Pékin 2022 : Roxana Maracineanu contrainte d’annuler sa visite en Chine

Attendue en Chine du 11 au 15 février pour soutenir les athlètes tricolores engagés dans les compétitions olympiques de Pékin 2022, la Ministre déléguée aux Sports est toutefois contrainte d’annuler son déplacement après avoir été testée positive au Covid-19.

Roxana Maracineanu, Ministre déléguée aux Sports, lundi 04 octobre 2021 (Crédits – CNOSF / KMSP)

C‘est en milieu d’après-midi, ce mardi 08 février, que Roxana Maracineanu a officiellement fait savoir qu’elle ne pourrait finalement pas se rendre en Chine comme prévu ces prochains jours dans son agenda.

Ainsi que l’a déclaré l’ancienne nageuse, aujourd’hui Ministre déléguée aux Sports, sur ses réseaux sociaux :

J’ai été testée positive au Covid dans le cadre du protocole obligatoire avant le départ aux Jeux Olympiques d’hiver.

J’ai le cœur lourd de ne pas pouvoir aller soutenir nos athlètes et leur dire notre considération. Mes pensées sont avec eux.

Je poursuis mes missions à distance.

De fait, alors qu’elle devait séjourner dans « L’Empire du Milieu » du 11 au 15 février, la Ministre française ne fera pas le déplacement dans la Ville Hôte des JO 2022 et ce, quelques jours après les explications fournies par ses équipes pour justifier de son absence à la Cérémonie d’ouverture, dans un contexte géopolitique marqué par un appel au boycott diplomatique.

En l’absence de la Ministre déléguée aux Sports, la présence tricolore devrait donc se limiter au seul déplacement de la délégation réduite du Comité d’Organisation des Jeux de Paris 2024. Il convient aussi de souligner la venue en Chine des membres français du Comité International Olympique (CIO) dans le cadre des Jeux bien sûr, ainsi que de la 139ème Session, dont la première journée s’est déroulée à la veille de l’ouverture, le 03 février, et dont la dernière journée de travail est programmée pour le 19 février.

Au cours de cette ultime journée, un nouveau membre français devrait d’ailleurs être élu par ses pairs, en la personne de David Lappartient, Président de l’Union Cycliste Internationale (UCI).

Laisser un commentaire