Paris 2024 : Nouvelle revue de projet avec le CIO à l’INSEP

En ce début de semaine, le Comité d’Organisation des Jeux d’été de Paris 2024 et le Comité International Olympique (CIO) vont une nouvelle fois se réunir pour évoquer tant les dernières actualités du COJO, que l’avancement des divers chantiers.

Après avoir présenté devant la Commission Exécutive du CIO son plan concernant l’ajout de sports additionnels au Programme Olympique des Jeux de 2024, le COJO reçoit cette fois-ci une délégation de l’institution de Lausanne (Suisse) à Paris et plus précisément au siège de l’Institut National du Sport, de l’Expertise et de la Performance (INSEP), haut lieu de la formation des athlètes, qui avait accueilli Thomas Bach, Président du CIO, en octobre 2016.

Vue de la Halle Maigrot de l’INSEP, aménagée sur décision du Général De Gaulle après la déroute de l’équipe de France aux Jeux de Rome 1960 (Crédits – Sport & Société)

Pour l’occasion, Tony Estanguet, Président du COJO, sera notamment accompagné de Roxana Maracineanu, ancienne Championne du Monde de natation et aujourd’hui Ministre des Sports.

Du côté de la délégation olympique, cette dernière sera composée entre autres de Pierre-Olivier Beckers-Vieujant, Président de la Commission de Coordination pour les Jeux de 2024, ainsi que de Christophe Dubi, Directeur Exécutif des Jeux Olympiques et récemment revenu de ses séjours d’inspection avec la Commission d’Évaluation des Villes Candidates aux Jeux d’hiver de 2026.

Pour le COJO, cette nouvelle revue de projet intervient à un moment charnière des préparatifs d’organisation, avec une succession d’annonces effectuées au cours des dernières semaines.

Visuel du Village des Athlètes de Paris 2024 et de sa préfiguration post-JO (Crédits – Dominique Perrault Architecte / TER / Adagp)

L’instance a ainsi pu compter sur le plein engagement de la Société de Livraison des Ouvrages Olympiques (SOLIDEO) présidée par la Maire de Paris, Anne Hidalgo.

Ladite Société a en effet présentée les contours de ce que sera le futur Village des Athlètes imaginé par l’architecte-urbaniste mondialement connu, Dominique Perrault. Soucieux de concevoir une véritable ville dans la ville, préfigurant une cité-modèle à horizon 2050, ce dernier a dévoilé des visuels présentant des pavillons en bois largement vitrés et végétalisés, ouverts sur des esplanades arborées aménagées le long de la Seine.

Tandis que le Village de 51 hectares implanté à cheval sur les communes de L’Île-Saint-Denis, Saint-Ouen et Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) pourra recevoir jusqu’à 15 600 personnes – athlètes et accompagnateurs – durant les Jeux, le site sera ensuite reconverti en logements, avec également des services, des commerces et des bureaux.

La SOLIDEO a par ailleurs récemment dévoilé une première liste de sites d’entraînement qui seront accompagnés financièrement pour des travaux de rénovation et de modernisation au cours des années à venir. Pour l’heure, ce seront ainsi 70 millions d’euros qui seront activés par les services de la SOLIDEO pour des sites comme la Piscine Georges Vallerey, qui fut le Centre nautique des Jeux de Paris 1924.

Tony Estanguet, Président du Comité d’Organisation des Jeux de Paris 2024, et Laurent Mignon, Président du directoire du Groupe BPCE, premier Partenaire Premium des Jeux de 2024 (Crédits – Philippe Millereau / KMSP / Paris 2024)

La venue à Paris d’une délégation du CIO intervient aussi au moment où Paris 2024 a officialisé le recrutement – effectif depuis lundi 1er avril – de Marlène Masure en qualité de Directrice Exécutive du Développement Commercial et des Partenariats. Ayant acquis une solide expérience en passant notamment par The Walt Disney Company, elle devrait en toute logique assister à ce rendez-vous au sommet entre le COJO et le CIO.

Ce sera alors l’occasion de faire un point d’avancement concernant le Programme des Sponsors de Paris 2024, un programme qui comptabilise pour l’heure un Partenaire – le Groupe BPCE et qui devrait prochainement s’enrichir de nouvelles venues.

In fine, Paris 2024 espère engranger des revenus de l’ordre de 1,2 milliard d’euros grâce à l’activation de tels partenariats, soit environ un tiers des fonds nécessaires pour couvrir le budget d’organisation estimé à 3,8 milliards d’euros.

Le perchiste Renaud Lavillenie sur le Pont d’Arcole à Paris, lors de la Journée Olympique organisée le 23 juin 2018 (Crédits – Philippe Millereau / KMSP / CNOSF)

A l’occasion de ce rendez-vous avec le CIO, le Comité d’Organisation devrait également revenir sur deux récentes annonces, à savoir le plan de mobilisation pour l’emploi et les résultats de la Semaine Olympique et Paralympique organisée il y a peu dans les établissements scolaires du pays.

