Paris 2024 valide le site de Versailles comme hôte des épreuves d’équitation

Proposé à l’automne 2015 pour figurer au sein du concept de Paris à l’organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques d’été de 2024, le Domaine de Versailles avait ensuite apporter une dimension iconique spectaculaire au projet tricolore et ce, en raison du prestige indéniable du site et de sa renommée internationale.

Toutefois, en dépit de ce choix et après l’attribution des Jeux à Paris, des voix s’étaient peu à peu fait entendre – notamment du côté de la Fédération Française (FFE) ou d’élus locaux – pour relocaliser les épreuves d’équitation (saut d’obstacles, dressage, concours complet) sur un site existant reconnu pour cette pratique et ne nécessitant pas forcément d’aménagements particuliers.

(Crédits – Site officiel du Château de Versailles)

Aujourd’hui cependant, le Comité d’Organisation (COJO) de Paris 2024 a fait savoir, via un communiqué, que le site de Versailles était confirmé comme écrin des épreuves équestres pour les Jeux de 2024. Cette confirmation fait suite à une réunion tripartite qui s’est tenue entre Ingmar De Vos, Président de la Fédération Internationale d’Équitation (FEI), Serge Lecomte, Président de la Fédération Française d’Équitation (FFE) et Tony Estanguet, Président du COJO de Paris 2024.

Pour Ingmar De Vos, « le site du Château de Versailles, atout majeur du projet Paris 2024, est le cadre idéal pour notre sport et ce site iconique mondialement reconnu offre des opportunités extraordinaires de rayonnement pour l’équitation et une expérience unique aux athlètes et spectateurs.

Nous nous réjouissons de travailler main dans la main avec Paris 2024 et la Fédération Française d’Équitation afin d’assurer le succès de ces Jeux en adéquation avec les recommandations de l’Agenda Olympique 2020 et les récentes réformes, la Nouvelle Norme, qui ont pour but de réduire les coûts et la complexité à travers un étroit partenariat ».

Visuel de l’aménagement du site et des tribunes dans le Parc du Château de Versailles (Crédits – Luxigon / Paris 2024)

Selon les plans proposés par Paris 2024 dans le cadre de son dossier technique de candidature, les installations temporaires dédiés aux épreuves équestres disposeront d’une capacité comprise entre 12 000 et 62 500 places.

De fait, le dressage et le saut d’obstacles se dérouleront devant 22 500 spectateurs, avec une perspective spectaculaire sur le Château du Roi Soleil. Le dressage, lors des Jeux Paralympiques, pourra quant à lui avoir lieu en présence de 12 000 personnes. La capacité maximale du site sera enfin proposée pour le concours complet, avec des tribunes pouvant contenir jusqu’à 62 500 spectateurs.

Pour permettre cette organisation, un investissement de 12,106 millions de dollars est projeté, soit près de 10,29 millions d’euros, à la charge du COJO. Si l’instance organisationnelle aura la responsabilité de l’aménagement en vue des Jeux, la Ville de Versailles sera quant à elle responsable de l’approbation de la construction des équipements.

L’ensemble des travaux sera par ailleurs supervisé par l’État, via l’Établissement Public du Château, du Musée et du Domaine National de Versailles, le site étant, pour rappel, classé au titre des Monuments historiques et inscrit sur la liste du Patrimoine Mondial de l’Humanité par l’UNESCO.

(Crédits – Site officiel de Paris-Longchamp)

Si les épreuves équestres sont aujourd’hui confirmées sur le site de Versailles, il n’en est pas de même pour le pentathlon moderne qui devait également prendre place dans la prestigieuse cité des Yvelines.

En effet, le communiqué du COJO ne fait pas mention du pentathlon moderne, laissant dès lors la possibilité à un réexamen de la proposition dans le cadre de la revue de projet menée par Paris 2024, les Fédérations Internationales et le Mouvement olympique et paralympique.

Par le passé, les trois dernières candidatures tricolores à l’organisation des Jeux avaient formulé trois propositions distinctes pour l’accueil des épreuves du pentathlon moderne.

Pour 1992, le Domaine de Fontainebleau avait ainsi été avancé, tandis que l’Esplanade des Invalides avait reçu les faveurs de la candidature aux Jeux de 2008. Pour 2012 enfin, le prestigieux cadre de l’hippodrome de Longchamp avait été exposé.

Élément intéressant pour la réflexion en cours, ledit cadre a récemment été rénové, sous l’égide de l’architecte Dominique Perrault, afin d’offrir un nouveau bâtiment principal d’une capacité de 10 000 places assises et ce, après deux années de travaux et un investissement de 140 millions d’euros.

De quoi prétendre à intégrer le dispositif olympique et paralympique.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.