Paris 2024 : La Gare du Nord repensée dans la perspective des Jeux

« Chaque fois que nous transformons une gare, nous transformons un quartier de ville.

La Gare du Nord va devenir la gare emblématique du XXIème siècle en adaptant le maximum de services aux attentes de notre société. C’est un défi colossal que de tripler la taille de cette gare pour les Jeux Olympiques de Paris 2024. Nous le relèverons ».

Ce propos de Patrick Ropert, Directeur Général de SNCF Gares & Connexions, illustre l’ambitieux projet de modernisation et d’extension qui doit être mené dans la plus grande gare ferroviaire d’Europe d’ici 2023.

Visuel du parvis et de la façade de la Gare du Nord à l’horizon 2024 (Crédits – SNCF Gares & Connexions / Ceetrus / Valode & Pistre Architectes / Yann Kersalé)

Avec plus de 203 millions de voyageurs annuels et des prévisions allant jusqu’à 800 000 (horizon 2024) et même au-delà de 900 000 voyageurs quotidiens (horizon 2030), la Gare du Nord (10ème arrondissement) se devait d’être réinventée dans le cadre d’un vaste programme, incluant tout à la fois, extension de la superficie du site et installation de nouveaux services.

Il faut dire que la Gare du Nord est une plateforme majeure des déplacements dans la capitale, notamment en réseau des liaisons ferroviaires proposées en direction de quatre pays du Nord de l’Europe, dont le Royaume-Uni. Ce positionnement stratégique est aujourd’hui renforcé par les mutations prochaines consécutives au déploiement du Grand Paris Express, et aux aménagements de la ligne RER Éole en direction de l’Ouest, et de la ligne Charles de Gaulle Express (CDG) en direction de l’aéroport de Roissy.

Dès lors, pour permettre à la Gare du Nord de s’adapter aux changements futurs, SNCF Gares & Connexions a souhaité mettre en œuvre un programme conséquent destiné à accroître considérablement la superficie du site (110 000 m² contre 36 000 m² à l’heure actuelle) et à doter ce dernier de nouveaux services pour une Gare du Nord durable et connectée.

Plan en coupe des futurs équipements de la Gare du Nord (Crédits – SNCF Gares & Connexions / Ceetrus / Valode & Pistre Architectes)

Avant d’entrer dans la mise en œuvre effective du chantier, SNCF Gares & Connexions a présenté, ce lundi 09 juillet, les grands axes de ce programme qui sera piloté au travers d’une Société d’économie mixte à opération unique (SEMOP) détenue à 34% par l’organisme ferroviaire et à 66% par CEETRUS, acteur de l’immobilier mixte. Une fois instaurée, la Société assurera l’exploitation commerciale de la Gare du Nord sur une durée de 35 à 46 ans et supervisera le chantier de réaménagement qui a été confié à un ensemble de groupements.

La partie architecturale a ainsi été pensée par le Cabinet d’architectes Valode & Pistre, déjà à l’œuvre pour des projets de gares du Grand Paris Express et concepteur, pour partie, du Stade Pierre Mauroy dans la métropole de Lille. Ledit Cabinet d’architectes a travaillé en lien avec l’atelier d’architecture de SNCF Gares & Connexions, en association avec le Cabinet AREP qui dépend de la SNCF, sans oublier le plasticien Yann Kersalé pour les luminaires (Place de la République à Paris, etc…). Pour ce qui est du réaménagement effectif du site, le constructeur Eiffage s’est associé à Bouygues Énergies Services pour concevoir les divers équipements.

Les parties prenantes au projet auront la responsabilité d’assurer la livraison de la nouvelle Gare du Nord au plus tard, au 30 juin 2023. Ce délai permettra à la Gare – en tenant compte aussi d’éventuels aléas – d’être pleinement opérationnelle au moment où Paris accueillera les Jeux Olympiques et Paralympiques à l’été 2024.

Car si la nécessité de moderniser l’équipement apparaissait comme une évidence, la SNCF et la Ville de Paris ont aussi convenu de l’opportunité offerte par l’organisation de l’événement planétaire. A ce moment-là, la Gare du Nord devrait en effet être l’un des principaux points d’entrée dans Paris des spectateurs, ce qui explique aussi l’ambition du projet dont le coût est aujourd’hui estimé à 600 millions d’euros.

