Milan-Cortina 2026 : Un investissement de 61 M€ pour la piste de bobsleigh

Site emblématique des Jeux d’hiver de Cortina d’Ampezzo 1956, la piste Eugenio Monti sera le théâtre des épreuves de bobsleigh, luge et skeleton durant les Jeux de Milan-Cortina 2026. Les parties au projet doivent encore se mettre d’accord sur la répartition des coûts de réhabilitation de la structure.

Vue de la piste Eugenio Monti en 2007 (Crédits – Flickr)

Au printemps 2021, le Comité d’Organisation des Jeux de 2026 avait – par l’intermédiaire de son Président, Giovanni Malago – fait part de son souhait de conserver la piste historique de bobsleigh dans la cartographie des sites sportifs et ce, alors même que le Comité International Olympique (CIO) avait pu exprimer ses réserves durant la phase de candidature.

Compte-tenu de la fermeture du site actée en 2008 et de l’état de vétusté de celui-ci, la Commission d’évaluation avait en effet soulevé la question de l’opportunité de maintenir un tel équipement parmi les sites des futurs JO 2026.

Ainsi qu’exposé dans le Rapport publié au printemps 2019 :

La Commission craint que le projet ne nécessite des investissements et des travaux importants, dépassant les estimations établies sur la base des chiffres de référence.

La Commission estime que les plans de financement et d’héritage doivent encore être précisés. Il y a la possibilité d’utiliser une piste existante ailleurs en Europe.

In fine, à l’issue de discussions avec l’ensemble des parties au projet olympique et paralympique, Milan-Cortina 2026 conservera bien la piste de Cortina d’Ampezzo, moyennant un programme massif de réhabilitation.

Fin décembre 2021, le Président de la Région de la Vénétie, Luca Zaia, s’est d’ailleurs félicité de cette décision au cours d’une conférence de presse visant à promouvoir la destination des Dolomites pour l’accueil d’événements internationaux après 2026.

Accompagné pour l’occasion du Président de l’International Bobsleigh & Skeleton Federation, Ivo Ferriani, par ailleurs membre du CIO et soutien actif de la candidature et du projet milanais, l’élu régional a notamment affirmé :

Aujourd’hui, nous redonnons vie à un excellent site qui deviendra l’icône des Jeux de Milan-Cortina 2026.

70 ans après les premiers Jeux Olympiques de Cortina, la reine des Dolomites reviendra briller sous le signe de la durabilité et de l’héritage, offrant aux jeunes générations des Jeux essentiels, mais projetés vers l’avenir.

Avec ces Jeux, l’avenir et le développement des montagnes vénitiennes se décideront et Cortina sera alors au centre de cette renaissance avec les disciplines du bobsleigh et de la luge qui font partie de son histoire sportive et donc de son identité.

L’emblème « Futura » dans sa version olympique et dans sa déclinaison paralympique (Crédits – Milano-Cortina 2026)

Pour assurer la mise à niveau du site, un investissement de 61 millions d’euros devrait être nécessaire. Cet investissement englobera la démolition de l’équipement existant et la reconstruction d’une installation moderne adaptée aux compétitions de haut niveau.

Sur cette enveloppe, l’État italien s’est d’ores et déjà engagé sur une participation à hauteur de 42 millions d’euros. Pour le reste de la facture, la Région de la Vénétie, la Province de Belluno et la Ville de Cortina d’Ampezzo devront elles-aussi mettre la main au portefeuille dans des proportions non-encore déterminées.

Ces prévisions budgétaires sont à ce stade au-dessus des estimations établies dans le dossier de candidature.

A l’époque, il avait en effet été fait mention d’un chantier de l’ordre de 53,242 millions de dollars (47,01 millions d’euros), avec dans le détail, 47,712 millions de dollars de travaux pérennes à la seule charge des pouvoirs publics (42,13 millions d’euros), et une participation du Comité d’Organisation pour 5,53 millions de dollars au titre des aménagements spécifiques aux Jeux (4,88 millions d’euros).

Toujours au moment de la candidature, Milan-Cortina 2026 avait promis un site pouvant accueillir jusqu’à 9 000 spectateurs par session, avec une jauge assise fixée à 1 000 personnes. Le site pourrait finalement voir sa capacité réduite à 5 500 places lors des Jeux.

Concernant l’héritage de l’événement, la candidature s’était engagée à faire de l’équipement de 1,28 km, un centre d’excellence pour la pratique du bobsleigh, de la luge et du skeleton en Italie, avec aussi l’objectif d’y recevoir des compétitions européennes et internationales. Le Comité d’Organisation reprend aujourd’hui ce double engagement à son compte.

Quoiqu’il en soit, et en dépit de l’inflation des coûts du chantier, l’ouverture de la nouvelle piste devrait intervenir pour la fin de l’année 2024 et ce, afin de permettre par la suite, la tenue d’épreuves-tests en amont du déroulement des Jeux d’hiver de 2026.

Laisser un commentaire