Paris 2024 lance un appel pour la conception de la mascotte des Jeux

Au travers d’un avis d’appel public à la concurrence publié en fin de semaine passée, le Comité d’Organisation des Jeux de Paris 2024 amorce la procédure de sélection de la mascotte des Jeux Olympiques et Paralympiques qui auront lieu en France dans moins de quatre ans.

Présentation de l’emblème des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024, lundi 21 octobre 2019 (Crédits – Philippe Millereau / KMSP / Paris 2024)

Depuis l’édition des Jeux d’été de Munich 1972 – quatre ans plus tôt, Grenoble 1968 pour les Jeux d’hiver – les mascottes olympiques jalonnent les préparatifs d’organisation de l’événement en contribuant à éveiller l’intérêt de la population dans la ville et le pays appelés à accueillir athlètes et spectateurs du monde entier.

La mascotte ainsi créée à l’initiative du Comité d’Organisation pour symboliser les Jeux, laisse une signature visuelle – souvent sous les traits d’un animal, quelques fois d’un personnage – et un nom qui, parfois, demeurent parmi les générations, comme le bonhomme Shuss pour les Jeux d’hiver de Grenoble 1968 ou l’étoile Magique des Jeux d’Albertville 1992. Par le passé, 17 éditions des Jeux – hiver et été confondus – ont donné lieu à la réalisation d’une seule mascotte, tandis que par 10 fois, deux ou plusieurs figures ont été représentées.

Dans le cadre de l’organisation annoncée des JO 2024, les organisateurs n’entendent pas déroger à la tradition, d’autant plus lorsque l’on sait qu’il s’agira du premier événement olympique et paralympique d’été organisé en France depuis 1924 et donc le tout premier du genre à bénéficier d’une mascotte.

Pour cela, le Comité d’Organisation des Jeux (COJO) a édité au cours de la semaine écoulée un avis d’appel public à la concurrence afin de présenter les objectifs et les attendus de la procédure de sélection de la figurine qui constituera in fine l’un des symboles phares de Paris 2024, au même titre que l’emblème dévoilé il y a à peine plus d’un an.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Concrètement, l’appel à manifestation d’intérêts lancé par le COJO est divisé en deux lots portant, pour le premier, sur la création du concept de la mascotte et, pour le second, sur le développement et l’animation de ladite mascotte.

Il convient ici de noter que si le terme mascotte est écrit au singulier dans le cadre de l’appel à manifestation d’intérêts, cela ne saurait préfigurer du choix définitif qui sera fait par Paris 2024 à savoir, une ou plusieurs mascottes. Il n’empêche, Paris 2024 pourrait bien reproduire le schéma développé pour l’emblème des Jeux et dès lors établir une seule et même mascotte pour représenter et incarner à la fois les Jeux Olympiques et les Jeux Paralympiques.

Plusieurs critères devront en tout cas être considérés par les designers intéressés sur la base de la vision des Jeux développée par Paris 2024.

De fait, les réalisations présentées devront tenir compte des trois piliers fondamentaux des JO 2024 – la célébration, l’engagement et l’héritage – tout en attachant une importance particulière à trois leitmotiv là-encore valorisés par le COJO : l’exigence, la créativité et le partage. En résumé, le Comité d’Organisation fait savoir que :

Si la mascotte est un exercice qui a ses codes et ses traditions, elle n’en reste pas moins un terrain d’expression très ouvert. C’est ce champ créatif que Paris 2024 souhaite explorer.

Nous souhaitons que la mascotte soit la plus rupturiste possible, tout en suscitant l’adhésion du plus grand nombre.

En d’autres termes, apporter une touche de modernité à un exercice convenu aux contours délimités.

Après un brief commun pour les lots 1 et 2 organisé le 06 novembre lors d’un rendez-vous Teams – contexte sanitaire oblige – un échéancier distinct aux deux lots devra être suivi par les candidats.

Pour ce qui est du lot 1, les propositions devront ainsi être fournies à la date limite du 10 décembre 2020. Par la suite, une analyse des propositions et une pré-sélection pour le lot 1 auront lieu du 10 au 18 décembre, avant qu’une phase intermédiaire ne soit engagée pour permettre aux candidats retenus d’affiner leurs offres. La remise de ces dernières devra ensuite intervenir au 11 janvier 2021.

A compter de cette date, le COJO procédera à l’examen des propositions reçues et à la sélection du candidat lauréat, ce dernier devant être annoncé et officialisé d’ici la fin du mois de janvier.

En ce qui concerne le lot 2, la remise des offres devra intervenir à la date du 26 novembre 2020, pour qu’une négociation s’engage ensuite en vue d’une remise des propositions finales dans le courant du mois de janvier 2021. En léger décalage par rapport à la procédure du lot 1, l’annonce du candidat retenu devra avoir lieu au plus tard en février 2021.

(Crédits – Paris 2024)

Au-delà de l’aspect calendaire de la procédure de sélection de la future mascotte des Jeux de 2024, le COJO a également précisé les modalités de pré-sélection des candidats avec, là-encore, des distinctions à noter entre les deux lots.

Pour le premier, les propositions seront notées sur 20, avec la prise en compte des critères suivants :

  • La créativité de la réponse :
    • Originalité,
    • Potentiel de développement,
  • La pertinence stratégique :
    • Lien avec la vision de Paris 2024,
    • Le potentiel business kids.

Durant la phase intermédiaire avec les seuls candidats pré-sélectionnés, la compétitivité de l’offre financière sera également considérée.

Pour le second lot, les propositions seront elles-aussi notées sur 20, avec cette fois-ci les critères hiérarchisés suivants :

  • La qualité et la pertinence des références,
  • La qualité de l’équipe-projet,
  • La qualité de la vision stratégique proposée,
  • Les capacités financières du candidat,
  • La compétitivité financière de l’offre.
Miraitowa, mascotte des Jeux Olympiques 2020 et Someity, mascotte des Jeux Paralympiques 2020 (Crédits – Tokyo 2020)

Le choix de la mascotte sera quoiqu’il en soit l’aboutissement d’un processus millimétré.

Il faut dire qu’à l’image de l’emblème utilisé pour signifier les Jeux, la mascotte est un élément primordial dans la stratégie marketing déployée en amont de l’ouverture de la manifestation planétaire, en parallèle de l’établissement des divers partenariats.

A ce titre, dans le cadre de son dossier de candidature, Paris 2024 avait fait mention, pour la partie relatives aux licences et aux produits dérivés, de revenus attendus de l’ordre de 145 millions de dollars, soit 120 millions d’euros (valeur 2016).

Ce montant estimé venait alors en complément des autres revenus espérés avec le Programme des Sponsors (1,086 milliard de dollars / 900 millions d’euros) et les autres sources, comme l’émission de timbres et de monnaies commémoratives, ou encore l’organisation de loteries (97 millions de dollars / 80 millions d’euros).

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.