Paris 2024 : Démarrage du chantier du Grand Palais éphémère

Conçu par l’architecte de renom Jean-Michel Wilmotte, le Grand Palais éphémère doit ouvrir ses portes au public en janvier 2021 sur le Champ-de-Mars (7e arrondissement de Paris) entre l’École Militaire et la Tour Eiffel.

Visuel du Grand Palais éphémère (Crédits – Wilmotte et Associés)

Ce mercredi 15 juillet 2020, les premiers travaux préparatoires à l’édification du Grand Palais éphémère ont été enclenchés, marquant de fait une étape cruciale en vue de l’aménagement de ce pavillon temporaire qui s’élèvera sur le plateau Joffre, juste devant le dôme de l’École Militaire.

L’aménagement de cette structure répond à un double objectif logistique.

Afin de palier à la fermeture annoncée du Grand Palais pour d’importants travaux de restauration, la Réunion des Musées Nationaux – Grand Palais (RMN-GP) et la Ville de Paris ont en effet souhaité proposer un écrin d’exception pour maintenir la programmation culturelle de l’emblématique édifice situé en parallèle de l’avenue des Champs-Élysées (8e arrondissement).

Dès 2021, le Grand Palais éphémère doit ainsi être en mesure de recevoir les défilés de mode et autres expositions qui font la renommée du Grand Palais en France et à travers le monde.

Par ailleurs, la conception de l’ouvrage temporaire a aussi permis au Comité d’Organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques (COJO) de Paris 2024 de disposer d’un cadre adéquat pour l’accueil d’une partie des compétitions à l’été 2024 et ce, en complément de la mobilisation du Grand Palais – qui aura rouvert pour l’occasion – et de sites iconiques de la capitale comme l’Esplanade des Invalides ou la Place de la Concorde.

Dans l’attente d’une nouvelle revue de projet qui doit intervenir d’ici la fin de l’année 2020, le Grand Palais éphémère est pour l’heure appelé à recevoir les épreuves olympiques de judo et de lutte, et le tournoi paralympique de para-tennis de table.

Visuel du Grand Palais éphémère en configuration olympique lors des Jeux de Paris 2024 (Crédits – Wilmotte & Associés Architectes)

Pour permettre la mise en œuvre de ces diverses manifestations, les parties prenantes au projet ont convenu de faire confiance à Jean-Michel Wilmotte pour imaginer un bâtiment d’environ 10 000 m², alliant tout à la fois sobriété environnementale et ambition architecturale dans une enveloppe budgétaire de 40 millions d’euros, avec une participation de la RMN-GP et du COJO de Paris 2024.

Concrètement, GL Events assurera la conception, la construction et la maintenance technique d’une structure qui se composera de segments pré-fabriqués en ateliers et assemblés in situ comme un puzzle géant pour minimiser les nuisances à l’égard des riverains et des milliers de visiteurs du Champ-de-Mars.

Le projet reposera sur l’utilisation de bois lamellé pour assurer l’installation d’une toiture autoportante avec des arches dans lesquelles viendront s’insérer des parois en polycarbonate gris pour donner à l’ensemble de l’ouvrage une impression de modernité et de légèreté.

Bien sûr, l’aménagement de cet édifice temporaire – qui sera démantelé après les Jeux de 2024 et recomposé en tout ou partie selon les besoins – devra respecter le cadre environnant avec la perspective offerte par l’École Militaire, la Tour Eiffel et de l’autre côté de la Seine, le Trocadéro.

Aussi, la forme architecturale de l’ouvrage a été spécifiquement pensée pour s’insérer de la manière la plus adéquate possible à ce site historique, cadre de plusieurs Expositions Universelles de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle.

Outre des lignes courbes et l’utilisation de matériaux durables, le Grand Palais éphémère culminera ainsi à une hauteur de 20 mètres, soit une quinzaine de mètres de moins que le dôme de l’École Militaire. Le bâtiment, en forme de croix, disposera par ailleurs d’une longueur de 150 mètres et d’une largeur de 32 mètres dans sa partie conçue dans la perspective de la Tour Eiffel. Pour ce qui est de la transversale le long de l’École Militaire, l’ouvrage mesurera 130 mètres de long pour 50 mètres de large.

Visuel de l’implantation du Grand Palais éphémère dans la perspective entre l’École Militaire et la Tour Eiffel (Crédits – Wilmotte & Associés Architectes)

En tenant compte de ces diverses caractéristiques techniques et contraintes liées au terrain, les ouvriers mobilisés se focaliseront d’abord sur la protection des espaces verts existants, que ce soit en délimitant l’emprise au sol du futur bâtiment, mais également en préservant les arbres qui bordent le vaste jardin, ainsi que les statues et les fontaines.

Cette phase du chantier durera tout au long de l’été, avant que le levage du premier portique de charpente ne soit opéré au début du mois de septembre 2020.

Les acteurs du projet espèrent ensuite l’installation de la toiture à la mi-octobre, avant la pose des façades et la mise en place des aménagements extérieurs entre la fin novembre et la mi-décembre 2020.

Si le calendrier fixé est respecté, l’ouverture au public devrait avoir lieu dans le courant du mois de janvier 2021, dans le timing correspondant à la fermeture pour rénovation du Grand Palais.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.