La Commission de Coordination salue « l’excellent départ » pris par LA 2028

A peine plus de trois mois après la 136e Session du Comité International Olympique (CIO) au cours de laquelle le Comité d’Organisation des Jeux de Los Angeles 2028 avait pu exposer l’avancée de ses travaux au travers de quatre axes prioritaires, la Commission de Coordination chargée de superviser les préparatifs a dressé cette semaine un premier état des lieux plus que satisfaisant.

(Crédits – LA 2028)

Malgré la crise sanitaire liée au Covid-19 et les incidences de cette dernière à travers le monde, LA 2028 poursuit sereinement ses efforts en vue d’accueillir les Jeux d’été de 2028 dans les meilleures conditions possibles et selon une planification parfaitement calibrée.

Pour preuve, trois ans après avoir obtenu le droit d’organiser cette édition des Jeux – la troisième de l’histoire qui se déroulera à Los Angeles et dans ses environs – le Comité d’Organisation a dégainé au début du mois de septembre une nouvelle identité visuelle, avec un emblème résolument tourné vers l’avenir, porteur d’un message fort de créativité et de diversité. En plus de cet emblème audacieux, LA 2028 a également profité de la fin de la saison estivale pour mettre à jour son site Internet, mais aussi sa boutique en ligne où les fans du monde entier peuvent dès à présent se procurer divers types de produits dérivés, des simples pin’s aux couleurs du projet, en passant par des casquettes ou des sweats.

Grâce à cette opération de communication réussie, LA 2028 s’est clairement positionné comme l’incarnation des Jeux d’une nouvelle ère, avec un projet innovant où le numérique occupe une place prépondérante, à l’image notamment du SoFi Stadium récemment inauguré et hôte prochain du Super Bowl en 2022, puis des Cérémonies d’ouverture et de clôture en 2028.

(Crédits – LA 2028)

Écrin des franchises de football américain des Rams et des Chargers de Los Angeles, ce bijou d’architecture et de technologie entend tout simplement révolutionner la fan experience en s’appuyant sur les dernières innovants en matière de connectivité – WiFi, 5G – avec le renfort d’un écran géant circulaire à double faces unique au monde.

Conçu par l’entreprise sud-coréenne Samsung, cet écran impressionne d’ores et déjà par ses dimensions et ses caractéristiques hors du commun. Suspendu au-dessus du terrain et faisant face aux tribunes dont la capacité peut varier entre 70 240 et 100 000 places, The Oculus se déploie sur une superficie de 6 500 m², avec une longueur de 110 mètres, une largeur pouvant atteindre 15 mètres et un poids de plus de 900 tonnes. Malgré ses dimensions, qui auraient pu être une contrainte, l’écran offre une qualité sonore et visuelle sans précédent pour un stade, avec pas moins de 260 hauts-parleurs et une diffusion assurée en 4K avec 80 millions de pixels.

Cette prouesse technique n’est pas la seule à illustrer un équipement sportif qualifié par Janet Evans, interviewée par « Sport & Société » en septembre dernier, comme un « lieu incroyable [qui] sera certainement le modèle pour les stades du futur ».

De fait, la toiture se compose de plus de 300 panneaux en éthylène tétrafluoroéthylène (ETFE) et recouvre à la fois le terrain sportif, les tribunes, mais également une large partie de l’imposant parvis donnant accès à l’enceinte. Ce parvis est lui-aussi une illustration de la démesure du projet, avec des jardins aménagés en terrasses et des coursives donnant accès aux gradins – notamment 13 000 sièges haut de gamme – ainsi qu’aux 260 suites réparties dans 7 concepts distincts, sans oublier les 12 clubs pensés autour d’ambiances variées pour satisfaire tout les publics.

A l’extérieur de l’imposante structure de 28 hectares – 11 de plus que le Stade de France -, l’aménagement paysager se poursuit autour de Lake Parkdeux bassins artificiels destinés à la collecte et au filtrage des eaux pluviales – sachant que le projet global, entièrement financé sur fonds privés et dont une large partie devrait être livrée au moment des Jeux en 2028, comprend par ailleurs une aréna multifonctionnelle de 6 000 places, une zone commerciale de 4,6 hectares, des espaces de bureaux sur 46 hectares, un hôtel de 300 chambres et quelques 3 000 logements.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Tandis que le SoFi Stadium a été inauguré à Inglewood et a déjà accueilli ses premières rencontres sportives – à huit clos en raison de la crise sanitaire – d’autres chantiers se poursuivent actuellement dans la région de Los Angeles, dans le domaine des transports en particulier.

Que ce soit au niveau des lignes de métro ou de tramway, de la mise en service progressive de bus électriques, ou de l’aménagement d’une navette automatique dans le secteur de l’aéroport international LAX de Los Angeles, les travaux publics s’enchaînent en effet avec la même volonté de moderniser en profondeur les transports dans l’optique des Jeux de 2028.

Sur les premiers chantiers cités, l’apport de financements fédéraux doit permettre de boucler les budgets pour notamment prolonger la Purple Line. Il y a peu, de premiers bus électriques ont été livrés sur la G Line, avant que le dispositif ne soit progressivement étendu aux autres lignes existantes. Du côté du gigantesque complexe aéroportuaire, les piles de béton ont commencé à émerger, de même que les premiers éléments du futur tablier où prendront place les rames de l’Automated People Mover (APM) qui, dès 2023 et au regard de l’ambition du projet, pourrait transporter au moins 30 millions de passagers chaque année, avec une fréquence de circulation optimale à raison d’une navette toutes les deux minutes et d’un fonctionnement assuré 24h sur 24.

