JO 2024 : Los Angeles dévoile un solide projet reposant sur 5 pôles sportifs

Ce mardi 25 août, les responsables de la candidature de Los Angeles (Californie) ont mis en ligne la copie du projet présenté devant les membres du Comité Olympique des États-Unis (USOC). Sur plus de 210 pages, ce document prend en compte l’aménagement des sites sportifs et le volet dépenses / recettes des Jeux.

Ainsi, Los Angeles 2024 prévoit des dépenses de l’ordre de 4,116 milliards de dollars (3,67 milliards d’euros) à la charge du Comité d’Organisation (COJO) et de seulement 1,7 milliard de dollars (1,5 milliard d’euros) pour la partie hors-COJO.

Outre le budget COJO, les autorités californiennes ont d’ores et déjà envisagé une enveloppe dédiée aux garanties et aux assurances en cas de dérapage financier. Cette enveloppe comprendrait un montant conséquent de 550 millions de dollars (490 millions d’euros), dont 150 millions (133,6 millions d’euros) en tant qu’assurance ‘premium’.

Concernant les recettes des JO 2024, Los Angeles table sur des rentrées budgétaires de l’ordre de 4,827 milliards de dollars (4,3 milliards d’euros). Parmi les composantes des recettes estimées, LA 2024 attend 1,437 milliard de dollars (1,28 milliard d’euros) au titre du Programme des Partenaires et 1,153 milliard (1,08 milliard d’euros) au titre de la billetterie des JO.

Ces différentes données permettraient dès lors d’établir un excédent de 161,1 millions de dollars (143,54 millions d’euros).

LA 2024 - 1LA 2024 - 2LA 2024 - 3

Pour ce qui est de l’aménagement des installations nécessaires à la tenue des Jeux d’été, Los Angeles pourrait évidemment compter sur l’importance et la richesse de son patrimoine existant, avec 80% de sites d’ores et déjà opérationnels.

Reprenant les principaux points de son projet présenté à l’USOC, à la fin de l’année 2014, et ajoutant certains paramètres, la candidature de Los Angeles mise sur la constitution de 5 pôles délimités en « clusters » dans un rayon de 30 kilomètres au maximum.

Ces derniers seraient baptisés ainsi : Downtown Cluster, Hollywood Cluster, Valley Cluster, Coastal Cluster et South Bay Cluster. A ces 5 noyaux, s’ajouterait un ensemble de plusieurs sites dispersés.

Projet olympique avec les 5 pôles sportifs (Crédits - Los Angeles 2024)
Projet olympique avec les 5 pôles sportifs (Crédits – Los Angeles 2024)
  • Downtown Cluster

Le premier noyau comprendrait un total de 9 sites parmi lesquels le mythique et deux fois olympique, Los Angeles Memorial Coliseum pour les Cérémonies d’ouverture et de clôture et pour les épreuves d’athlétisme.

Un vaste programme de modernisation du stade devrait être entrepris dès 2017 et mobiliserait la somme conséquente de 500 millions de dollars (445,5 millions d’euros) et ce, indépendamment de l’obtention ou non des Jeux. Indépendamment aussi du budget des Jeux.

Ces travaux permettront d’apporter un confort accru aux spectateurs et aux athlètes, en réduisant notamment la capacité du stade. Celle-ci passerait ainsi de 93 000 à 65 000 / 80 000 places en fonction des événements.

Se trouverait également sur ce pôle, le Centre Aquatique d’une capacité de 20 000 places. Celui-ci pourrait accueillir l’ensemble des disciplines (natation, natation synchronisée et plongeon) à l’exception du water-polo. A l’issue des Jeux, il serait reconfiguré en un nouveau stade de football de 25 000 places.

Visuel du Downtown Cluster, avec au premier plan, le Centre Aquatique, et au second plan, le Stade Olympique (Crédits - Los Angeles 2024)
Visuel du Downtown Cluster, avec au premier plan, le Centre Aquatique, et au second plan, le Stade Olympique (Crédits – Los Angeles 2024)

Le Staples Center (18 000 à 19 000 places) accueillerait pour sa part les épreuves de gymnastique, trampoline et les finales de basketball, tandis que le Nokia Theater (7 100) pourrait organiser les compétitions d’escrime.

Si une rénovation apparaît nécessaire, le LA Convention Center (67 000 m²) serait en mesure d’organiser une multitude d’épreuves : badminton, tennis de table, judo, lutte, gymnastique rythmique, handball et taekwondo.

Les trois installations pré-citées présentent en tous cas l’avantage d’être limitrophes les unes des autres.

Enfin, le Galen Center (10 300 places) et le Shrine Auditorium (6 300 places) seraient respectivement hôtes de la boxe et de l’haltérophilie. Dans le cas où le baseball / softball feraient leur retour dans le programme olympique, un site pourrait parfaitement répondre aux exigences techniques internationales en la matière : le Dodger Stadium (56 000 places).

Visuel du Village Olympique (Crédits - Los Angeles 2024)
Visuel du Village Olympique (Crédits – Los Angeles 2024)

Le Village des Athlètes serait également situé au cœur du Downtown Cluster.

Idéalement implanté, le Village serait distant de moins de 30 minutes de 94% des sites olympiques. Sa localisation permettrait même aux athlètes d’être à moins de 15 minutes de 50% des sites des compétitions.

Ce complexe résidentiel serait bâti pour un coût de 1 milliard de dollars (890,9 millions d’euros), dont 925 millions (824,17 millions d’euros) issus du budget hors-COJO.

  • Hollywood Cluster

Le deuxième pôle olympique de Los Angeles fait déjà figure de carte postale et de symbole de la « Cité des Anges » à travers le monde.

