Milan-Cortina 2026 : Une Directive sur les missions de la Société d’Infrastructures

Près de deux ans après l’annonce de l’instauration de la Società Infrastrutture Milano Cortina 2020-2026 S.p.a, le Ministre italien des Infrastructures et de la Mobilité durable a signé cette semaine une Directive portant sur le programme d’activités de la Société et le contrôle de l’État sur cette dernière.

L’emblème « Futura » dans sa version olympique et dans sa déclinaison paralympique (Crédits – Milano-Cortina 2026)

A l’été 2020, Paola De Micheli, alors Ministre italienne des Infrastructures et des Transports, annonçait la mise en place imminente de la Società Infrastrutture Milano Cortina 2020-2026 S.p.a ayant pour rôle d’assurer la livraison des ouvrages olympiques destinés aux Jeux de 2026 et ce, à l’instar de la SOLIDEO pour Paris 2024.

Parallèlement à cette annonce, la Ministre avait signé à l’automne de la même année, un Décret portant sur le déblocage d’une enveloppe d’un milliard d’euros afin de financer les travaux d’infrastructures publiques dans le Nord du pays pour moderniser les réseaux existants et améliorer l’accessibilité des sites de Milan-Cortina 2026.

Près de deux ans plus tard, et alors que l’État italien est aujourd’hui désireux de reprendre la main sur les préparatifs d’organisation de l’événement planétaire après avoir considérablement rallongé son enveloppe budgétaire, le Ministre des Infrastructures et de la Mobilité durable, Enrico Giovannini, a signé ce vendredi 12 août 2022 une Directive relative à la Société précitée.

Sur douze pages, la Directive expose la finalité du programme d’activités de la Société, tout en établissant les modalités d’exercice d’un contrôle de cette même Société par l’État.

Concernant le programme d’activités, et ainsi que le précise le Ministère, la Società Infrastrutture Milano Cortina 2020-2026 S.p.a a pour objet social :

La conception et la construction, en tant que client principal et maître d’ouvrage, des travaux essentiels, y compris ceux d’accessibilité, connexes et contextuels liés aux installations de l’événement olympique.

Pour rappel, afin de lui permettre de mener à bien ses missions, la Société est financée par le Ministère des Infrastructures et de la Mobilité durable et par le Ministère de l’Économie et des Finances à hauteur de 35% chacun, par la Région de Lombardie et la Région de la Vénétie pour 10% chacune, et enfin par les Provinces autonomes de Trente et de Bolzano pour 5% chacune.

A l’aune de cette répartition des ressources, le contrôle de l’État s’exercera par le biais du Ministère des Infrastructures et de la Mobilité durable, avec l’accord des pouvoirs publics régionaux et provinciaux.

Aussi, ledit contrôle donnera d’ailleurs lieu à l’instauration prochaine d’un Comité spécifique.

Laisser un commentaire