Paris 2024 : La SOLIDEO va mobiliser 70 M€ pour les sites d’entraînement

Ce vendredi 22 mars, la Société de Livraison des Ouvrages Olympiques (SOLIDEO) a adopté une batterie de mesures importantes dans le cadre des aménagements relatifs à la tenue des Jeux d’été de Paris 2024.

Ces mesures concernent tout à la fois les équipements sportifs nécessaires aux Jeux, que les chantiers urbains qui bénéficieront à l’événement et qui constitueront in fine un héritage pour le territoire francilien.

(Crédits – SOLIDEO)

Ainsi, à l’occasion d’une réunion de son Conseil d’administration, la SOLIDEO a d’abord autorisé la signature de conventions d’objectifs avec Paris 2024 et les maîtres d’ouvrage compétents relatifs à la construction de l’Aréna II dans le secteur de la Porte de la Chapelle à Paris (18ème arrondissement), du futur Centre aquatique olympique de Saint-Denis et du franchissement piéton affilié.

Les aménagements du Stade nautique de Vaires-sur-Marne, où se dérouleront les épreuves d’aviron et de canoë-kayak, sont également concernés par cette décision, tout comme la réalisation du dragage du petit bras de la Seine près du futur Village des Athlètes et l’opération de reconstruction des groupes scolaires du Parc des sports du Bourget.

Le Conseil d’administration de la SOLIDEO a aussi autorisé le lancement d’un marché global de performance pour la Piscine de Marville – structure appelée à abriter les entraînements des joueurs de water-polo – et le lancement d’un partenariat innovation pour le Canal Saint-Denis pour lequel les Jeux devraient laisser un héritage urbain et paysager important.

Visuel du Village des Athlètes de Paris 2024 et de sa préfiguration post-JO (Crédits – Dominique Perrault Architecte / TER / Adagp)

Autre élément majeur soumis à l’ordre du jour, l’état d’avancement des opérations relatives à l’édification du Village des Athlètes sur les territoires de Saint-Denis, Saint-Ouen et L’Île-Saint-Denis.

A l’heure où de premières esquisses dudit Village ont été dévoilées, le dossier de création de ce dernier et le processus de vente des charges foncières ont été adoptés, de même que la Stratégie d’accessibilité universelle du futur équipement qui vise, avant, pendant et après les Jeux de 2024, à assurer et à garantir un confort optimal pour tous les usagers, valides ou en situation de handicap.

Visuelle de la future piscine olympique du Pont de Bondy dans son environnement urbain (Crédits – Est Ensemble / Urban Act / BVL)

L’ordre du jour de la réunion du Conseil d’administration de la SOLIDEO de ce vendredi avait en outre pour objet la mise en place d’une première sélection de sites d’entraînement à construire ou à rénover dans l’optique des Jeux.

Ces sites, au nombre de treize pour l’instant, bénéficieront dans les années à venir de travaux pour un montant global de plus de 148,52 millions d’euros, avec une participation de la SOLIDEO à hauteur de 53,98 millions d’euros.

Dans le détail, les chantiers de quatre piscines à Paris et dans le département de la Seine-Saint-Denis se verront attribuer un investissement de la part de l’autorité en charge de la livraison des ouvrages olympiques.

Cela concernera spécifiquement les piscines d’entraînement pour les épreuves nautiques – Centre aquatique d’Aulnay-sous-Bois, du Fort d’Aubervilliers et du Pont de Bondy – ainsi que la Piscine Georges Vallerey (20ème arrondissement) qui fut le Centre nautique des Jeux de 1924 et qui arbore depuis 2017 – privilège rare – les anneaux olympiques sur sa façade.

Ces quatre équipements nécessiteront un investissement respectif de 37,4 millions (Aulnay-sous-Bois), 24,9 millions (Fort d’Aubervilliers), 34,42 millions d’euros (Pont de Bondy) et 10 millions d’euros (Georges Vallerey, Paris). Sur ces divers budgets prévisionnels, la SOLIDEO apportera une participation de 25 millions d’euros, dont 10 millions pour le seul site du Fort d’Aubervilliers. Les trois autres structures pré-mentionnées bénéficieront quant à elles d’un apport de 5 millions d’euros chacune.

En complément de ces centres aquatiques, et conformément à la sélection récente de la Piscine olympique municipale de Colombes (Hauts-de-Seine), la SOLIDEO actera prochainement un financement spécifique pour permettre et pour accompagner la rénovation de ce site de l’Est de Paris.

Vue extérieure de la Grande Nef de l’Île des Vannes (Crédits – Office de Tourisme de Plaine Commune)

Outre les piscines, la SOLIDEO contribuera aussi à la rénovation de trois complexes sportifs : Île des Vannes (Saint-Ouen, Île-Saint-Denis), Auguste Delaune (Saint-Denis) et Bertrand Dauvin (Paris, 18ème).

Le premier bénéficiera d’une enveloppe de 1,5 million d’euros d’investissement entièrement pris en charge par la SOLIDEO. Le second se verra attribuer une contribution de 450 000 euros sur un total budgétaire de 1 million d’euros. Le troisième concentrera à lui seul 3,375 millions d’euros de la part de la SOLIDEO, soit près de la moitié de l’investissement nécessaire pour permettre sa rénovation chiffrée à 7,5 millions d’euros.

La SOLIDEO participera enfin à la construction ou à la réhabilitation de six gymnases à Paris et dans sa proche périphérie.

Il s’agira ainsi de rénover la Grande Nef de l’Île des Vannes pour un montant global de 12,5 millions d’euros, intégralement assumé par la SOLIDEO, mais également le Gymnase Pablo Neruda à Saint-Ouen (4,5 millions d’euros), le Gymnase Guy Moquet à Aubervilliers (1,530 million sur 4,3 millions d’euros), le Palais des Sports de Saint-Denis (1,8 million sur 4 millions d’euros), le Gymnase Max Rousié dans le 17ème arrondissement de Paris (1,980 million sur 4,4 millions d’euros), et le Gymnase des Poissonniers dans le 18ème arrondissement de la capitale (1,35 million sur 3 millions d’euros).

Au-delà de cette participation de la SOLIDEO à hauteur de 53,98 millions d’euros, l’autorité prévoit d’ores et déjà un financement de 70 millions d’euros, incluant une provision de 16,015 millions d’euros pour les ajustements qui résulteraient des discussions avec les Fédérations Internationales.

Ces dernières établiront en effet la liste complète et définitive des sites d’entraînement d’ici 2021.

D’ici cette échéance, d’autres équipements sportifs franciliens devraient donc bénéficier d’un investissement plus ou moins important de la part de la SOLIDEO qui s’inscrit comme un acteur incontournable dans les préparatifs d’organisation des Jeux de Paris 2024.

_________________________

Indépendante, la plateforme d’information « Sport & Société » fonctionne grâce au soutien de ses lecteurs.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.