Paris 2024 : Coup d’envoi de l’opération du Centre Aquatique Olympique

Un peu plus d’un mois après avoir officialisé le choix de Bouygues Bâtiment Île-de-France pour conduire les travaux du futur Centre Aquatique Olympique (CAO), la Métropole du Grand Paris a convié, ce mardi matin, l’ensemble des parties au projet à une visite de chantier.

Une bâche a été installée pour signifier le démarrage du chantier lié à l’aménagement du Centre Aquatique Olympique à Saint-Denis (Crédits – Métropole du Grand Paris)

Comme pour signifier que le temps du confinement est à présent passé et que les chantiers ont pu reprendre leur cours après une interruption de quelques semaines, la Métropole du Grand Paris et les acteurs du projet olympique et paralympique de Paris 2024 se sont donnés rendez-vous ce mardi 09 juin pour une visite de terrain, sur l’emprise de la future ZAC Plaine Saulnier où doit notamment être édifié le Centre Aquatique Olympique des Jeux.

Autour de Patrick Ollier, Président de la MGP, la Présidente de la Société de Livraison des Ouvrages Olympiques (SOLIDEO) par ailleurs Maire de Paris – et candidate à sa propre succession – Anne Hidalgo, était présente, de même que le Président du Comité d’Organisation des Jeux de Paris 2024 (COJO), Tony Estanguet. Président du Conseil Départemental de la Seine-Saint-Denis, Stéphane Troussel était aussi de la partie pour ce premier grand rendez-vous de chantier, de même que Patrick Braouezec, futur ex-Président de l’Établissement Public Territorial de Plaine Commune, Laurent Russier, Maire de Saint-Denis, Emmanuel Grégoire, Premier Adjoint à la Maire de Paris, Laurent Rivoire, Vice-Président de la MGP délégué aux Sports, Vincent Roger, Délégué spécial en charge des JO 2024 au Conseil Régional d’Île-de-France et Luc Allaire, Adjoint au Délégué interministériel chargé des Jeux de Paris 2024.

Des représentants de la Fédération Française de Natation (FFN) et de l’entreprise Bouygues ont également fait le déplacement à Saint-Denis pour assister à la présentation de ce qui deviendra à terme, la figure de proue de la natation tricolore et le vaisseau amiral de l’héritage aquatique des Jeux en Seine-Saint-Denis.

Avec cette présentation in situ, marquant le coup d’envoi de l’opération d’aménagement du Centre Aquatique Olympique, la MGP et ses partenaires ont souhaité montrer que le chantier se déroulait comme convenu.

Présentation de la maquette du futur Centre Aquatique Olympique des Jeux de Paris 2024, mardi 09 juin 2020 à Saint-Denis (Crédits – Métropole du Grand Paris)

De fait, le lancement des travaux sur l’emprise du futur équipement sportif intervient moins de trois semaines après la désignation officielle du groupement lauréat par le Conseil métropolitain (15 mai 2020) et trois mois après le début du chantier de la ZAC Plaine Saulnier.

Comme l’a à ce sujet affirmé Tony Estanguet à l’issue de la présentation :

Ce qui est plutôt rassurant aujourd’hui, c’est que les acteurs ont malgré tout réussi à tenir les engagements, à réunir les instances qu’il fallait, y compris pendant le confinement, pour faire avancer ce dossier. Aujourd’hui, le chantier n’a pas pris de retard.

C’est sûr que le contexte a évolué, c’est sûr que nos équipes doivent faire preuve d’adaptation. On essaie de voir comment Paris 2024 va s’adapter à ce nouveau contexte, mais il n’est pas question pour nous de revenir sur une promesse d’héritage, sur une promesse d’engagement.

Désormais, l’aménagement des terrains va progressivement pouvoir se mettre en place suivant un calendrier strict qui prévoit d’ores et déjà une livraison de l’ouvrage pour le mois de décembre 2023 et une cession des clés du bâtiment à destination du COJO, pour le mois d’avril 2024.

Avant cela, la Métropole du Grand Paris – en sa qualité de maître d’œuvre – planifie un lancement des travaux de dépollution des sols à compter du mois d’octobre 2020, puis un démarrage concret des travaux d’ici l’été 2021.

Visuel du futur Centre Aquatique Olympique des Jeux de Paris 2024 (Crédits – Architectes: VenhoevenCS + Ateliers 2/3/4/ Image: Proloog)

Une fois opérationnelle, la structure entrera dans une configuration Jeux où elle disposera alors de 6 000 places dans les tribunes et d’un bassin unique composé d’un innovant système de murs mobiles.

Grâce à ce système pensé comme un vecteur d’économies de coûts de fonctionnement et d’énergie, et validé par les instances de la Fédération Internationale de Natation (FINA), les épreuves olympiques de natation synchronisée et le tournoi préliminaire de water-polo pourront se dérouler dans un bassin de 50 mètres. Dans le même temps, un bassin de 22 mètres par 25 mètres permettra l’organisation des compétitions olympiques de plongeon. A la suite des Jeux Olympiques, le Centre Aquatique recevra l’épreuve paralympique de boccia (sport de boules) dans un cadre adapté.

Le Centre Aquatique Olympique de Paris 2024 offrira une configuration originale des tribunes en forme de fer à cheval (Crédits – Architectes: VenhoevenCS + Ateliers 2/3/4/ Image: Proloog)

Après les compétitions, l’équipement saint-dionysien entrera dans une configuration Héritage avec une phase de reconversion partielle de la structure.

Ainsi, le Centre Aquatique Olympique conservera sa vocation aquatique avec le maintien du bassin unique dont l’agencement pourra varier en fonction des utilisations souhaitées (50 mètres avec ou sans la plateforme mobile, deux bassins de 25 mètres dans le sens de la longueur, etc.). En revanche, la capacité globale de l’équipement sera revue pour s’adapter aux nouvelles prestations. Autrement dit, le site pourra accueillir jusqu’à 2 500 personnes, voire même 5 000 personnes en cas de manifestations sportives d’envergure comme des Championnats du Monde en bassin de 25 mètres ou des Championnats d’Europe en bassin de 50 mètres.

Au-delà des activités centrées sur la natation et le plongeon, le Centre Aquatique Olympique proposera aussi des activités sportives annexes, avec notamment l’aménagement dans l’enceinte d’un mur d’escalade, mais aussi l’installation de terrains multi-sports, sans oublier également un skate-park, un lieu de restauration et une recyclerie pour le matériel sportif.

Visuel du Centre Aquatique Olympique avec en avant, la passerelle de franchissement de l’autoroute A1 en direction du Stade de France (Crédits – Architectes: VenhoevenCS + Ateliers 2/3/4/ Image: Proloog)

Pour réaliser l’ensemble de ce projet majeur pour le territoire de la Seine-Saint-Denis – incluant par ailleurs l’édification d’une passerelle de franchissement de l’autoroute A1 pour relier le Stade de France adjacent -, la Métropole du Grand Paris table aujourd’hui sur un investissement global de 174,7 millions d’euros, avec une participation de la SOLIDEO à hauteur de 154,7 millions d’euros.

Dans cette enveloppe dédiée, l’État abondera pour moitié au projet, tandis que les Collectivités associées – Ville de Paris, Département de la Seine-Saint-Denis, EPT Plaine Commune, Métropole, Région Île-de-France – prendront en charge la moitié équivalente. Pour exemple, la seule Région Île-de-France participera pour 17 millions d’euros au projet. Pour compléter ce package et afin d’obtenir l’investissement global nécessaire à la construction du site, la Métropole apportera 20 millions d’euros destinés à l’installation des équipements grand public.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.