Interview – Janet Evans : « Les Jeux décrits dans le dossier de candidature en 2017 sont les Jeux que nous livrerons en 2024 »

A une semaine de la visite à Los Angeles (États-Unis) de la Commission d’évaluation du Comité International Olympique (CIO), Janet Evans a accepté de répondre aux questions de « Sport & Société ».

Déjà sollicitée à l’issue de l’Assemblée Générale de l’Association des Comités Nationaux Olympiques (ANOC) qui s’était tenue en novembre dernier à Doha (Qatar), celle qui occupe les fonctions de vice-Présidente de Los Angeles 2024 en charge de la relation avec les athlètes, revient aujourd’hui sur l’état d’esprit de la candidature américaine, près d’un mois après la présentation du projet devant les Fédérations Internationales réunies à Aarhus (Danemark).

La délégation américaine présente à la Convention SportAccord à Aarhus, avec de gauche à droite, Casey Wasserman, Président de la candidature américaine ; Angela Ruggiero, membre du CIO pour les États-Unis et Conseillère stratégique de la candidature ; Eric Garcetti, Maire de Los Angeles ; Janet Evans, vice-Présidente en charge de la relation avec les sportifs ; et Gene Sykes, Directeur Général de la candidature (Crédits – LA 2024)

Cela a été un honneur, pour moi, que d’assister à la Convention SportAccord et de rencontrer des Fédérations sportives et des responsables olympiques du monde entier.

Nous avons été heureux de continuer à expliquer aux Fédérations Internationales pourquoi Los Angeles est le bon choix si l’on veut proposer pour l’avenir du Mouvement Olympique, en ce moment important, quelque chose de créateur et de nouveau.

Comme c’est toujours le cas, les remarques de la Famille Olympique se sont révélées être très judicieuses et elles continueront de modeler chaque volet de notre proposition durable et à faible risque pour 2024.

  • Los Angeles a été sélectionnée par le Comité Olympique des États-Unis (USOC) en août 2015. En quoi le retrait de Boston a pu servir de leçon et quels enseignements en a tiré la candidature ?

Los Angeles n’a pas besoin de construire de nouveaux sites pour accueillir les Jeux et jouit du soutien de 88% du public. En fin de compte, l’USOC a sélectionné Los Angeles parce qu’il l’a jugée la mieux placée pour ramener les Jeux d’été aux États-Unis, pour la première fois en plus d’un quart de siècle.

Il ne faut pas que le CIO et le Mouvement Olympique doutent de la volonté de notre ville et de notre pays d’accueillir de nouveau les Jeux.

  • En septembre 2015, cinq Villes Candidates avaient pris le départ de la course olympique. Aujourd’hui, seules Los Angeles et Paris sont encore présentes. Quel regard portez-vous sur cette situation inédite depuis le milieu des années 1980 ?

Au sein de LA 2024, nous avons tous été déçus à la nouvelle du retrait des autres candidatures ; nous avons le plus grand respect pour les équipes de talent qui les dirigeaient.

Le monde est en train d’entrer dans une période de mutation inouïe. Telle est la « nouvelle réalité » du Mouvement Olympique et celle-ci exige une réflexion nouvelle.

Nous sommes convaincus que, maintenant plus que jamais, le CIO doit se concentrer sur la sélection d’une Ville Hôte pour 2024 qui sache redéfinir la durabilité, créer un lien inédit avec la jeunesse du monde entier et le Mouvement Olympique, ainsi que ce qu’il apporte, et encourage les futures candidatures des villes aux Jeux Olympiques.

Avec un soutien de 88% du public et un pourcentage encore plus fort parmi les jeunes de notre ville, LA 2024 propose une solution novatrice, durable et à faible risque qui contribuera à garantir l’avenir du Mouvement Olympique en 2024 et au-delà.

Il est à signaler, avant tout, que Los Angeles n’a pas besoin de construire de nouveaux stades, ni un nouveau Village Olympique.

La Commission d’évaluation peut s’attendre à visiter des sites réels qui existent bel et bien. C’est quelque chose qui distingue Los Angeles, car les Jeux décrits dans le dossier de candidature remis en 2017 sont les Jeux que nous livrerons en 2024.

Je suis également enthousiaste à l’idée que nos visiteurs feront l’expérience de l’hospitalité, de l’optimisme, de la créativité et du sens de l’innovation qui caractérisent Los Angeles. Nos visiteurs verront par eux-mêmes que les habitants de notre cité sont toujours prêts à imaginer et à recevoir ce que leur apportera demain et cela s’applique aussi à notre conception de l’avenir du Mouvement Olympique.

