JO 2032 : La Première Ministre du Queensland fait un pas en avant

Ayant un temps évoqué la possibilité de s’aligner dans la course aux Jeux d’été de 2024 ou de 2028, mais ayant finalement renoncé à ces deux échéances désormais attribuées à Paris (France) et à Los Angeles (États-Unis), l’Australie se positionne à présent sur 2032.

Si Brisbane apparaît comme la ville-centre de cette nouvelle ambition, le projet devrait toutefois être porté par l’ensemble de la région du Queensland.

En février 2019, à l’issue de 18 mois de travaux, une étude de faisabilité avait d’ailleurs été présentée par le Conseil des Maires de la région du Queensland pour justifier une telle démarche rendue aujourd’hui possible par la dernière réforme olympique.

Présentation de l’étude de faisabilité pour une candidature de Brisbane et du Queensland pour les Jeux d’été de 2032 (Crédits – Mayor Karen Williams / Compte Twitter)

Dans le cadre de cette étude, huit collectivités avaient été identifiées pour porter et incarner ce projet régional au coût maîtrisé.

Reprenant les fondamentaux qui firent le succès des Jeux du Commonwealth en 2018, la candidature olympique et paralympique pour 2032 pourrait ainsi s’appuyer sur Brisbane et ses sites existants, mais aussi Ipswich et Toowoomba et les territoires de Sunshine Coast et Gold Coast pour un investissement de l’ordre de 5,3 milliards de dollars australiens, soit 3,34 milliards d’euros avec une contribution du Comité International Olympique (CIO) espérée à hauteur de 1,7 milliard de dollars (1,07 milliard d’euros) et des revenus issus du Programme des Sponsors, de la billetterie et du merchandising à hauteur de 2,7 milliards de dollars (1,7 milliard d’euros).

En considérant les données de l’étude – qui fait mention de 60% de sites existants et 30% de sites temporaires – l’effort financier incombant aux autorités serait alors ramené à 900 millions de dollars, soit 568 millions d’euros.

Sur la base de ces éléments, les autorités du Queensland n’entendent pas perdre de temps pour avancer sur la réflexion autour d’une candidature aux Jeux. Même si l’échéance de 2032 apparaît lointaine pour certains, les discussions pour permettre l’émergence concrète d’un projet doivent d’ores et déjà avoir lieu.

(Crédits – Annastacia Palaszczuk MP / Page officielle Facebook)

Ce mardi 23 juillet, la Première Ministre du Queensland a en tout cas rappelé les conditions qu’elle avait évoqué par le passé pour rendre viable la mise en œuvre d’un projet olympique et paralympique à l’échelle de la région. Pour Annastacia Palaszczuk :

« Aujourd’hui est une journée très stimulante.

Je peux vous confirmer que nous allons mettre en place un Groupe de Travail pour évaluer la proposition de candidature pour les Jeux Olympiques et Paralympiques d’été de 2032. J’ai immédiatement appeler John Coates pour l’informer de cette décision.

Comme nous l’avons fait pour les Jeux du Commonwealth, il nous faudra inclure les villes et les territoires régionaux. A l’époque, le CIO avait été absolument impressionné par le fait que nous ayons organisé un tel événement de classe mondiale à l’échelle régionale, ce qui nous donne un certain avantage.

Le projet olympique et paralympique doit être partagé entre les différents territoires, tout comme les coûts. Le projet doit également bénéficier d’un soutien de tous les niveaux institutionnels.

Nous avons besoin de tout le monde à bord ».

Au cours des prochains mois, le Groupe de Travail – qui sera présidé par la Première Ministre du Queensland – tâchera d’évaluer le dossier sur les aspects techniques et financiers et sur les aménagements locaux nécessaires à la tenue des Jeux.

Président du Comité Olympique d’Australien (AOC) et membre du CIO pour lequel il a mené les réflexions sur la nouvelle réforme de la procédure des candidatures, John Coates aura évidemment un regard attentif sur l’évolution des travaux.

Complémentaire à l’étude de faisabilité évoquée précédemment, l’étude du gouvernement du Queensland apportera des conclusions sans doute d’ici la fin de l’année 2019, des conclusions qui donneront immanquablement la tendance à la poursuite ou non d’une candidature.

Thomas Bach, Président du CIO et John Coates, Président du Comité Olympique d’Australie et membre du CIO (Crédits – CIO / Greg Martin)

Quoiqu’il en soit, avec d’ores et déjà un fort niveau d’engagement de la part des autorités sportives et politiques, le dossier australien apparaît comme un légitime favori dans la course non-encore ouverte – mais pourtant dans toutes les têtes – pour les Jeux de 2032.

Outre l’Australie, d’autres nations pourraient en effet être présentes sur la ligne de départ avec des projets régionaux comme en Allemagne autour de la Rhénanie du Nord – Westphalie, ou encore avec les ambitions affichées par l’attelage Corée du Nord / Corée du Sud,  sans oublier également l’Inde, l’Indonésie, et la Russie.

Enfin, même si aucun élément ne permet aujourd’hui de dire si l’Ukraine et la Hongrie seront aussi candidats, l’ambition sportive établie de part et d’autre par les autorités nationales respectives laisse planer le doute.

_________________________

Indépendante, la plateforme d’information « Sport & Société » fonctionne grâce au soutien de ses lecteurs.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.