A l’occasion des Jeux d’été de 2024, le quartier de Hollywood accueillerait l’arrivée du marathon et des épreuves de marche ainsi que le cyclisme sur piste sur Hollywood Boulevard ; le BMX et le VTT dans le Griffith Park, et enfin le golf sur le parcours de Wilson Golf Course, ancien site du LA Open.

Le quartier pourrait en outre héberger le Centre Principal de Presse (MPC) et le Centre International de Diffusion (IBC) dans les nouveaux locaux de NBC Universal, entreprise américaine de télévision qui a acquis l’an passé les droits de diffusion des Jeux sur le sol américain, jusqu’à l’édition 2032.

  • Valley Cluster

Le troisième pôle rassemblerait dans un espace relativement compact – dans le quartier de Sepulveda -, pas moins de 5 disciplines : tir, tir-à-l’arc, sports équestres, canoë (slalom) et pentathlon moderne.

  • Coastal Cluster

Comment évoquer Los Angeles sans évoquer la mythique plage de Santa Monica ? C’est précisément sur cette plage que se déroulerait le beach-volley. Le site accueillerait aussi le skateboard (non-encore au programme des Jeux), le triathlon, le cyclisme (contre-la-montre) et les épreuves de natation en eau libre.

Non loin de Santa Monica, LA 2024 prévoit l’utilisation – après une rénovation de 136 millions de dollars (121,16 millions d’euros) – du Pauley Pavilion pour le tournoi olympique de basketball (tours préliminaires). Pas moins de 13 800 spectateurs pourraient alors assister aux matchs.

Le Drake Stadium accueillerait pour sa part le hockey-sur-gazon (11 700 places actuellement), de même que l’UCLA’s North Athletic Field. Enfin, le LA Tennis Center (5 000 places) serait temporairement réaménagé afin d’accueillir… le water-polo.

  • South Bay Cluster

Le cinquième et dernier pôle olympique de Los Angeles prendrait place au cœur du StubHub Center.

Le StubHub Center Soccer Stadium (27 000 places) pourrait abriter les matchs de rugby à sept, tandis que le Tennis Stadium (8 000 places) serait logiquement occupé par les matchs du tournoi de tennis.

Le Velo Sports Center (2 450 places actuellement et 5 000 places pour les Jeux) serait quant à lui le site adéquat pour le cyclisme sur piste.

Visuel de l'esplanade et du Los Angeles Memorial Coliseum (Crédits - Los Angeles 2024)
Visuel de l’esplanade et du Los Angeles Memorial Coliseum (Crédits – Los Angeles 2024)

Pour ce qui concerne les autres sites, implantés hors des noyaux délimités pour les Jeux, la salle du Forum (17 500 places) serait en capacité de recevoir le tournoi de volleyball. Le Rose Bowl Stadium (92 500 places) serait pour sa part mobilisé pour des matchs préliminaires du tournoi de football ainsi que pour les finales.

Le LA WaterFront serait hôte des épreuves de voile, tandis que le Lake Casitas (plus de 12 000 places) abriterait les épreuves d’aviron et de canoë (sprint).

Publicités

44 pensées

  1. Si je trouve le projet très solide, je suis moins convaincu par son financement. Je pense que le budget est sous estimé et qu’un financement privé à 100% est risqué. En cas de désistement d’un des partenaires privés, le manque viendra d’un financement public. Pas sûr qu’une partie de la population l’accepte.

    J'aime

  2. Moi qui m’attendais à un projet très très spécial, je pense que chaque candidature à sa chance. Il est pour moi très proche du projet parisien à l’exception près, que la voile est dans la ville même de L.A; chose pas forcement nouveau.

    Maintenant, ne nous emballons pas, que les défenseurs des différentes villes restent humbles.

    J'aime

  3. Le dossier de Los Angeles apparaît extrêmement attractif avec toutes ces infrastructures existantes.

    Par contre, les gros points noirs du dossier seront les embouteillages et les transports en commun. Los Angeles est un ville construite pour et autour de la voiture et les transports en commun sont loin d’être optimaux : quelques lignes de métro/tram, un peu de « RER » et des lignes de bus.

    A moins que la modernisation de ces transports soient dans le pack « Los Angeles 2024 » et mis en valeur dans l’héritage des Jeux.

    J'aime

    1. C’est effectivement une problématique intégrée au dossier. J’aurai l’occasion de faire un article sur le sujet prochainement ! Ici, j’ai uniquement voulu traiter du financement et de l’implantation des sites.

      J'aime

  4. Finalement, on va finir par regretter Boston. Le dossier de L.A sera redoutable. Mais les Américains seront sans doute leurs propres adversaires dans cette bataille.

    J'aime

    1. Redoutable oui. Mais la contestation gronde à LA et pas dans sa population. Il semblerait que le vote du conseil municipal est repoussé au plus tôt vendredi mais il pourrait avoir lieu que la semaine prochaine. Une partie du conseil municipal ne serait pas enclin à « signer un chèque en blanc ».

      J'aime

      1. C’était prévisible quelque part. Décider aussi vite ne pouvait qu’amener des questionnements et des craintes. On parle tout de même d’une aventure de près de 10 ans. J’avais émis la même critique sur un autre post: la candidature de L.A. est très politique, portée par son maire et par un USOC sur la sellette. On ne voit nulle part les sportifs américains.

        J'aime

      2. Il semblerait que la ville fait les même erreurs que Paris pour les JO de 2012. Une candidature politique mené par les politiques, ce que tu dis Cyril, une campagne arrogante et ils pensent que les JO leur reviennent de droit.

        J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.