Une étude confirme la présence bénéfique du Mouvement Olympique en Suisse

L’impact économique en Suisse du Comité International Olympique (CIO) et de grandes organisations sportives internationales ne se dément pas. Une nouvelle étude, récemment publiée, démontre même un accroissement de cet impact à l’échelon local comme au niveau national.

Vue de la Maison Olympique, siège du CIO à Lausanne, Suisse (Crédits – IOC / Greg Martin)

Après une première étude réalisée sur la base de données compilées de 2004 à 2007, puis une seconde menée sur des chiffres portant sur 2008 à 2013, une troisième étude a été publiée en ce début d’année 2022 concernant l’impact économique des organisations sportives internationales en Suisse.

Ce nouveau rapport cible les données de quelques 53 organisations sportives dont la présence en pays helvète a pu être mesurée sur la période 2014-2019, et confirme dès lors le poids économique considérable de cette présence.

De fait, l’impact économique annuel moyen généré par ces institutions représente pas moins de 1,68 milliard de francs suisses (1,62 milliard d’euros) pour le pays, soit une hausse non-négligeable par rapport à la période 2008-2013 où cet impact avait été relevé à 1,07 milliard de francs suisses (1,03 milliard d’euros).

A l’échelle du Canton de Vaud, l’impact annuel représente une manne de 873 millions de francs suisses (844,02 millions d’euros), là-encore en hausse sensible si l’on compare avec la précédente période étudiée (550 millions de francs suisses, soit 531,74 millions d’euros). Il en est de même pour le District de Lausanne – où se situe notamment le siège du Comité International Olympique (CIO) – avec un impact mesuré à 550 millions de francs suisses sur la période 2014-2019 (531,74 millions d’euros), contre « seulement » 250 millions entre 2008 et 2013 (241,71 millions d’euros).

Au-delà de l’accroissement de l’impact économique, l’étude rappelle aussi l’importance du nombre de salariés employés en Suisse par les grandes organisations sportives.

Ainsi, alors que ces dernières s’appuyaient sur 2 249 personnes en 2014, elles peuvent aujourd’hui compter sur la mobilisation de quelques 3 343 personnes qui, pour la majeure partie, résident et consomment dans le pays.

Parmi ces salariés, plus de 75% travaillent directement pour l’institution olympique ou pour des organisations soutenues par celle-ci, témoignant de surcroît de l’influence toujours vive du CIO, qui contribue par ailleurs au développement du tourisme d’affaires, sans compter également l’impact sur le secteur de la construction, avec l’édification récente de la nouvelle Maison Olympique à Lausanne.

Comme l’a affirmé avec satisfaction et fierté, Thomas Bach, Président du CIO, à la lecture des conclusions du rapport :

Nous félicitons l’équipe qui a réalisé cette étude, et saluons ce rapport et ses conclusions positives. Le CIO est fier d’avoir contribué à la croissance significative de 57% de l’impact économique généré pour la Suisse depuis la dernière période d’étude. Cette contribution a résulté, entre autres, des perspectives d’emploi et, bien sûr, de la construction de la Maison Olympique, siège permanent du Mouvement Olympique.

Pour le nouveau bâtiment, 80% des coûts de construction ont été engagés auprès d’entrepreneurs locaux. Étant l’un des bâtiments les plus durables dans le monde, il représente un important investissement à long terme dans l’avenir du Mouvement Olympique.

En tant que chef de file du Mouvement Olympique, le CIO redistribue 90% de ses revenus pour favoriser l’épanouissement des athlètes et aider au développement des organisations sportives dans le monde entier, y compris en Suisse. Cette étude montre que notre contribution va encore plus loin.

Laisser un commentaire