JO 2024 : Vers une candidature « low-cost » de Rome

Interrogé par le quotidien « Il Messaggero », le Président du Comité Olympique Italien (CONI), Giovanni Malago, a évoqué la possible candidature olympique pour les Jeux d’été de 2024.

« Maintenant, je peux dire que dans Rome il y a beaucoup d’enthousiasme et d’optimisme.

Mais pour commencer l’opération, nous devons attendre d’être prêts ».

Conscient des tensions territoriales entre les deux rivales historiques, Milan et Rome, le Président du CONI a consacré une partie de son temps à l’organisation de réunions de concertation entre les élus des deux villes.

D’ailleurs, Giovanni Malago a estimé qu’il aurait « retiré l’idée d’une candidature s’il y avait eu des problèmes.

Le travail a été excellent avec Milan et la Lombardie ».

Ce propos laisse de fait sous-entendre que la candidature olympique de l’Italie sera finalement portée par la capitale.

Enrico Letta - Giovanni Malago

Mais selon le Président du CONI, « il est prématuré [de dire aujourd’hui que Rome dispose des infrastructures adéquates].

Il faut avoir le courage de penser un modèle différent et novateur. Nous ne pouvons pas rivaliser avec le gigantisme de Pékin.

Nous devrons lancer un modèle low-cost. Et si notre électorat le comprend, nous aurons de bonnes chances » de remporter l’organisation des JO.

Cette volonté de promouvoir un projet modeste avait récemment été évoquée par Madrid dans la course aux Jeux Olympiques d’été 2020. La capitale espagnole, candidate pour la troisième fois consécutive, mais victime de la crise économique, avait en effet érigé le « low-cost » en véritable modèle olympique pour les années à venir.

Le Comité International Olympique (CIO) avait néanmoins préféré la sécurité financière et technique de Tokyo (Japon) et ce, malgré l’existence de 80% des installations nécessaires aux Jeux.

La capitale italienne dispose déjà d’un Parc Olympique – le Foro Italico – hérité des Jeux de 1960, ce qui pourrait permettre une réduction importante des coûts d’organisation de l’événement.

Un Village Olympique devrait néanmoins être aménagé et le système des transports aurait besoin d’un profond lifting afin de répondre aux exigences olympiques et surtout, aux flux de voyageurs engendrés par les Jeux.

Illustration : Crédits – Paolo Bruno / Getty Images Europe
– Le Président du Conseil italien, Enrico Letta et le Président du CONI, Giovanni Malago lors d’une réunion le 12 novembre 2013

10 pensées

  1. Je pense qu’il est normal que ce soit la capitale qui soit choisie dans ce cas. Mais je pense aussi qu’ils devraient répartir les épreuves dans tout le pays, comme ça, toutes les villes participeront. Néanmoins, cela risque de fatiguer les athlètes. Mais je pense que c’est dans ces cas que l’on vérifie l’endurence de ces derniers. Beaucoup de travail est encore à faire si j’en crois l’article, ce qui conforte ma position, on devrait répartir les épreuves. Les autres villes ont déjà des infrastructures très bien.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.