Paris 2024 : Début de construction du centre aquatique d’Aulnay-sous-Bois

En juillet 2018, la Ville d’Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) avait officiellement posé les bases de l’aménagement d’un nouveau centre aquatique et ce, après l’approbation par le Conseil Municipal, du choix d’un délégataire pour la conception, la construction et l’exploitation de l’équipement.

Pour mener à bien ce chantier, la Ville a misé sur l’expertise de la société ESPACEO (SPIE Batignolles Concessions) pour la gestion du site et sur SPIE Batignolles Île-de-France pour la construction de l’ouvrage, avec le concours du cabinet Chabanne & Partenaires, spécialiste de l’aménagement de centres aquatiques, à l’image de la rénovation du site Neptune à Montpellier (Région Occitanie).

En fin d’année 2018, les travaux ont donc pu débuter, des travaux d’abord marqués par la démolition de l’infrastructure aquatique existante fermée en 2014 en raison d’un risque d’effondrement, puis par la construction du nouvel équipement.

Visuel de l’extérieur du futur centre aquatique d’Aulnay-sous-Bois (Crédits – Chabanne & Partenaires)

Au cours des mois à venir, ce dernier prendra place sur près de 7 000 m².

Dans le détail, le futur centre aquatique d’Aulnay-sous-Bois disposera de plusieurs bassins pour permettre une pluralité d’activités et assurer de facto l’apprentissage et la pratique de la natation au quotidien.

La figure de proue du nouvel équipement sera un bassin olympique intérieur de 50 mètres par 21. Ce dernier – surplombé par des gradins d’une capacité de 300 places – offrira des conditions optimales pour les nageurs qui seront sélectionnés dans le cadre des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024 et qui viendront ainsi s’y entraîner.

En effet, le site d’Aulnay-sous-Bois constitue l’un des centres aquatiques choisis par le Comité d’Organisation des Jeux (COJO) et les pouvoirs publics pour accueillir l’entraînement des compétiteurs en 2024. Pour les disciplines aquatiques, ledit site rejoindra dès lors les équipements qui doivent encore être construits à Aubervilliers et au Pont de Bondy, sachant par ailleurs que la piscine de Marville bénéficiera d’une reconstruction dans l’optique de devenir site d’entraînement pour le water-polo.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Outre le bassin olympique, le centre aquatique sera aussi doté d’une fosse à plongeon, d’un bassin de loisirs de 300 m², mais aussi de deux bassins extérieurs, soit un bassin ludique pour la période estivale et un bassin nordique de 25 mètres par 15 avec un accès possible depuis l’intérieur de l’édifice.

L’équipement proposera également diverses prestations pour les enfants et le public en général, avec notamment une lagune de jeux de 80 m² – en intérieur et en extérieur -, un toboggan de 4 pistes et une rivière sauvage de 150 mètres linéaires. Un espace de remise en forme sera par ailleurs aménagé, comprenant une zone de balnéothérapie – en intérieur et en extérieur – ainsi qu’une salle de fitness.

Prévu pour être ouvert sept jours sur sept une grande partie de l’année, le futur centre aquatique d’Aulnay-sous-Bois intégrera bien sûr les dernières normes environnementales.

Pour les concepteurs de l’enceinte sportive, l’ambition est même d’atteindre 30% de consommation énergétique en moins par rapport à un équipement classique. Cela passera par la mise en place d’un système de récupération de chaleur d’un datacenter, de panneaux solaires sur la toiture, et d’une pompe à chaleur sur le réseau d’eau usée de la rue. Une couverture thermique des structures extérieures est aussi prévue afin d’éviter au maximum la déperdition de chaleur durant la nuit.

Visuel du futur centre aquatique d’Aulnay-sous-Bois dans son environnement urbain (Crédits – Chabanne & Partenaires)

L’aménagement du site – d’un coût estimé à 35,8 millions d’euros – devrait s’échelonner jusqu’à l’automne 2020.

Il sera alors le premier des équipements aquatiques d’entraînement des Jeux de 2024 à être opérationnel. Les trois autres structures seront en effet achevées d’ici 2023.

Ces chantiers nécessiteront un investissement de 20 à 25 millions d’euros pour le site d’Aubervilliers et environ 45 millions d’euros pour le complexe du Pont de Bondy. Le réaménagement du site de Marville devrait quant à lui s’élever à près de 25 millions d’euros.

Lors des Jeux de 2024, les quatre installations d’entraînement viendront en renfort du Centre Aquatique de Saint-Denis qui, dans le cadre de deux structures, abritera les épreuves de natation, de plongeon et de water-polo. A l’issue des compétitions, les divers sites mentionnés demeureront un héritage matériel majeur pour le département de la Seine-Saint-Denis et, plus globalement, pour l’ensemble du territoire francilien, en s’inscrivant comme de nouveaux pôles sportifs et éducatifs dans l’espace urbain.

_________________________

Indépendante, la plateforme d’information « Sport & Société » fonctionne grâce au soutien de ses lecteurs.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.