JO 2024 : Un faux pas de Budapest qui pourrait coûter cher à la candidature hongroise

Ce lundi, le Comité Olympique de Hongrie (MOB) avait affirmé avoir obtenu le soutien de 16 Comités Nationaux Olympiques, en marge de l’Assemblée Générale des Comités Olympiques Européens (COE). La Hongrie avait présenté ce soutien comme venant des « CNO d’Europe Centrale et du Sud ».

(Crédits - Comités Olympiques Européens)
(Crédits – Comités Olympiques Européens)

Aujourd’hui, l’instance européenne a tenu à apporter des précisions et à rappeler les règles de conduite édictées par le Comité International Olympique (CIO) à l’attention des Villes Candidates.

De fait, l’Association des Comités Olympiques Européens indique que « les CNO d’Europe Centrale et du Sud ne sont pas une organisation officiellement reconnue par les COE. L’Association ne cautionne donc pas la déclaration [du Comité Olympique de Hongrie].

Avec quatre Villes Candidates issues du continent européen, l’Association restera neutre à tout moment ».

Mais si cette mise au point à le mérite d’être claire, l’Association va plus loin et rappelle le secret du scrutin olympique qui doit permettre l’élection de la Ville Hôte des Jeux.

« Tout vote des membres du CIO se fait dans le cadre d’un scrutin secret, et le CIO ne permet pas aux membres de mentionner publiquement leur intention de vote.

Il est clair que les membres du CIO qui pourraient être associés à cette déclaration [du Comité Hongrois] n’ont pas été consultés par avance. Il n’est donc pas approprié de laisser entendre que les membres du CIO de cette région suivront les orientations mentionnées dans la déclaration.

Avec le processus prévu pour 2024, l’Association demande que tous les pays membres respectent les directives du CIO dans les mois à venir » précise et met en garde l’Association.

Comme indiqué par « Sport & Société » dès hier, le soutien des 16 Comités Nationaux Olympiques pouvait théoriquement représenter un appui, au sein du CIO, de six membres et de deux membres honoraires.

Pour l’heure, le CIO ne semble pas s’être penché sur le faux pas hongrois. Toutefois, l’institution olympique de Lausanne (Suisse) pourrait, le cas échéant, effectuer un rappel à l’ordre en mentionnant les Articles 10 et 14 des Règles de Bonne Conduite pour la Procédure de Candidature aux Jeux Olympiques de 2024.

Le CIO énonce notamment dans l’Article 10 « Relations avec les membres du CIO », Paragraphe 10.3 :

« Afin de respecter la neutralité des membres du CIO, les villes ne doivent utiliser ni le nom, ni l’image d’un membre du CIO, d’un membre honoraire ou d’un membre d’honneur, à l’exclusion du ou des membres du pays de la ville concernée.

Par respect du même principe, les membres du CIO ne doivent faire aucune déclaration publique laissant paraître leur opinion en faveur de l’une ou l’autre des candidatures ».

Dans le cadre de l’Article 14 « Interprétation et sanctions », le CIO précise les sanctions applicables aux infractions constatées (Paragraphe 14.1) :

« Toutes les questions concernant les Règles de bonne conduite et leur interprétation doivent être adressées au Bureau Ethique et Conformité du CIO. Les infractions mineures aux Règles de bonne conduite seront traitées par le Bureau Ethique et Conformité du CIO.

– une première infraction mineure entraînera une notification confidentielle, par écrit, à la ville concernée ;

– une deuxième infraction mineure entraînera une notification écrite aux membres de la Commission exécutive du CIO et aux autres villes.

[…]

Les mesures ou sanctions spécifiques supplémentaires suivantes pourront aussi être prononcées :

– la déduction d’une ou plusieurs voix, au minimum 1 et au maximum 5 voix, dans le décompte des votes à la Session, pour le premier ou pour plusieurs tours ;

– une amende ;

– la réduction du temps de présentation de la candidature lors de la séance d’information des membres du CIO ou de la Session ;

– l’interdiction d’avoir la présence de la délégation de soutien de la Ville Candidate lors de la présentation à la Session ;

– l’exclusion officielle d’un membre de l’équipe de candidature ;

– le retrait de l’enregistrement d’un consultant pour une durée déterminée et au minimum une année ;

– un blâme assorti de la publication d’un communiqué de presse officiel du CIO adressé individuellement à tous les membres du CIO ».

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s