kanner n’a pas tardé à prendre ses fonctions à bras le corps, multipliant les interventions et les déplacements sur le terrain.

A l’image de son Secrétaire d’État, Thierry Braillard, Patrick Kanner démontre ainsi son attachement au sport et à la promotion de la pratique sportive. Il affiche aussi son intérêt pour l’organisation de grands événements en France.

Patrick Kanner - Le Monde

Dans le cadre d’une récente interview pour le quotidien « Le Monde », le Ministre évoque par exemple le dépôt éventuel d’une candidature olympique de Paris pour l’accueil des Jeux Olympiques et Paralympiques d’été 2024.

Comme l’a ainsi rappelé Patrick Kanner, « le Mouvement sportif est très mobilisé. Le Ministre que je suis a envie d’y aller.

La France est capable d’accueillir les Jeux Olympiques en 2024, c’est une évidence.

Aujourd’hui, quand vous regardez bien le patrimoine nécessaire pour organiser les Jeux, que nous manque-t-il ? Une grande piscine olympique et un Village Olympique. Ce qui signifie que des Jeux à la française ne seraient pas très coûteux.

Chez Bernard Lapasset, Président du Comité Français du Sport International (CFSI), Denis Masseglia, Président du Comité National Olympique et Sportif Français (CNOSF), et les Présidents de fédérations, il existe un vrai engouement pour dire : ‘Cette fois, ça y est’.

Désormais, si nous sommes candidats, ce sera tous ensemble, avec la ville de Paris et son Maire, sinon on ne le sera pas. Pour l’instant, nous n’y sommes pas encore.

Reste à savoir si c’est notre tour d’organiser les Jeux. Tout ça dépendra de la diplomatie sportive. Il faudra chercher les voix du Comité International Olympique (CIO) une à une ».

Les propos de Patrick Kanner ne font que confirmer l’état d’esprit des autorités sportives et politiques françaises, soucieuses de préparer au mieux une potentielle candidature.

Après les échecs successifs – aux JO d’été et d’hiver – de la France, il apparaît essentiel en effet de mettre en place une nouvelle stratégie.

Celle-ci se base sur l’écoute et le leadership du Mouvement sportif ainsi que sur la diplomatie sportive, incarnée tout aussi bien par le CFSI que par la cellule installée au Quai d’Orsay et dirigée par Jean Lévy, Ambassadeur pour le Sport.

Les semaines qui viennent seront déterminantes puisque l’étude d’opportunité et de faisabilité va entrer dans sa phase finale. Début 2015, de premières indications devraient être dévoilées par les autorités sportives et politiques avant une prise de décision formelle d’ici le mois de juin 2015.

Illustration : Crédits – Patrick Messina / Le Monde

Laisser un commentaire