JO 2024 : Pour Sebastian Coe, la course olympique est « un marathon qu’il ne faut pas courir vite »

Patron du Comité d’Organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques de Londres 2012, Sebastian Coe avait exprimé son avis quant à la course aux Jeux de 2024 dès le mois d’août 2014.

Celui qui est devenu depuis le nouveau Président de la Fédération Internationale d’Athlétisme (IAAF), avait alors estimé que l’heure de Paris avait sonné, et que la France méritait l’attribution du plus grand événement sportif de la planète.

Sebastian Coe interviewé par Clémentine Sarlat pour l'émission Stade 2 du 04 décembre 2016 (Crédits - Capture d'écran / Sport & Société)
Sebastian Coe interviewé par Clémentine Sarlat pour l’émission Stade 2 du 04 décembre 2016 (Crédits – Capture d’écran / Sport & Société)

Ce dimanche, Sebastian Coe a une nouvelle fois donné son opinion sur la course olympique, en prodiguant quelques conseils à la candidature de Paris 2024 dans le cadre d’une interview pour l’émission « Stade 2 ».

Au micro de la journaliste Clémentine Sarlat, l’ancien Champion Olympique du 1 500 mètres aux Jeux de Moscou 1980 et de Los Angeles 1984, a rappelé qu’une campagne olympique constituait avant toute chose, « un marathon qu’il ne faut pas courir vite.

Le plus gros défi, ce n’est pas d’expliquer aux communautés locales comment, mais pourquoi les Jeux vont faire une différence dans leur vie. C’est probablement le plus difficile pour n’importe quelle Ville Candidate, et je leur souhaite le meilleur ».

Avec Seb Coe, Président de l'IAAF et ex-patron de Londres 2012 (Crédits - Paris 2024)
Les représentants de la candidature de Paris 2024 avaient échangé avec Sebastian Coe, dans le cadre de la Convention SportAccord 2016. De gauche à droite, Muriel Hurtis, ambassadrice sportive de la candidature ; Anne Hidalgo, Maire de Paris ; Bernard Lapasset, coprésident de Paris 2024 ; et Sebastian Coe, Président de l’IAAF (Crédits – Paris 2024)

Arrivé à la tête du Comité de Candidature de Londres 2012 en mai 2004, Sebastian Coe avait permis à la capitale britannique de redresser la barre et de revenir dans une course où elle n’était qu’outsider.

Misant sur un message en direction de la jeunesse, le Comité de Candidature avait dès lors réussi à s’imposer auprès des membres électeurs du Comité International Olympique (CIO), offrant par la même occasion à Londres les troisièmes Jeux de son histoire.

Sous la direction de l’ancien athlète, le Comité d’Organisation (LOCOG) avait ensuite mis en oeuvre la transformation urbaine de l’East End en aménageant outre le Stade Olympique, diverses installations sportives pérennes ou temporaires ainsi qu’un nouveau quartier.

Celui-ci, toujours en pleine mutation quatre ans après la clôture de l’événement, est aujourd’hui devenu un modèle d’inspiration pour les Villes Candidates aux Jeux.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s