Tokyo 2020 présente un plan de simplification à 240 millions d’euros

A neuf mois de l’ouverture des Jeux de Tokyo 2020 – reportés d’un an en raison de la crise sanitaire liée au Covid-19 – les organisateurs nippons et le Comité International Olympique (CIO) ont entériné cette semaine les mesures de simplification devant permettre de réaliser des économies d’au moins 30 milliards de yens, soit 240 millions d’euros.

De gauche à droite, Toshiro Muto, Directeur Général de Tokyo 2020 ; Yoshiro Mori, Président du Comité d’Organisation ; et Masa Takaya, porte-parole dudit Comité (Crédits – Tokyo 2020)

Dans le cadre du processus de report des Jeux Olympiques et Paralympiques d’été de 2020, les discussions menées jusqu’à présent entre toutes les parties au projet ont déjà permis de lever certains obstacles jalonnant le parcours en direction de Tokyo (Japon).

Aussi, faisant suite à la sécurisation de l’ensemble des sites prévus pour la célébration des Jeux l’année prochaine – 43 sites pour la partie olympique, dont le Village et le Centre des Médias, puis 19 pour la partie paralympique – survenue durant l’été, les organisateurs ont minutieusement étudié une cinquantaine de mesures d’optimisation et de simplification en vue de dégager des marges de manœuvre budgétaires et d’atténuer de surcroît la portée du report.

En milieu de semaine, le Comité d’Organisation des Jeux (TOCOG) a ainsi fait un point d’étape, trois mois après l’engagement des travaux de réflexion, en annonçant que les mesures étudiées et récemment sectorisées pourraient permettre de réaliser des économies de l’ordre de 30 milliards de yens, soit quelques 240,27 millions d’euros.

Embrasement d’une vasque à l’arrivée de la flamme olympique de Tokyo 2020 au Japon, vendredi 20 mars 2020 (Crédits – Tokyo 2020 / Erika Shimamoto)

Ce chiffrage – qui peut paraître minime au regard des dépenses globales générées par la tenue de l’événement, entre le budget d’organisation d’une part et les investissements réalisés depuis 2013 par les autorités locales et nationales d’autre part – repose notamment sur un réexamen du cahier des charges relatifs aux structures temporaires avec, à la clé, une réduction des jauges d’accueil des spectateurs pour ces équipements.

Le décorum entourant les sites sportifs et le Village des Athlètes a également été revu à la baisse, tandis que les parties prenantes aux Jeux sont d’ores et déjà encouragées à restreindre la voilure des délégations officielles appelées à se rendre au Japon, hors athlètes.

Un même effort d’optimisation est aussi encouragé et mené du côté du TOCOG dans le cadre de la stratégie relative aux recrutements, de même qu’au niveau des opérations portant sur le prochain relais de la flamme olympique.

En revanche, en opposition avec ce qu’avait proposé la Gouverneure de Tokyo il y a quelques mois, ni le TOCOG, ni le CIO n’ont convenu – au moins pour l’instant – de revoir le format des Cérémonies d’ouverture et de clôture des Jeux. Ces dernières devraient dès lors se dérouler selon un schéma habituel, avec néanmoins quelques adaptations à prévoir à la marge pour se conformer au contexte sanitaire.

Dans les prochaines semaines, de nouvelles mesures devraient être précisées lorsque le Comité d’Organisation présentera le dispositif pour faire face au Covid-19, de même que la répartition des dépenses liées au report des Jeux. Sur la base du chiffrage réalisé jusqu’à présent et à l’aune des prochaines décisions, le TOCOG dévoilera alors la cinquième version du budget prévisionnel d’ici la fin de l’année 2020.

Réunion de la Commission de Coordination du CIO, le 25 septembre 2020 (Crédits – Tokyo 2020)

L’an passé, Tokyo 2020 avait indiqué que le budget d’organisation des Jeux s’établissait à 5,6 milliards de dollars, avec en outre des investissements menés par les autorités publiques à hauteur de 7 milliards de dollars, dont 5,6 milliards à la seule charge du Gouvernement Métropolitain de Tokyo (TMG).

La nouvelle version du budget prévisionnel devrait sans surprise rehausser ces montants globaux – 12,6 milliards de dollars – en dépit des efforts consentis jusqu’à présent par le TOCOG et malgré l’enveloppe exceptionnelle de 650 millions de dollars fournie par le CIO en soutien des organisateurs nippons.

Les négociations entre les parties va en conséquence se poursuivre au cours des semaines à venir et ce, dans le but d’affiner au maximum les dépenses supplémentaires qui, en majorité, reviendront à la charge des autorités. Ces discussions vont notamment se traduire par une révision du Contrat Ville Hôte signé en septembre 2013, au moment de l’attribution des JO 2020.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.