Tokyo 2020 : Les parties actent un plafonnement de la jauge des sites

A un peu plus d’un mois de l’ouverture des Jeux Olympiques de Tokyo 2020, les parties ont convenu ce lundi de plafonner la jauge des enceintes sportives et ce, compte-tenu des mesures sanitaires adoptées au Japon pour lutter contre l’épidémie de Covid-19.

Vue des tribunes du Stade Olympique de Tokyo (Crédits – Japan Sport Council)

A l’issue d’une réunion entre des représentants du Comité International Olympique (CIO), du Comité International Paralympique (IPC), du Comité d’Organisation des Jeux de Tokyo 2020 (TOCOG), ainsi que du Gouvernement Métropolitain de Tokyo (TMG) et du Gouvernement du Japon, plusieurs décisions ont été prises en amont de l’ouverture des Jeux, programmée le 23 juillet prochain.

Parmi ces décisions, la plus attendue était sans conteste celle portant sur la capacité d’accueil des arénas et stades destinés à recevoir les compétitions olympiques et paralympiques.

Aussi, au regard des mesures d’ores et déjà en vigueur pour contenir l’épidémie de Covid-19 au Japon et trois mois après avoir acté la présence des seuls spectateurs nippons, les parties au projet se sont accordées pour établir une jauge à 50% de la capacité des sites, avec un niveau maximum ne pouvant dépasser le seuil symbolique des 10 000 spectateurs. Pour exception, les organisateurs ont fait savoir qu’ils ne comptabiliseront pas dans ce chiffrage les élèves intégrés à des programmes scolaires. Il en sera de même pour leurs accompagnateurs.

Toutefois, si une dégradation de la situation sanitaire venait à être constatée au « Pays du Soleil Levant » – avec par exemple la mise en œuvre de l’état d’urgence ou de mesures complémentaires aux dispositifs en place – le nombre de spectateurs autorisés pourrait être revu à la baisse.

L’éventualité de compétitions à huis clos est même évoquée dans la déclaration commune publiée ce jour, comme pour démontrer une fois encore la capacité d’adaptation des organisateurs dans ce qui constitue depuis plus d’un an maintenant, un défi sans précédent pour le Mouvement Olympique et Paralympique.

En plus de ces annonces, les parties ont également précisé les directives formulées par les autorités nippones pour garantir, autant que possible, un environnement sûr et sécurisé face à une opinion publique réticente sur l’opportunité d’accueillir l’événement planétaire dans un contexte sanitaire instable.

De fait, les spectateurs devront en permanence porter un masque au sein des enceintes sportives dans lesquelles se tiendront les différentes épreuves. En dépit de l’engouement potentiel des spectateurs, il a aussi été fait mention de l’interdiction de parler à voix haute ou de crier, tandis que la gestion des flux sera particulièrement surveillée, les spectateurs étant notamment invités à quitter les lieux de façon échelonnée dans le but d’éviter tout attroupement.

La question des live-sites ou fans-zones a en outre été mise sur la table des discussions, avec la perspective d’une réduction, voire même d’une annulation, des dispositifs un temps envisagé sur le territoire local et national. Un cadre de célébration adapté aux contraintes sanitaires pourrait néanmoins être mis en place, sans doute sur la base des échanges numériques et sociaux.

Design de la billetterie officielle des Jeux d’été 2020 (Crédits – Tokyo 2020)

Ces mesures, qui prendront effet pour les Jeux Olympiques (23 juillet au 08 août), devraient être au moins similaires durant les Jeux Paralympiques (24 août au 05 septembre), avec des décisions en ce sens annoncées d’ici au 16 juillet 2021.

Laisser un commentaire