Pékin 2022 répète et peaufine la Cérémonie d’ouverture des Jeux

Vendredi 04 février 2022, le monde aura les yeux rivés sur Pékin et son célèbre « Nid d’Oiseau », théâtre alors de la Cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques d’hiver. Une répétition s’est déroulée ce week-end en prévision de ce qui devrait être une performance mémorable, quatorze ans après le spectacle d’ouverture des Jeux d’été.

Répétition de la Cérémonie d’ouverture des Jeux d’hiver de Pékin 2022, dans la soirée du samedi 22 janvier 2022 (Crédits – Beijing 2022 / Xinhua)

Jamais auparavant un Stade Olympique n’avait été le cadre, à quelques années d’intervalle, d’une Cérémonie d’ouverture des Jeux d’été et d’une Cérémonie d’ouverture des Jeux d’hiver.

Le « Nid d’Oiseau », situé au cœur du Parc Olympique de Pékin, aura pourtant cet honneur, avec la venue en Chine des Jeux d’hiver de 2022 dans les prochains jours.

Pour l’occasion, les organisateurs ont vu les choses en grand, en faisant à nouveau appel au metteur en scène qui avait assuré le spectacle de l’été 2008, Zhang Yimou.

Endossant pour la deuxième fois de sa carrière le costume de Directeur en chef des Cérémonies, ce dernier a pensé une scénographie bien différente du show spectaculaire orchestré il y a quatorze ans. De fait, comme précisé ces dernières semaines, l’ouverture des JO 2022 sera cette fois-ci assurée par quelques 3 000 figurants et ne devrait durer qu’une centaine de minutes, alors que 15 000 personnes et quatre heures de spectacle avaient été programmés lors des Jeux de 2008.

Cela s’explique aussi bien par la dimension distincte entre Jeux d’été et Jeux d’hiver, mais également par le contexte sanitaire toujours fragile au regard de l’épidémie de Covid-19 et du variant Omicron que la Chine tente de contenir en dehors de ses frontières.

Il n’empêche, le spectacle en préparation devrait à nouveau éblouir les milliards de téléspectateurs attendus à travers la planète. Au début du mois de janvier, Zhang Yimou avait d’ailleurs subtilement évoquer les contours de la Cérémonie d’ouverture tout en gardant une grande part de mystère.

Ainsi qu’il l’avait exposé :

Nous voulons réaliser quelque chose de simple, sûr et splendide. Ce ne sera pas aussi somptueux et ça ne durera pas aussi longtemps que pour Pékin 2008.

Rendre splendide un tel événement d’une manière relativement simple et sûre représente un grand défi.

Répétition de la Cérémonie d’ouverture des Jeux d’hiver de Pékin 2022, dans la soirée du samedi 22 janvier 2022 (Crédits – Beijing 2022 / Xinhua)

Ce samedi 22 janvier en tout cas, une répétition d’envergure a été organisée au sein du Stade Olympique, afin de coordonner – et rectifier le cas échéant – les divers tableaux, avec la mobilisation de la moitié des figurants qui seront in fine présents au soir de la Cérémonie d’ouverture.

Cette répétition – ponctuée d’un gigantesque feu d’artifice – marque un point d’étape majeur, près de trois ans après le début des travaux de conception du spectacle et à presque dix jours des Jeux.

Lesdits travaux trouvent en effet leur origine dans l’installation en 2019 du Département chargé des Cérémonies au sein du Comité d’Organisation (BOCOG), avant que la planification créative ne soit opérée mois après mois, jusqu’en mars 2021, échéance à partir de laquelle la phase de production et de réalisation des différents éléments qui composeront le spectacle ne soit enclenchée. Cette phase a notamment permis d’élaborer la scénographie au sens large, de l’éclairage aux costumes des figurants, en passant bien sûr par le choix musical qui rythmera le récit de la Cérémonie.

Pour les tableaux proposés, les organisateurs devraient s’appuyer sur l’innovation technologique comme l’un des segments forts de Pékin 2022, notamment en ce qui concerne le processus d’embrasement de la vasque olympique. La promotion des bienfaits du sport sur la santé, à l’heure où les autorités ont annoncé que plus de 300 millions de Chinois ont fait la découverte des sports d’hiver depuis l’attribution des Jeux en 2015, devrait aussi être assurée, de même que la protection de l’environnement et la valorisation du patrimoine naturel.

La Cérémonie d’ouverture devrait parallèlement faire la part belle aux traditions chinoises, avec en particulier l’évocation des « Vingt-quatre périodes solaires » – étude ancienne des mouvements du soleil et de l’astronomie – inscrits en 2016 sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’Humanité par l’UNESCO.

Laisser un commentaire