Janet Evans avec la torche olympique des Jeux de 1996, les derniers JO d’été à avoir eu lieu sur le sol des États-Unis (Crédits – Page officielle Twitter)
  • En novembre dernier, dans le cadre d’une précédente interview, vous aviez affirmé être impatiente de « coopérer étroitement avec le Président élu Donald Trump et son administration ». Aujourd’hui, quel est le degré d’engagement des autorités fédérales auprès de la candidature et du projet ?

Le gouvernement fédéral soutient totalement la candidature de Los Angeles 2024.

  • La candidature américaine multiplie les initiatives sur les réseaux sociaux, notamment au travers de portraits-vidéos d’athlètes (« Legends of LA », etc…). Comment comptez-vous mobiliser les sportifs américains d’ici le 13 septembre ?

En ma qualité de vice-Présidente chargée des relations avec les athlètes pour LA 2024, je suis ravie de dire que les Olympiens et les Paralympiens ont joué un rôle décisif dans l’élaboration de notre projet pour les Jeux.

L’an passé, nous avons organisé des forums avec les athlètes dans l’ensemble des États-Unis, et rencontré plus de 500 Olympiens et Paralympiens, américains ou étrangers, dont les avis ont été précieux pour l’élaboration du dossier de candidature que nous avons remis au CIO en début d’année.

Si les extraordinaires athlètes américains et étrangers rassemblés derrière notre engagement de livrer les meilleurs Jeux de l’histoire olympique sont si nombreux, c’est parce qu’ils savent reconnaître une ville sportive quand ils en voient une. Ce n’est pas par hasard qu’un bon millier d’Olympiens et de Paralympiens ont choisi de vivre et de s’entraîner en Californie du Sud.

Les athlètes viennent à Los Angeles parce qu’ils sont attirés par notre temps idéal, nos installations hors pair et notre culture d’un mode de vie sain.

Comme vous l’avez mentionné, nombre de nos athlètes ont apporté une contribution à LA 2024 en apparaissant sur nos vidéos et en nous soutenant sur les médias sociaux. Los Angeles est une plaque tournante du spectacle et de la créativité qui entretient une relation quotidienne avec la jeunesse du monde entier. Nous sommes heureux de fournir des contenus exaltants qui mettent en vedette des légendes du sport comme Carl Lewis et Kobe Bryant, qui attisent l’intérêt des jeunes du monde entier pour le Mouvement Olympique et motivent la génération à venir d’athlètes et de supporters.

Nous allons poursuivre sur cette voie jusqu’au vote final du CIO, à Lima (Pérou), et nous serions ravis de continuer ensuite, mais en tant que Comité d’Organisation.

  • Paris mise grandement sur la notion d’héritage pour présenter son projet. Quel est, selon vous, l’argument déterminant qui pourrait faire pencher la balance en faveur de Los Angeles au moment d’élire la Ville Hôte des JO 2024 ?

Le choix de la Ville Hôte est un choix pour l’avenir du CIO.

N’ayant pas de sites permanents nouveaux à construire et jouissant d’un soutien de 88% du public, Los Angeles peut être la solution à faible risque qui contribuera à renforcer la crédibilité de l’organisation des Jeux, pour que les villes soient plus nombreuses à se porter candidates à l’avenir.

Et grâce à la convergence de la technologie et des médias, ainsi qu’à l’existence d’un marché du sport qui s’élève à 250 milliards de dollars, Los Angeles est apte à attirer la prochaine génération de jeunes du monde entier, et à susciter puis entretenir la croissance de tous les sports à l’avenir.

Nous sommes une ville qui vit le sport, qui le respire. Les Jeux font partie de notre ADN et nous serions ravis d’avoir la possibilité d’accueillir chaleureusement le monde entier et de motiver la prochaine génération d’athlètes.

Étant donné que nous n’avons pas à nous soucier de financer des projets d’infrastructures coûteux, nous pouvons concentrer tous nos efforts sur la livraison des Jeux les plus réussis, les plus distrayants, les plus motivants jamais organisés, pour l’avenir du Mouvement Olympique.

Publicités

2 Thoughts

  1. La version des Jeux livrés l’année olympique n’est jamais la même que celle présentée 7 ans auparavant, quelle que soit la ville qui les obtient et les organise ensuite. Les votants du CIO le savent. Jouer sur ce registre n’est donc pas un avantage.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s