Visuel de l’Automated People Mover (Crédits – Los Angeles World Airports)

Mais si les projets précédemment mentionnés sont indépendants des Jeux de 2028, avec néanmoins une liaison évidente pour le confort des athlètes et des spectateurs, les efforts du Comité d’Organisation se portent davantage sur la mobilisation des futurs sponsors et sur la gouvernance appelée à entourer les préparatifs.

Ainsi, alors que 65 employés travaillaient pour le compte du Comité à l’été 2020, des recrutements devraient s’échelonner dans les mois à venir pour renforcer les équipes et pour affiner les plans autour des sports et des sites sélectionnés pour les JO 2028, sachant qu’aucune installation sportive pérenne n’est prévue par les organisateurs. Parmi les actions qui seront par ailleurs menées, le Comité d’Organisation veillera à une structuration accrue des départements et secteurs-clés comme les ressources humaines, l’informatique et bien évidemment, les finances.

Sur ce point, LA 2028 entend d’ailleurs poursuivre le développement de son programme commercial, conjointement avec le Comité Olympique et Paralympique des États-Unis (USOPC). A ce jour, au-delà du partenariat acté avec NBC Universal, LA 2028 s’est d’ores et déjà entouré de Delta Airlines qui a rejoint la structure avec un partenariat de première importance. D’autres accords – de sponsoring et de licences – devraient intervenir prochainement.

Toujours dans le domaine des finances du Comité d’Organisation, les mois à venir devraient permettre d’affiner la stratégie et le modèle économique concernant entre autre la billetterie des Jeux.

A mesure que l’échéance olympique et paralympique se rapprochera, les organisateurs vont également coordonner l’activation promise du vaste programme issu de l’accord signé en 2017 entre le CIO et le Comité de Candidature avec à la clé, l’investissement de 160 millions de dollars en amont des Jeux afin de promouvoir l’apprentissage et la pratique du sport chez les jeunes de la région de Los Angeles.

La mise en œuvre de ce volet jeunesse permettra de compléter l’offre existante établie par la Ville de Los Angeles – notamment avec le programme SwimLA – et les investissements réalisés par des structures privées pour la réhabilitation de terrains sportifs dans les quartiers.

Nicole Hoevertsz et Casey Wasserman lors de la visite du Memorial Coliseum de Los Angeles, en octobre 2019 (Crédits – CIO)

A l’aune des progrès ainsi réalisés au cours des trois dernières années par le Comité d’Organisation présidé par Casey Wasserman, la première réunion de la Commission de Coordination du CIO pour les Jeux de 2028 qui s’est déroulée de manière virtuelle du 27 au 29 octobre, contexte sanitaire oblige, n’a pu que relever avec une entière satisfaction l’engagement de LA 2028.

Durant ces deux journées d’examen du projet, la Commission a en effet salué l’investissement et la détermination des équipes de LA 2028 pour assurer le succès et l’héritage des Jeux, bien avant la tenue effective de ces derniers. Comme l’a notamment affirmé Nicole Hoevertsz, Présidente de ladite Commission :

LA 2028 a pris un excellent départ et nous nous réjouissons de travailler avec l’équipe dans les années à venir, en tirant parti de la vaste expertise en matière d’événements au sein de la ville et en utilisant l’expérience de ceux qui font partie de cette Commission, afin d’organiser des Jeux véritablement mémorables en 2028.

Du côté du Président du CIO, Thomas Bach, qui a assisté à l’ouverture des discussions entre la Commission de Coordination et les représentants de LA 2028, le satisfecit est également de mise, d’autant plus à l’heure où les préparatifs des prochains Jeux d’été sont impactés par la crise sanitaire.

Du côté de Tokyo 2020, le report des Jeux d’une année conduit les organisateurs à revoir leurs plans et à chercher des mesures de simplification pour s’adapter au nouveau contexte, tandis que du côté de Paris 2024, la finalisation pour le 17 décembre de la revue de projet doit conduire à une réduction de la voilure du budget d’organisation à hauteur d’au moins 10%, soit une marge de manœuvre espérée entre 300 et 400 millions d’euros.

Dès lors, comme l’a déclaré le leader allemand, candidat à un second mandat à la tête de l’institution olympique :

L’année 2020 a posé des défis sans précédent au monde et au Mouvement Olympique, mais nous avons démontré que la flexibilité et l’innovation seront mises à profit pour s’adapter au nouveau paysage et offrir des Jeux Olympiques adaptés à un monde de l’après-coronavirus.

Nous avons montré ces derniers mois que nous sommes effectivement plus forts ensemble.

Le lancement de la marque LA 2028 le mois dernier en est une parfaite illustration : l’approche novatrice et créative adoptée par le Comité d’Organisation a été saluée dans le monde entier.

Depuis sa création, le projet olympique de LA 2028 a intégré l’essence même de l’Agenda Olympique 2020 dans tous ses plans stratégiques.

Thomas Bach, Président du CIO, en octobre 2020 dans son bureau au siège de l’institution (Crédits – CIO / Greg Martin)

Nul doute, pour le CIO, Los Angeles 2028 représente bel et bien l’espoir d’un monde nouveau.

Cela fut déjà le cas dans le passé lorsque la « Cité des Anges » vint au secours d’une institution et d’un modèle malmenés par les conséquences de la Guerre Froide, en étant seule candidate et donc organisatrice des Jeux en 1984.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.