Paris 2024 : Le projet pour le centre aquatique de Marville sélectionné le 06 novembre

Le 06 novembre prochain – et sauf évolution du calendrier prévisionnel en raison du contexte actuel – le choix de l’opérateur chargé d’assurer la construction de la nouvelle Piscine de Marville (Seine-Saint-Denis) sera effectué. Appelé à être l’un des symboles de l’héritage aquatique des Jeux de Paris 2024 pour le territoire local, ce centre aquatique sera au préalable mobilisé pour les entraînements de water-polo.

Visuel du projet initial de Paris 2024 avec une rénovation de la structure existante de Marville (Crédits – Paris 2024 / Jean-Louis Bellurget / Populous / Luxigon)

Dans le plan initial développé avant 2017 par la candidature de Paris 2024, le site de Marville, jouxtant le Parc Georges Valbon, entre La Courneuve d’un côté et Dugny ainsi que Le Bourget d’un autre côté, avait été proposé pour recevoir le tournoi olympique de water-polo.

In fine, après plusieurs réexamens du projet, le Comité d’Organisation des Jeux (COJO) a fait le choix de déplacer le tournoi préliminaire de water-polo en direction de Saint-Denis et les phases finales dudit tournoi vers Paris La Défense Aréna (Hauts-de-Seine), tout en conservant le site de Marville comme espace destiné aux entraînements des futurs compétiteurs.

Précision de taille néanmoins, la piscine existante n’est plus intégrée au projet, même si une cure de jouvence est programmée afin de faire de cet espace un nouveau lieu culturel de dimension départementale. En lieu et place de cette option, les porteurs du projet ont en effet planifié l’aménagement d’un centre aquatique flambant neuf, répondant aux dernières normes.

Ce choix répond à une double volonté exprimée tout aussi bien par le Conseil Départemental de Seine-Saint-Denis – maître d’œuvre du projet – que par les organisateurs des Jeux dans leur ensemble. De fait, le futur écrin doit assurer la mise à disposition d’un lieu de qualité pour la préparation des athlètes durant les Jeux de 2024. Mais plus encore, l’aménagement de cet équipement doit permettre d’inscrire le site de Marville comme un élément-clé de l’héritage de Paris 2024, alors que 50% des enfants scolarisés en classe de 6ème en Seine-Saint-Denis ne savent pas nager. L’apport de cet équipement est en outre destiné à compléter l’offre sportive départementale pour les clubs et les associations engagés dans les activités aquatiques, sachant que des projets de nouveaux bassins sont aussi projetés à Aulnay-sous-Bois, au Fort d’Aubervilliers ou encore dans le secteur du Pont de Bondy.

Pour répondre à l’ensemble de ces besoins, les opérateurs candidats pour l’aménagement du centre aquatique de Marville – SOGEA, GCC et EIFFAGE – ont dû élaborer des projets sur la base de caractéristiques techniques fixées dans un cahier des charges présenté par le maître d’œuvre du futur équipement.

De fait, à l’intérieur de la structure d’une capacité en tribunes de 250 places, un bassin sportif de 33 mètres par 21 doté d’un plancher et de murs mobiles devra ainsi être réalisé, tout comme un bassin ludique de 150 m², un jardin d’éveil aquatique pour les plus jeunes – ou bassin de sensibilisation – de 70 m², une lagune de jeu de 60 m², sans oublier également un espace de bien-être et de remise en forme de 220 m².

A l’extérieur de l’enceinte, les usagers du centre aquatique bénéficieront à l’année d’un bassin nordique de 15 mètres par 25. Pour compléter cette offre, un bassin ludique destiné à une utilisation estivale est aussi prévu, avec également un solarium minéral et végétal et un pentagliss.

Au-delà de ces critères, les opérateurs candidats ont par ailleurs planché sur la mise à disposition d’un équipement respectueux de l’environnement, tant au niveau des matériaux utilisés pour la construction du centre aquatique, qu’en ce qui concerne la gestion quotidienne de l’édifice et la consommation énergétique de celui-ci. Cela devrait dès lors passer par un budget carbone maîtrisé dans le but d’anticiper la trajectoire vers la neutralité carbone à horizon 2050.

Parvis de l’actuelle Piscine de Marville qui devrait être transformée en centre culturel, même si le projet n’a pas encore été entériné (Crédits – Office de Tourisme de Plaine Commune)

Tandis que les offres finales des trois candidats ont été soumis à la date du 12 juin 2020, une audition desdits candidats s’est tenue à la fin du même mois, avant qu’un examen détaillé des différentes options ne soit opéré au cours de l’été.

Une fois le choix du lauréat effectué en date du vendredi 06 novembre 2020, une phase d’études de près d’un an devrait être enclenchée entre novembre 2020 et décembre 2021, avec le dépôt et l’obtention du permis de construire. A ce moment-là, les travaux pourraient être tenus entre février 2022 et décembre 2023 avant une ouverture de l’ouvrage au début de l’année 2024.

Afin d’assurer le financement du centre aquatique de Marville, une Convention engageant la Société de Livraison des Ouvrages Olympiques (SOLIDEO) et les Collectivités Territoriales parties prenantes au projet a été élaborée. Cette dernière prévoit une participation du Conseil Départemental de Seine-Saint-Denis à hauteur de 12,5 millions d’euros, avec une contribution identique de la part de la Ville de Paris.

In fine, et sauf changement, le projet devra donc respecter un budget délimité à hauteur de 25 millions d’euros.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.