JO 2030 : Le projet espagnol devrait être finalisé d’ici la mi-avril

Désireuse d’accueillir les Jeux d’hiver pour la première fois de son histoire, l’Espagne devrait être en capacité de présenter son projet technique, principalement pensé autour de Barcelone et des Pyrénées, au plus tard, d’ici la mi-avril 2022, à en croire les dernières déclarations du Président du Comité Olympique Espagnol (COE), Alejandro Blanco.

Alejandro Blanco, Président du Comité Olympique Espagnol (Crédits – COE)

Après avoir renoncé à son rêve des Jeux d’hiver pour 2022 et pour 2026, l’Espagne entend bien désormais aller jusqu’au bout de la course à l’obtention des JO 2030, misant à la fois si la refonte profonde du processus des candidatures opérée par le Comité International Olympique (CIO), ainsi que sur son expérience acquise avec les Jeux d’été de Barcelone 1992.

Cette ambition olympique et paralympique qui, un temps, aurait pu être considérée comme une parfaite utopie, pourrait finalement se concrétiser et faire de Barcelone une double Ville Olympique, à l’instar de Pékin (Chine) qui a ouvert la voie cette année, en devenant la première ville à recevoir les Jeux d’été (2008) et les Jeux d’hiver (2022).

Aussi, au cours des années écoulées, le COE a tâché de réunir les conditions nécessaires à une telle concrétisation, via des échanges réguliers avec les pouvoirs publics, tant à l’échelon local qu’au niveau national, tout en poussant pour l’établissement d’un projet responsable dans une période où l’opinion publique porte un regard aiguisé sur les questions économiques et environnementales.

A ce stade – et malgré les tensions qui ont pu se faire jour entre les autorités catalanes et les acteurs aragonais – le COE espère dès lors pouvoir être en mesure de présenter un projet dans les jours à venir, grâce aux efforts réalisés par la Commission Technique instaurée au mois de décembre 2021.

Comme l’a en ce sens affirmé le Président du Comité Olympique Espagnol, Alejandro Blanco, dans une récente interview pour le site « YoSoyNoticia » :

Dialogue, compréhension et respect. Ce sont les trois valeurs sur lesquelles repose la candidature. La situation s’est améliorée et nous avons presque verrouillé les aspects techniques du projet.

Dans quelques jours, nous pourrons avoir achevé ce volet.

Si ce n’est pas en mars, ce sera dans le courant de la première quinzaine d’avril. Nous y arriverons.

Première réunion de la Commission Technique pour la candidature Pyrénées-Barcelone 2030, mardi 21 décembre 2021 (Crédits – COE)

Depuis quelques semaines en tout cas, les grands axes de ce projet ont été évoqués dans la presse espagnole, avec bien sûr une réutilisation attendue des infrastructures héritées de 1992, dont le Stade Olympique Luís Companys et le Palau Sant Jordi sur la colline de Montjuïc, et la mobilisation de sites pyrénéens, comme les stations de La Molina et de Masella ou encore de Baqueira Beret dans le Val d’Aran.

Le projet pourrait même avoir une dimension européenne inédite.

De fait, conscient des contraintes logistiques et du coût que pourrait représenter l’aménagement d’installations spécifiques pour lesquelles une reconversion optimale pourrait ne pas être garantie par la suite, le Comité Olympique Espagnol a ainsi peu à peu mis en avant l’idée d’une alliance avec Sarajevo (Bosnie-Herzégovine), dont la récente histoire est liée à celle de la Ville Hôte des Jeux de 1992.

Les épreuves de saut à ski et les compétitions de bobsleigh, de luge et de skeleton pourraient alors y être organisées, rallumant de facto la ferveur olympique dans une ville qui fut hôte des JO 1984.

Laisser un commentaire