Pour la première annonce, Paris 2024 a dévoilé au début du mois son ambition de faire des Jeux économiquement et socialement responsables, conformément à ce qui fut annoncé dès la phase de candidature.

Cela passera en particulier par la mobilisation de 150 000 emplois au cours des cinq prochaines années.

Concrètement, outre l’ouverture de centaines de marchés directement liés aux Jeux et la mise en place de plateformes numériques à destination des PME-TPE et des acteurs de l’économie sociale et solidaire, Paris 2024 prévoit une répartition des besoins autour de trois secteurs principaux, à savoir la construction, l’organisation et le tourisme.

La cartographie des besoins – réalisés conjointement par le COJO, le Centre de Droit et d’Économie du Sport (CDES) et le Cabinet Amnyos – révèle dès lors la mobilisation de 78 300 emplois pour l’événementiel et l’organisation, 60 000 emplois pour le tourisme et 11 700 emplois pour la construction.

Ces emplois seront mobilisés et concentrés sur toute la période préparatoire aux Jeux, soit principalement entre 2021 et 2024.

Journées Olympiques 2017 à Paris (Crédits – Sport & Société)

Pour la seconde annonce, réalisée ce lundi 08 avril, Paris 2024 a précisé les résultats de la Semaine Olympique et Paralympique 2019 qui a conduit à la participation de 180 000 jeunes à travers 1 300 projets établis du 04 au 09 février derniers.

Cette mobilisation – doublée par rapport à l’édition 2018 – s’est ainsi illustrée dans plus de 1 500 écoles, établissements scolaires et d’enseignement supérieur présents dans pas moins de 475 villes, avec le concours du Ministère des Sports, du Ministère de l’Éducation Nationale et avec aussi la venue de plus 150 athlètes qui se sont joints aux divers projets.

Pour l’édition 2020, les parties prenantes prévoient la tenue de l’événement du 03 au 08 févriers prochains.

Les établissements auront alors à réfléchir à des projets autour de l’interculturalité, avec par ailleurs la prise en compte de deux manifestations d’ampleur qui auront lieu l’année prochaine, à savoir les Jeux Olympiques de la Jeunesse de Lausanne (JOJ), puis les Jeux Olympiques et Paralympiques d’été de Tokyo 2020.

La Ministre des Sports, Roxana Maracineanu, le 21 novembre 2018 (Crédits – Philippe Millereau / KMSP / CNOSF)

La Ministre des Sports – qui a salué le bilan de la Semaine Olympique et Paralympique – devrait profiter de sa rencontre avec le CIO pour évoquer la célébration de la Journée Olympique et de la Fête du Sport, conjointement les 22 et 23 juin 2019.

A la fin du mois de mars, un communiqué du Ministère de Roxana Maracineanu avait sur ce point précisé que :

Ce rendez-vous unique s’annonce comme un temps fort permettant d’inscrire le pays, sur l’ensemble des territoires, dans la dynamique olympique des Jeux de 2024.

Il apparaît comme une extraordinaire opportunité de fédérer les Françaises et les Français autour de la pratique d’une activité physique et sportive, de promouvoir les valeurs du sport et de l’Olympisme, mais également de faire découvrir les disciplines olympiques et paralympiques au plus grand nombre.

Un appel à projets à destination des clubs, des associations et des collectivités a d’ores et déjà été lancé, avec à la clé une participation et un soutien financier du Ministère des Sports à hauteur de 3 millions d’euros.

De gauche à droite, Christophe Dubi, Directeur exécutif du CIO pour les Jeux Olympiques ; Pierre-Olivier Beckers-Vieujant, Président de la Commission de Coordination des Jeux de 2024 ; et Tony Estanguet, Président du Comité d’Organisation de Paris 2024, le 30 novembre 2017 (Crédits – Jean-Marie Hervio / KMSP / Paris 2024)

Avec ces divers éléments, la délégation du CIO présente dans la capitale pourra mesurer les progrès réalisés par le COJO et ses partenaires, tout en dressant les perspectives de travail à court et moyen terme.

Par ce dialogue régulier, le CIO veut bien sûr montrer et affirmer son implication dans les préparatifs d’organisation des Jeux, comme il le fait traditionnellement avec chacune des Villes Hôtes.

Mais avec les défections successives de Villes Candidates au fil des dernières années, l’institution olympique entend aussi faire de ce genre de rendez-vous, une illustration de sa capacité à s’adapter et à échanger plus encore avec les parties pour parvenir à des Jeux durables sur tous les plans.

_________________________

Indépendante, la plateforme d’information « Sport & Société » fonctionne grâce au soutien de ses lecteurs.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.