Visuel des futurs espaces de circulation de la Gare du Nord. La luminosité et la disposition ne sont pas sans rappeler la physionomie des célèbres Passages parisiens (Crédits – SNCF Gares & Connexions / Ceetrus / Valode & Pistre Architectes)

Concrètement, la Gare du Nord disposera, à l’horizon 2024, d’un nouveau terminal destiné aux départs. Avec des proportions d’envergure – 18 mètres de large et 300 mètres de long – ce terminal permettra de dissocier les flux départs / arrivés et donc en conséquence, de fluidifier le trafic des voyageurs. En plus de cet équipement qui offrira à la Gare du Nord une nouvelle façade sur le Rue du Faubourg Saint-Denis, le terminal Eurostar sera agrandit, notamment pour prendre en compte les contrôles douaniers liés à la récente sortie du Royaume-Uni de l’Union Européenne.

Ces deux transformations s’accompagneront également d’un accroissement des espaces de circulation (37 000 m² contre 15 000 m² aujourd’hui) et d’une accessibilité renforcée. La Gare du Nord disposera ainsi de 55 ascenseurs et de 105 escalators.

A l’extérieur de l’enceinte, la gare routière sera réaménagée en lien avec l’autorité de gestion des transports dans la Région-capitale, Île-de-France Mobilités. Les accès aux trois lignes de métro qui desservent la Gare du Nord (2, 4 et 5) seront eux-aussi repensés, tandis que 1 200 places de stationnement pour les vélos seront installées sur le parvis, répondant ainsi à la politique des mobilités douces portée par la Ville de Paris.

Dans le cheminement de la réflexion globale sur les déplacements, une attention particulière a été portée sur le développement durable et l’environnement. La nouvelle Gare du Nord proposera dès lors 7 700 m² d’espaces verts, 3 200 m² de panneaux photovoltaïques et une large couverture en bois sur la nouvelle structure.

Visuel des futurs espaces de détente au sein de la Gare du Nord (Crédits – SNCF Gares & Connexions / Ceetrus / Valode & Pistre Architectes)

Pour ce qui est des services à l’intérieur de l’édifice, le projet de réaménagement prévoit une large extension des espaces dédiés (50 000 m² contre 10 000 m²), avec notamment une multiplication des commerces et la mise en place de 5 500 m² d’espace de coworking.

Désireux de faire de la Gare du Nord un espace de vie du quartier et non uniquement un lieu de transit, les acteurs du projet – qui misent grandement sur la luminosité du site remodelé – ont aussi intégré une dimension culturelle, sociale et même sportive aux futurs équipements.

Pour la Maire de Paris, Anne Hidalgo, le réaménagement à venir sera d’ailleurs bénéfique pour les usagers et les habitants de Paris :

« Ce réaménagement ambitieux de la Gare du Nord, porté par le Groupe SNCF avec le soutien de la Ville de Paris, va permettre de relever un double défi : mieux accueillir les visiteurs tout en améliorant le cadre de vie des Parisiens qui habitent le quartier.

Avec ses équipements culturels et sportifs, ses espaces de coworking, ses commerces et ses espaces verts, la Gare du Nord va devenir un véritable lieu de rendez-vous, de rencontre et de partage ».

De fait, une salle événementielle de 1 600 m² et une académie européenne de la culture de 2 000 m² – sur une idée développée par l’écrivain Olivier Guez – seront bâtis. Une crèche et des activités sociales liées à l’insertion seront en outre installées dans les nouveaux espaces.

Mais la transformation de la Gare du Nord sera sans nul doute poussée à son paroxysme avec l’aménagement – inédit – d’une piste de trail de 1 kilomètre sur les toits.

Une salle et des terrains de sports (basketball, etc…) seront édifiés en complément de cette piste, ainsi qu’une conciergerie, qui offrira aux citadins sportifs toutes les commodités adéquates (casiers, vestiaires, douches).

Visuel de la future piste de trail (1 kilomètre) qui sera aménagé sur les toits de la Gare du Nord, offrant une perspective spectaculaire sur Montmartre et la Basilique du Sacré-Cœur (Crédits – SNCF Gares & Connexions / Ceetrus / Valode & Pistre Architectes)

Le colossal projet interviendra en complément du projet développé dès 2015 pour un investissement de 80 millions d’euros.

Ce projet a notamment permis une première refonte des espaces de circulation, une reconfiguration de la galerie commerciale et l’installation d’une brasserie par le Chef cuisinier Thierry Marx, « L’Étoile du Nord ».

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.