Paris 2024 : GL Events à la manœuvre sur le site de Versailles

Leader mondial dans le domaine de l’événementiel, le groupe lyonnais GL Events sera au cœur des préparatifs d’installation des épreuves équestres et para-équestres des Jeux de Paris 2024 qui se dérouleront sur le site de l’Étoile Royale, dans la perspective du Grand Canal et du Château de Versailles (Yvelines).

Visuel des tribunes temporaires aménagées sur le site de Versailles pour l’accueil des épreuves équestres et para-équestres des Jeux d’été de Paris 2024 (Crédits – Paris 2024 / Populous-Luxigon)

A l’aune des répercussions – en particulier dans le domaine économique – de la crise sanitaire du Covid-19, et au regard des leçons tirées des préparatifs de Tokyo 2020, le Comité d’Organisation des Jeux (COJO) de Paris 2024 avait exprimé, courant 2020, son souhait d’établir un projet reposant sur une optimisation des dépenses.

Cela s’est notamment traduit par une mutualisation de certains sites mobilisés à la fois dans le cadre des Jeux Olympiques et dans la perspective des Jeux Paralympiques. Cela passera également par la participation d’acteurs extérieurs déjà rodés dans l’exercice de préparation et de réception de grands événements mondiaux.

Concrètement, et lorsque la situation le permettra, Paris 2024 fera ainsi appel à des structures externes pour installer le cadre des compétitions, à l’instar du site de Versailles où GL Events et sa filiale GL Events Equestrian Sport assureront la livraison des opérations événementielles et sportives des épreuves équestres et para-équestres.

Dans une récente interview accordée au magazine spécialisé « Grand Prix », la Présidente de GL Events Equestrian Sport a d’ailleurs officialisé ce partenariat avec Paris 2024 à l’issue du processus d’appel d’offres.

Comme l’a notamment exposé et précisé Sylvie Robert :

Nous serons […] les opérateurs du site de Versailles, dans le respect du cahier des charges que Paris 2024 nous a confié. Paris 2024 reste l’entité responsable de l’organisation des Jeux, mais nous serons à ses côtés et mettrons à sa disposition notre savoir-faire et nos connaissances pour permettre d’organiser les Jeux Olympiques et Paralympiques dans les meilleures conditions pour notre sport.

Après avoir créé le Salon du cheval de Lyon, que nous organisons depuis vingt-huit ans, orchestré les finales des Coupes du Monde Longines de jumping et FEI de dressage en 2014 à Euroxpo et 2018 à l’AccorHotels Arena de Paris, nous sommes extrêmement heureux de pouvoir apporter une pierre à ce formidable édifice.

Acteur majeur de l’événementiel, GL Events ajoute de fait une nouvelle corde à son arc déjà bien garni par l’expérience passée acquise sur les éditions des Jeux de Barcelone 1992, mais aussi Sydney 2000, Athènes 2004, Pékin 2008, Londres 2012, Rio 2016 et dernièrement, Tokyo 2020, sans compter aussi les actions menées dans le cadre des Jeux Équestres Mondiaux (JEM) 2014 en Normandie, via une autre de ses filiales, à savoir Jaulin.

Pour les Jeux d’été de Paris 2024, un double défi se posera aux équipes de GL Events, pour à la fois accueillir de façon optimale les meilleurs cavaliers du monde dans un écrin sportif temporaire, et pour sublimer de surcroît ledit écrin imaginé dans le cadre majestueux du Parc du Château de Versailles, inscrit au Patrimoine Mondial de l’Humanité par l’UNESCO.

Visuel du site de Versailles configuré pour l’accueil des épreuves équestres des Jeux d’été de Paris 2024 (Crédits – Paris 2024 / Populous-Luxigon)

Durant les Jeux Olympiques (26 juillet au 11 août 2024) – et selon les plans proposés par Paris 2024 en phase de candidature – le site de l’Étoile Royale sera alors sollicité pour héberger les compétitions équestres et celles du pentathlon moderne, exception faite de l’escrime qui se tiendra dans le secteur du Parc des Expositions de Paris Nord – Villepinte, dans le département de la Seine-Saint-Denis.

Pour l’occasion, le site versaillais pourrait disposer d’une capacité d’accueil brute maximale de 62 500 places pour le concours complet, et d’une jauge ramenée à 22 500 places assises pour le dressage et le saut d’obstacles organisés dans le périmètre d’un stade éphémère en forme de fer à cheval ouvert sur la perspective monumentale du Grand Canal et du Château.

Au moment des Jeux Paralympiques (28 août au 08 septembre 2024), la jauge pourrait en revanche être fixée à 12 000 places, à moins que les organisateurs ne conservent dans sa globalité l’enceinte temporaire utilisée lors des Jeux Olympiques quelques semaines auparavant.

Concernant les épreuves de pentathlon moderne, le site versaillais pourrait recevoir jusqu’à 20 000 spectateurs par session, là-encore en tenant compte des projections effectuées par Paris 2024 en phase de candidature.

Lors de ladite phase, Paris 2024 avait en outre avancé une enveloppe budgétaire globale à hauteur de 12,106 millions de dollars pour permettre l’installation du dispositif équestre et du pentathlon moderne.

Un chiffre qui paraît aujourd’hui obsolète en raison de la dégradation du contexte économique en France et d’un niveau d’inflation susceptible d’impacter le coût des matériaux nécessaires à l’aménagement d’un site sur lequel les constructions devront être approuvées et supervisées par la Ville de Versailles, l’Établissement Public du Château, du Musée et du Domaine National de Versailles, ainsi que par l’État, compte-tenu des classements dont bénéficie le vaste et riche ensemble patrimonial.

Laisser un commentaire