JO 2048 : Delhi se projette dans l’avenir

En évoquant d’ores et déjà l’échéance de 2048 comme année espérée pour l’accueil des Jeux Olympiques et Paralympiques d’été, les autorités de Delhi (Inde) entendent provoquer un sursaut parmi les dirigeants du pays pour accroître les investissements dans les infrastructures et dans le sport.

Vue aérienne du Jawaharlal Nehru Stadium de New Delhi (Crédits – Amitabha Datta / Flickr)

Alors que les Jeux d’été de 2032 n’ont pas encore été attribués – même si le Queensland (Australie) est plus proche que jamais de décrocher la timbale – et que la course aux Jeux de 2036 commence à peine à se dessiner, l’Inde pourrait être tentée de jouer la montre, en attendant patiemment son tour.

De fait, une candidature pourrait se développer au sein du territoire de Delhi, au Nord du pays, avec l’objectif assumé des autorités locales d’amener les Jeux en 2048 et ce, tel qu’exposé ce mardi par Manish Sisodia, Vice-Ministre en chef de ce territoire qui englobe la capitale indienne, New Delhi.

La quête des Jeux pour cette échéance précise n’est pas un hasard. A quelques mois près en effet, la tenue de l’événement mondial coïnciderait avec les célébrations du centenaire de l’indépendance du pays.

Symbolique, la date évoquée ce jour constitue surtout une occasion pour l’Inde de se doter des infrastructures nécessaires à l’accueil d’un événement de cette ampleur avec également, au-delà de la seule présence de sites sportifs de haut niveau, une véritable politique de développement de l’apprentissage et de la pratique sportive, sans compter bien sûr une plus grande considération portée sur le sport d’élite et ce, afin de placer le pays le plus peuplé au monde au-devant de la scène.

La démarche, bien que louable, constitue un défi majeur, onze ans après l’accueil tumultueux des Jeux du Commonwealth en 2010, quelques années après les tentatives avortées pour les échéances de la décennie 2020, et quelques mois à peine après l’intérêt soulevé par les autorités nationales pour les Jeux d’été de 2032.

Cette stratégie, qui vise à intégrer l’échéance olympique et paralympique pré-déterminée à un calendrier de développement économique et territorial plus vaste, n’est pas sans rappeler celle de la Chine, l’éternelle rivale.

Entre la fin des années 1980 et le début de la décennie 1990, Pékin n’était pas encore celle que l’on connaît aujourd’hui. Aussi, la ville avait d’abord minutieusement préparé ses arguments, au travers en particulier d’une candidature pour les Jeux de l’an 2000, avant de finalement s’imposer comme l’incontournable du processus de sélection pour les JO 2008. Aujourd’hui, la capitale chinoise s’apprête même à aller plus loin encore, avec la tenue programmée des premiers Jeux d’hiver de l’histoire du pays en 2022, devenant à cette occasion, la première Ville Olympique hôte de la manifestation estivale et hivernale.

Au cours des dernières années, la Chine s’est en outre affirmée sur le plan sportif, avec pas moins de 473 médailles glanées aux Jeux d’été depuis 1984, dont 100 lors de la seule édition des Jeux de Pékin 2008.

Cérémonie de clôture des Jeux du Commonwealth 2010 au sein du Jawaharlal Nehru Stadium (Crédits – Delhi 2010)

Ce mardi, Manish Sisodia n’a en tout cas pas manquer d’exposer un calendrier à suivre, calendrier qu’il faudra nécessaire tenir pour espérer parvenir à l’objectif fixé. Ainsi qu’il l’a affirmé :

La 32ème édition des Jeux Olympiques doit se tenir à Tokyo. Les trois prochains hôtes ont également été décidés.

Notre gouvernement vise à amener les installations sportives et les compétitions à ce même niveau grâce à la nouvelle Université des Sports qui pourrait nous permettre d’accueillir la 39ème édition des Jeux en 2048.

Cela peut sembler lointain, mais nous devons soumissionner 10 ans avant 2048. Et avant cela, il nous faudra 15 ans pour construire les infrastructures adéquates, créer une atmosphère où le sport pourra s’épanouir et conduire nos sportifs à remporter des médailles dans les compétitions menant jusqu’aux Jeux de 2048.

Afin de montrer aux autorités nationales et au reste du monde la détermination de Delhi à candidater à l’organisation des Jeux, le Ministre en chef du territoire fort de près de 17 millions d’habitants, a pour sa part profité de la présentation du budget 2021 pour faire savoir que le gouvernement soutiendrait l’aménagement d’infrastructures et la mise à niveau des équipements sportifs de la région.

Sans aucun doute un premier pas dans une démarche engagée 27 ans en amont.

Laisser un commentaire