Pékin 2022 : La Chine veut renforcer ses relations avec la France et l’Italie

Première Ville Olympique à accueillir les Jeux d’été (2008) et les Jeux d’hiver (2022), Pékin s’engage cette année dans la dernière ligne droite de ses préparatifs et entend à cette occasion renforcer sa coopération avec la France et l’Italie, hôtes prochaines des Jeux de Paris 2024 et de Milan-Cortina 2026.

(Crédits – Beijing 2022)

Au cours des dernières années, la Chine s’est positionnée comme un nouvel acteur du sport mondial avec la réception d’événements d’envergure comme les Mondiaux d’Athlétisme à l’été 2015 et bien sûr avec l’accueil des Jeux Olympiques et Paralympiques d’été de 2008 qui avait symbolisé la montée en puissance continue du pays le plus peuplé de la planète sur la scène internationale.

Aujourd’hui, alors que l’Empire du Milieu se prépare activement à organiser les premiers Jeux d’hiver de son histoire, les coopérations bilatérales représentent un enjeu majeur pour sanctuariser le développement des sports et des infrastructures utiles à ces derniers dans le pays, la Chine ayant fait la promesse de faire venir 300 millions de personnes sur les pistes enneigées à l’horizon 2022.

Aussi, en ce qui concerne les relations avec la France, Ministres et Présidents successifs ont multiplié depuis quelques années maintenant les voyages diplomatiques et les initiatives pour accroître les échanges sino-français sur la filière sportive, avec comme point d’horizon commun, la tenue prochaine des JO 2022 à Pékin et 2024 à Paris.

Pour preuve de cette entente stratégique, qui conduit notamment à l’engagement d’entreprises françaises spécialisées dans le domaine des sports d’hiver, Patrick Kanner et Thierry Braillard, à l’époque Ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports, et Secrétaire d’État aux Sports sous la présidence de François Hollande, s’étaient rendus dans la capitale chinoise en marge des Championnats du Monde d’Athlétisme en août 2015.

Le Ministre s’était alors entretenu avec Liu Peng, Chef de l’Administration Générale des Sports et Président du Comité Olympique de Chine et ce, avant de faire le déplacement jusqu’à Zhangjiakou, l’un des pôles neige des JO 2022, en compagnie de Guy Drut, membre français du Comité International Olympique (CIO). De son côté, Thierry Braillard avait eu l’occasion d’échanger avec Zhidan Gao, Vice-Ministre des Sports afin d’envisager, déjà, un accroissement de la coopération entre les deux pays.

Par la suite, Patrick Kanner avait d’ailleurs effectué un voyage diplomatique en Chine en février 2017 pour signer des accords stratégiques avec les autorités chinoises autour de l’expertise de l’École Nationale des Sports de Montagne (ENSM) et de l’Institut National du Sport, de l’Expertise et de la Performance (INSEP). Il avait en outre signé un partenariat entre la Fédération Française d’Équitation (FFE) et l’Université du Commerce de Wuhan.

Le changement de locataire au Palais de l’Élysée n’avait ensuite pas remis en cause l’entente mutuelle dans le domaine sportif. Ainsi, toujours en 2017, la première Ministre des Sports sous la présidence d’Emmanuel Macron s’était rendue quatre jours durant à Pékin et à Shanghai. A l’époque, Laura Flessel avait entre autre assisté à une réception autour de la thématique « Paris / Pékin, Villes Olympiques ».

D’autres déplacements de personnalités tricolores en Chine ont également marqué les dernières années, à l’image des séjours effectués sur place par la Maire de Paris, Anne Hidalgo, en 2016, et par la Présidente de la Région Île-de-France, Valérie Pécresse, en 2018.

En 2018 encore, une délégation conduite par Sophie Lorant, Directrice des Relations Internationales du Comité d’Organisation des Jeux de 2024 (COJO) et Lambis Konstantinidis, Directeur de l’Intégration paralympique dudit Comité, avait amené Paris 2024 à visiter le quartier général de Pékin 2022 et à échanger in situe avec les représentants chinois.

Portrait de Lu Shaye, Ambassadeur de Chine en France (Crédits – Ambassade de la République Populaire de Chine en République Française)

Enfin, la semaine dernière, une déclaration de l’Ambassadeur de Chine en France est venue confirmer le positionnement bilatéral des autorités pour une coopération harmonieuse dans l’optique des Jeux.

Ainsi, dans un « Mot de fin d’année 2020 » portant sur les relations sino-françaises entre bilan et perspectives, Lu Shaye a fait savoir que l’année qui s’ouvre représenterait une occasion supplémentaire d’intensifier les échanges entre les deux pays.

Comme il l’a ainsi affirmé :

L’année 2021 marque le début d’une nouvelle étape dans le développement de la Chine, celle de l’édification intégrale d’un pays socialiste moderne. Et le monde a de bonnes chances d’entrer dans l’après Covid-19.

Les relations sino-françaises se verront offrir de nouvelles opportunités de développement importantes.

Nous mettrons scrupuleusement en œuvre les consensus importants dégagés par nos deux Chefs d’État et travaillerons sur trois priorités, en vue de nouveaux progrès des relations sino-françaises.

Parmi ces priorités, l’Ambassadeur évoque notamment les Jeux de Pékin 2022 et ceux de Paris 2024 susceptibles de créer de nouvelles synergies.

Pour Lu Shaye en effet :

Nous allons renforcer la synergie entre le 14e Plan quinquennal de la Chine, d’une part, et le plan de relance économique ainsi que la stratégie de développement français, de l’autre, promouvoir activement la mise à exécution de grands projets stratégiques et emblématiques et créer de nouveaux pôles de croissance pour la coopération.

Dans la perspective de l’Année du tourisme culturel sino-français en 2021, des JO d’hiver de 2022 à Beijing et des JO d’été 2024 à Paris, nous saisirons les opportunités pour relancer progressivement les échanges et la coopération entre nos deux pays dans la culture, le tourisme, le sport, entre les collectivités locales et dans d’autres domaines.

(Crédits – Ministero degli Affari Esteri e della Cooperazione Internazionale)

La France n’est pas le seul interlocuteur avec qui la Chine entend renforcer ses relations autour de la dynamique olympique et paralympique dans les mois et années à venir.

De fait, à la fin du mois de décembre 2020, Wang Yi, Conseiller d’État et Ministre chinois des Affaires étrangères et son homologue italien, Luigi Di Maio, ont convenu d’un soutien réciproque en vue des Jeux d’hiver de Pékin 2022 et de Milan-Cortina 2026, après une année 2020 largement perturbée par la crise sanitaire du Covid-19.

Dans le cadre de la 10e Réunion conjointe du Comité gouvernemental sino-italien, les deux leaders ont ainsi exprimé leur souhait de marquer d’une pierre blanche le 50e anniversaire des relations diplomatiques entre la Chine et l’Italie.

Sur le terrain sportif, la participation de l’Italie en qualité d’invitée d’honneur de la WWE World Winter Sports Expo 2021 a été annoncée. Cette dernière, qui se déroulera du 03 au 07 septembre 2021 à Pékin, préfigurera l’accueil par la capitale chinoise des Jeux d’hiver quelques mois plus tard.

Plus globalement, la réunion organisée pour partie en visioconférence avait aussi pour objectif d’établir la participation active des deux pays pour la coopération entre la Chine et l’Union Européenne au moment où les États-Unis s’apprêtent à investir un nouveau Président, en la personne de Joe Biden, mais avec également en toile de fond, la présidence du G20 assurée depuis le 1er décembre 2020 et tout au long de l’année 2021 par la péninsule italienne.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.