JO 2024 : Une candidature de l’Inde jugée « trop prématurée » par Thomas Bach et Narendra Modi

Ce lundi, le Président du Comité International Olympique (CIO) a rencontré le Premier Ministre Indien, Narendra Modi, à New Delhi. Ce rendez-vous avait été fixé à la suite d’une visite de représentants du Gouvernement et du Comité Olympique Indien (IOA) au siège du CIO, fin mars.

Aujourd’hui, Thomas Bach et Narendra Modi ont convenu d’une coopération plus étroite entre l’institution de Lausanne (Suisse) et l’Inde qui entend jouer un rôle majeur au cours des décennies à venir, sur le plan économique mais aussi sportif, avec l’ambition affichée d’organiser un jour l’événement olympique.

Thomas Bach et Narendra Modi

Mais si des mesures ont été engagées par les autorités nationales, comme par exemple la construction de centres d’excellence en sport ou d’une université du sport, des efforts considérables doivent encore être fournis par le pays avant de prétendre à l’organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques.

Les deux parties en ont d’ailleurs convenu, estimant qu’une candidature aux JO 2024 semblait être « trop prématurée », tant au regard des délais avant le dépôt officiel – le 15 septembre – que des investissements nécessaires pour rendre crédible et viable un tel projet.

L’une des étapes majeures à franchir avant de pouvoir être en mesure de présenter un projet olympique réside tout simplement dans le développement du sport.

Comme l’a exprimé Thomas Bach, « il faut exploiter l’énorme potentiel que représente la population indienne au nombre de 1,2 milliard de personnes, dont 80 millions sont des jeunes.

La jeunesse est l’un des trois piliers de l’Agenda Olympique 2020 et c’est là un exemple concret de la manière dont nous pouvons vous aider ».

Illustration : Thomas Bach et Narendra Modi (Crédits – CIO / Ian Jones)
Publicités

7 Thoughts

  1. Nul doute que l’Inde comptera un jour parmi les puissances qui comptent au point de vue olympique. Mais pour les prochains jeux à venir en Asie, je vois plutôt le Qatar ou les Émirats Arabes Unis, avant un retour en Chine, à Shanghai possiblement.

    J'aime

    1. Les Jeux en Asie attendront sans doute, au moins 2032, au regard des dernières Olympiades attribuées au continent, été (2008 / 2020) comme hiver (2014 / 2018 / 2022).

      Mais pour le Qatar et les EAU, je pense qu’il faudra patienter encore davantage. Car même si ces deux pays ont les moyens de leur ambition, le CIO ne semble pas attiré par cette éventualité, à l’inverse de la FIFA qui s’est littéralement offerte au Qatar pour la Coupe du Monde 2022.
      En témoigne les tentatives infructueuses de Doha pour 2016 et 2020… à chaque fois recalée au stade de la Requérance.

      J'aime

      1. Effectivement, tu as raison pour le Qatar. Toutefois, Dubai et les Émirats Arabes Unis ont un passif moins sulfureux et pourraient représenter une opportunité pour le CIO en 2028. Surtout que la ville se sera dotée de davantage d’infrastructures pour l’Expo 2020.

        Quant à Sotchi, on ne peut pas la considérer en Asie. Elle fait partie de la Russie d’Europe. tout comme les républiques russes du Caucase, ainsi que les 3 pays indépendants de la région (ARM, AZE, GEO).

        J'aime

  2. Je pense que Kevin voulait parler des jeux de la jeunesse 2014 d’été (Nanjing). Pour 2028 même cette date semble « interdite » pour l’Asie, car tout dépendra de la ville élue pour 2024. Si l’Europe (Paris, Hambourg, Rome…) est choisie, les Etats Unis pourraient se reporter à l’obtention des jeux d’hiver 2026, mais l’Afrique et l’Océanie serait largement avantagées pour…2028. Si Boston triomphe, il serait quasi certain que 2026 et 2028 seront européens. Quoi qu’il arrive, en 2028 il sera beaucoup trop tôt, mais 2032 ou 2036 (ce qui me parais le plus accessible) pourront à nouveau se diriger vers Asie.

    J'aime

    1. Bonne analyse, mais j’ajouterai que les États-Unis pourraient se disqualifier pour 2026 et 2028 si Boston devait se retirer de la course avant terme, ce qui est tout sauf improbable.

      De même, l’Asie devient de plus en plus incontournable et les pays pouvant accueillir les JO, été ou hiver, vont être de plus en plus nombreux à l’avenir. Certains peuvent le faire demain matin (Japon, Corée du Sud, Chine, Singapour, Kazakhstan, Malaysie, Qatar, EAU), d’autres après-demain (Thaïlande, Indonésie et Viêt-Nam). Pour 2028, il faudra aussi compter avec ce continent.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.