JO 2030 : Saragosse apporte son soutien à la candidature espagnole

Alors que le Président du Comité Olympique Espagnol (COE), Alejandro Blanco, a récemment remis les lettres d’intention des autorités régionales et nationales au siège du Comité International Olympique (CIO), la Ville de Saragosse a apporté ce jeudi son appui à l’idée d’une candidature de l’Aragon et de la Catalogne pour la tenue des Jeux d’hiver de 2030.

(Crédits – Jorge Franganillo / Flickr)

Au cours de sa séance plénière du jeudi 29 juillet, le Conseil Municipal de Saragosse – principale ville d’Aragon et cinquième ville d’Espagne avec plus de 680 000 habitants – a fait un pas en avant en faveur du projet de candidature olympique et paralympique Pyrénées-Barcelone.

Une motion a ainsi été approuvée ce jeudi 29 juillet, avec l’apport des voix du Parti Populaire (PP, droite), du Parti Socialiste Ouvrier Espagnol (PSOE, gauche) et de Vox (extrême-droite), tandis que Zaragoza en Común (ZeC, gauche) et Podemos (extrême-gauche) ont affiché leur opposition.

En dépit de ce soutien symbolique, le choix de l’intitulé jusqu’à présent évoqué par les autorités olympiques espagnoles a été au cœur des discussions de l’assemblée municipale, certains élus préférant une dénomination plus neutre comme Pyrénées-Espagne ou associant davantage les deux régions-phares porteuses du projet.

Il faut dire que la perspective de participer à une candidature dans laquelle Barcelone serait l’inévitable figure de proue ne satisfait pas pleinement les autorités aragonaises. Il y a quelques semaines, le Président de l’Aragon avait d’ailleurs menacé de se retirer du projet face à la prédominance de la collectivité catalane, hôte des Jeux d’été de 1992 et forte de nombreux équipements sportifs hérités de cette période.

Aussi, pour assurer un rééquilibrage des rôles, certains élus de Saragosse ont voulu mettre en avant l’idée d’organiser au moins l’une des Cérémonies en Aragon selon un ordonnancement qu’il conviendrait d’établir ultérieurement avec l’ensemble des parties prenantes.

(Crédits – Pirineus-Barcelona)

Quoiqu’il en soit, les querelles apparentes entre les Collectivités pourraient constituer une faiblesse majeure pour la candidature espagnole, d’autant plus lorsque l’on sait que la grande favorite de la course aux JO 2030 – Salt Lake City (Utah, États-Unis) – bénéficie d’un large appui institutionnel doublé d’un soutien populaire massif.

Les artisans de la candidature pyrénéennes devront dès lors tenir compte de cet élément stratégique, mais également s’inspirer de la réussite du projet de Milan-Cortina 2026 qui, après des mois de flottement et de tensions politiques, avait su prendre de l’élan à l’initiative du Comité National Olympique Italien (CONI), avant de finalement s’imposer face à la candidature de Stockholm-Åre (Suède) également frappée par des dissensions institutionnelles.

Laisser un commentaire