JO 2030 : La remise à plat du processus décisionnel, une aubaine pour Vancouver

Avec le retournement de situation opéré cette semaine par la Commission Exécutive du Comité International Olympique (CIO) concernant le processus de sélection du futur hôte des Jeux d’hiver de 2030, le projet de Vancouver (Canada) est désormais en mesure de se réinstaller dans la course, avec l’espoir d’obtenir prochainement l’appui des autorités provinciales et fédérales.

Vue de Vancouver, avec notamment le BC Place Stadium au second plan (Crédits – City of Vancouver)

Une véritable aubaine.

Alors que les dernières semaines se sont apparentées à un chemin de croix pour la candidature de Vancouver, la décision prise ce mardi 06 décembre par la Commission Exécutive du CIO est de nature à rebattre les cartes.

De fait, l’instance olympique a choisi d’accorder plus de temps à la Commission de Futur Hôte pour se prononcer sur une ou plusieurs candidatures à intégrer à la phase de dialogue ciblé et, par conséquent, un délai supplémentaire aussi pour les prétendants à l’organisation des Jeux d’hiver de 2030 pour peaufiner leur dossier respectif et, pour certains, se refaire une santé malgré quelques faiblesses actuelles.

C’est ainsi le cas pour Sapporo (Japon), dont la candidature est fragilisée depuis plusieurs semaines par les révélations de corruption entourant l’organisation des Jeux de Tokyo 2020. C’est également le cas pour Vancouver où la candidature a été brusquement stoppée par le refus du gouvernement de la Colombie-Britannique d’apporter un soutien pourtant indispensable à la poursuite du projet.

Dès lors, avec une marge de manœuvre plus importante – le CIO n’entendant plus élire le futur hôte lors de la 140ème Session programmée à l’automne 2023 -, ces candidatures pourraient être en capacité de revenir en force dans la course, se repositionnant de facto aux côtés de Salt Lake City (Utah, États-Unis) qui, elle-même, pourra affiner ses projections en direction des JO 2030 ou de l’édition suivante de 2034.

Du côté de la candidature canadienne en tout cas, la nouvelle en provenance de Lausanne (Suisse) – la « Capitale Olympique » – a été accueillie avec satisfaction, les porteurs de ladite candidature étant soucieux de convaincre avec le temps les autorités provinciales et, par extension, fédérales, de soutenir le projet d’une édition olympique et paralympique qui succéderait à celle de Vancouver 2010.

Ainsi que l’ont exposé le Comité Olympique (COC) et le Comité Paralympique (CPC) du Canada dans une déclaration aux médias :

Le COC et le CPC appuient la recommandation de la Commission de Futur Hôte d’évaluer plus avant la vision à long terme de l’accueil des Jeux Olympiques et Paralympiques d’hiver.

Nous continuons de voir l’opportunité pour tous les partenaires de se réunir et d’explorer pleinement les avantages potentiels de l’organisation des Jeux d’hiver de 2030 en Colombie-Britannique, et cette décision laisse plus de temps pour poursuivre le dialogue entre les parties après la quantité importante de travail déjà menée.

Laisser un commentaire