JO 2030 : L’USOC entérine son choix ; Denver et Salt Lake City dans l’attente

Ce vendredi 14 décembre, le Comité Olympique des États-Unis (USOC) pourrait officiellement acté de faire son retour dans l’arène olympique, un an et quelques mois seulement après avoir obtenu l’organisation des Jeux d’été de 2028 avec la ville de Los Angeles (Californie).

De fait, le Conseil d’administration de l’USOC se réunira dans les prochaines heures à San Francisco pour entériner le choix d’une candidature pour les Jeux d’hiver de 2030 et, si tel devait être le cas, le choix d’une ville pour porter les couleurs américaines dans la course internationale.

Bien que le processus ne soit pas encore ouvert par le Comité International Olympique (CIO), la désignation officielle d’une ville par un Comité National (CNO) serait de bon augure pour l’institution et ce, après les rebondissements successifs des procédures de candidature de 2022, 2024 et 2026.

Pour l’USOC, deux options sont aujourd’hui sur la table.

(Crédits – USOC)

Première option, la candidature de Denver (Colorado), défendue par le Gouverneur de l’État, John Hickenlooper, et par le Maire de la ville, Michael Hancock. Le mois dernier, ces deux personnalités, par ailleurs membres du Comité exploratoire pour une candidature de Denver 2030, avaient accueilli une délégation de l’USOC venue inspecter les installations et les plans proposés par les autorités locales pour la tenue éventuelle des Jeux d’hiver.

Souhaitant repenser le modèle des Jeux, les partisans de Denver 2030 se sont appuyés ces derniers mois sur le Rapport du Comité exploratoire.

Au travers de ce document, il est notamment fait mention de la faisabilité d’organiser l’événement avec un coût d’organisation d’au moins 1,861 milliard de dollars (1,645 milliard d’euros). Les partisans au projet compte sur la contribution du CIO et sur diverses sources de revenus pour atteindre les objectifs fixés et limiter au maximum les dépenses. Ainsi, à titre d’exemples, le programme de sponsoring de Denver pourrait rapporter jusqu’à 566 millions de dollars (500,6 millions d’euros) selon les estimations du Rapport, tandis que la billetterie des Jeux pourrait générer une manne financière de 504 millions de dollars (445,7 millions d’euros).

L’option formulée par la cité du Colorado pourrait néanmoins être fragilisée par l’expérience passée vécue par les autorités olympiques au début des années 1970. Sélectionnée par le CIO en qualité de Ville Hôte des Jeux d’hiver de 1976, Denver avait finalement renoncé à accueillir l’événement et ce, après la tenue d’un référendum local en novembre 1972, deux ans après la décision de l’instance olympique.

Cette défection soudaine avait par la suite conduit le CIO à procéder à un autre choix. La ville d’Innsbruck (Autriche) avait alors répondu présente.

Dans le hall de l’Hôtel de Ville de Salt Lake City, un pupitre a été installé vendredi 14 décembre 2018 dans l’attente de la décision de l’USOC quant à une possible candidature aux Jeux d’hiver (Crédits – John Franchi / Twitter)

En lieu et place de Denver, l’USOC pourrait donc choisir d’accorder sa confiance à une autre ville.

La deuxième option en présence se retrouve d’ailleurs dans une cité expérimentée dans la tenue de manifestations sportives et dans l’organisation des Jeux d’hiver. Dernière ville des États-Unis à avoir organisé l’événement mondial, Salt Lake City (Utah) veut aujourd’hui renouer avec les anneaux olympiques, en portant les couleurs américaines et en tentant autant que possible, d’effacer le souvenir entaché de doutes et de corruption des Jeux de 2002.

Pour cela, la ville compte bien évidemment sur ses infrastructures héritées des Jeux, comme l’Anneau de Vitesse, et sur des équipements dont la rénovation est d’ores et déjà programmée, à l’image du Rice-Eccles Stadium.

Le projet de Salt Lake City peut aussi s’appuyer sur un solide soutien populaire et sur l’engagement des autorités locales et de l’ancien Président du Comité d’Organisation des JO 2002, aujourd’hui Sénateur de l’Utah au Congrès des États-Unis, Mitt Romney.

Mais surtout, une potentielle candidature de la ville permettrait à l’USOC d’avancer avec fiabilité et sécurité sur le chemin de la course olympique, Salt Lake City ayant démontré son intérêt pour l’échéance hivernale depuis maintenant plus de six ans, avec un projet estimé à l’heure actuelle à 1,29 milliard de dollars (1,14 milliard d’euros).

En outre, l’expérience passée de la ville peut assurer l’USOC de dégager un excédent budgétaire en cas de désignation de Salt Lake City. En 2002, la tenue des Jeux avait ainsi permis de dépasser le seuil de 50 millions de dollars d’excédent, un chiffre inférieur à celui constaté à Los Angeles aux Jeux d’été de 1984, mais bien supérieur à celui d’Atlanta lors des Jeux d’été de 1996.

Cérémonie d’ouverture des Jeux de Salt Lake City, le 08 février 2002 (Crédits – CIO)

Quoiqu’il en soit, le choix de l’USOC devrait à n’en pas douter maintenir le curseur américain à un haut niveau sur l’échelle olympique.

Après avoir véritablement sauvé les Jeux en 1984 et après avoir accepté de candidater pour 2028 – et d’éviter en ce sens au CIO de se retrouver dans une potentielle impasse – les États-Unis pourraient à nouveau apparaître comme un solide pilier du Mouvement Olympique.

En ce sens, l’absence d’échéance précise dans la communication de l’USOC peut préter à interprétation.

De fait, si l’on se penche sur l’ordre du jour de la réunion du Conseil d’administration de ce vendredi 14 décembre, il n’est nullement fait mention de 2030 comme échéance à une candidature américaine. Le document expose simplement la mention le terme « Winter Bid Process », autrement dit, Procédure de candidature aux Jeux d’hiver.

Ce détail laisse en conséquence la porte ouverture à une possible incursion de l’USOC sur le terrain des JO 2026. Même si deux candidates s’affrontent actuellement – Milan / Cortina (Italie) face à Stockholm (Suède) – les fragilités des dossiers en lice pourraient conduire à un changement de plan de la part du CIO.

L’option américaine serait dès lors une issue de secours acceptable.

_________________________

Indépendante, la plateforme d’information « Sport & Société » fonctionne grâce au soutien de ses lecteurs.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.