La Ville de Paris va s’engager pour le financement des Jeux Paralympiques de 2024

Dans la perspective d’accueillir les Jeux Paralympiques en 2024, la Ville de Paris s’apprête à engager 10 millions d’euros au titre de sa participation au financement de l’événement.

Visuel du Court Suzanne Lenglen configuré pour le tournoi de volleyball assis (Crédits – Paris 2024)

Du 17 au 19 novembre prochains, les élus du Conseil de Paris seront amenés à se prononcer sur un certain nombre de délibérations et seront par ailleurs attentif à la Communication de la Ville qui sera réalisée par Pierre Rabadan, Adjoint à la Maire en charge des Sports et des Jeux de 2024.

Ce dernier exposera en effet les trois axes de la stratégie municipale pour concevoir et accompagner le développement d’un Paris plus accessible et inclusif. Si les Jeux de 2024 sont bien sûr un objectif à court terme, la volonté de l’équipe dirigeante est bien de pérenniser les investissements et d’accélérer les changements, notamment en matière de déplacements urbains.

En parallèle de cette Communication, les élus parisiens seront également sollicités pour voter la Convention de financement des Jeux Paralympiques de Paris 2024, de même que des subventions et autres partenariats destinés à renforcer l’héritage de cet événement planétaire, qui sera, faut-il le rappeler, la première édition des Paralympiques à se tenir en France.

Stade temporaire aménagé pour le tournoi paralympique de football à cinq (Crédits – Paris 2024)

Durant la phase de candidature aux Jeux, en septembre 2016, les autorités municipales avaient apporté la garantie de contribuer à hauteur de 10 millions d’euros au financement de la manifestation para-sportive qui réunira pas moins de 4 350 athlètes du 28 août au 18 septembre 2024.

A l’occasion du prochain Conseil de Paris, Anne Hidalgo proposera en conséquence la signature d’une Convention avec le Comité d’Organisation (COJO). A moins de quatre ans de la tenue effective des Jeux, ce vote annoncé permettra de définir les modalités d’engagement de la Ville de Paris.

Ainsi, les dépenses correspondantes à la contribution locale seront imputées au budget de fonctionnement de la Ville sur les exercices budgétaires 2020 à 2024. Mais au-delà de l’aspect purement financier, le document précisera aussi les principes directeurs du concept des Jeux Paralympiques devant être respectés par Paris 2024. Le texte rappellera par ailleurs la nécessité d’établir une stratégie ambitieuse en matière de développement durable, sur le modèle des actions d’ores et déjà menées dans le cadre des chantiers d’aménagement des sites destinés à recevoir les Jeux Olympiques dans un premier temps, et les Jeux Paralympiques dans un second temps.

Pour assurer le financement de l’événement paralympique, la Région Île-de-France apportera elle-aussi une participation de 10 millions d’euros, tandis que l’État devrait être présent pour 80 millions d’euros. In fine, les diverses contributions amèneront le budget à 100 millions d’euros, conformément aux indications mentionnées dans le dossier de candidature de Paris 2024.

Avec ce package, le COJO sera dès lors en mesure de superviser les préparatifs et l’organisation des différentes épreuves, rassemblées dans 22 sports comme déterminés en janvier 2019 par le Comité Paralympique International (IPC).

Ces épreuves seront disposées – dans l’attente des conclusions de la revue de projet attendues pour le 17 décembre 2020 – au cœur de quelques 18 sites, préalablement utilités lors des Jeux Olympiques, afin de mutualiser les moyens dans un souci d’efficacité et de limitation des dépenses.

Andrew Parsons, Président de l’IPC, devant le symbole paralympique installé sur le Parvis de l’Hôtel de Ville de Paris, le 10 novembre 2017 (Crédits – Jean-Marie Hervio / KMSP / Paris 2024)

Outre cette Convention majeure, le Conseil de Paris examinera aussi la signature de Conventions de subventionnement et d’objectifs avec le Comité Départemental Handisport (CDH) et le Comité Départemental de Sport Adapté (CDSA), qui ont chacun pour objectif d’intervenir dans les formations proposées aux dirigeants et cadres de clubs et d’associations sportives parisiennes qui seraient désireux de développer des sections para-sportives.

Pour la première structure, qui œuvre depuis 1979 à la promotion de la pratique d’activités physiques et sportives chez les personnes handicapées physiques, visuels, sourds et malentendants, la Ville de Paris prévoit une subvention de 5 000 euros.

Pour la seconde, dont la mission a pour but, depuis sa fondation en 1984, de favoriser la pratique sportive des personnes en situation de handicap physique ou mental au travers de 14 clubs Sport Adapté, une subvention d’un même montant est envisagée.

En parallèle de ces deux conventions, la Maire de Paris va également soumettre à ses collègues élus l’adoption d’une Convention de subventionnement pour l’association A.S.E.I (Agir, Soigner, Éduquer, Insérer) qui, depuis 1950, a agit pour la prise en charge et l’insertion des personnes en situation de handicap en défendant leurs droits, tout en luttant contre l’exclusion et les discriminations dont elles pourraient être victimes.

Afin de compléter les actions actuellement menées, l’association souhaite aujourd’hui rénover un gymnase situé au sein de l’Externat Médico-Éducatif (EME) du Luxembourg, dans le 6e arrondissement de Paris, établissement qui accompagne 60 enfants et adolescents de 6 à 20 ans. En plus de cette rénovation, l’association souhaite aussi faire l’acquisition de matériel sportif spécialisé. Aussi, la Ville de Paris, voyant là un intérêt local au titre de la stratégie 2017-2021 portant sur le handicap, l’inclusion et l’accessibilité universelle, prévoit d’accorder une subvention de 12 011,28 euros pour épauler l’association de cette double ambition.

Anne Hidalgo, Maire de Paris (Crédits – Henri Garat / Ville de Paris)

Si ces diverses Conventions ont pour objectif de soutenir des actions locales pour améliorer dès à présent le quotidien des Parisiennes et des Parisiens en situation de handicap, la Ville de Paris désire aller plus loin encore.

Avec l’échéance paralympique de 2024, une stratégie à trois branches a été définie – comme mentionnée précédemment – et cette dernière ne pourra être effective et opérationnelle qu’avec le concours de structures compétentes.

Aussi, sur ce point, la Ville de Paris va prochainement s’engager dans une Convention de coopération avec APF France Handicap qui assurera notamment conseils et appui concernant la mise en accessibilité de 15 quartiers pilotes d’ici 2024.

En plus de cette Convention, l’équipe municipale entend acter une Convention cadre et une Convention d’exécution avec le Comité Paralympique et Sportif Français (CPSF) sur le créneau 2020-2021.

Pour accompagner les actions du CPSF de valorisation et de promotion de la pratique para-sportive, mais également de formation pour les dirigeants et encadrants d’associations et de clubs, sans oublier aussi la structuration du réseau parisien para-sportif et le rayonnement des Jeux Paralympiques, Anne Hidalgo compte dès lors proposer aux élus de la capitale de conclure un partenariat avec l’octroi d’une subvention de 330 000 euros pour la période précitée. Ce montant sera imputé du budget de fonctionnement de la Ville sur les exercices budgétaires 2020 et 2021.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.