Les stades du Super Bowl (1967-2017)

Alors que le 47e Super Bowl s’est déroulé en 2013 à la Nouvelle-Orléans (Louisiane) et, plus précisément au Mercedes-Benz Superdome, une revue historique des stades hôte de l’événement s’impose.

Depuis le 15 janvier 1967, date du premier Super Bowl, pas moins de vingt-deux stades ou arenas ont accueilli l’événement. Certains n’ont eu l’honneur d’héberger les meilleures équipes du championnat de football américain qu’une seule fois, d’autres, deux fois, trois fois, cinq fois, voire même sept fois, dans le cas du Superdome de la Nouvelle-Orléans.

Los Angeles Memorial Coliseum
Le Los Angeles Memorial Coliseum lors du 25e anniversaire des Jeux Olympiques de 1984 (Crédits – Page officielle Facebook)

En 1967, le Los Angeles Memorial Coliseum inaugure la première finale. Elle opposa les Packers Green Bay (NFC) aux Chiefs Kansas City (AFL).

Inaugurée en 1923, cette enceinte a accueilli quelques uns des plus grands événements sportifs au monde. En effet, outre deux finales du Super Bowl (1967 et 1973), le Memorial Coliseum fut le Stade Olympique des Jeux de 1932 et 1984. Sa capacité varia au fil des décennies (76 000 à plus de 100 000 lors des JO 1932) pour finalement être ramenée à 93 600 places.

Miami Orange Bowl
Le Miami Orange Bowl (Crédits – OrlandoWelcomeCenter)

Le deuxième stade a avoir organisé le Super Bowl, n’existe plus aujourd’hui. Démoli en 2008, le Miami Orange Bowl avait une capacité d’accueil comprise entre 72 000 et 80 000 spectateurs et avait hébergé pas moins de cinq finales du championnat de football US.

Outre des compétitions sportives, le Miami Orange Bowl a pu accueillir quelques grands noms de la musique pop américain, parmi lesquels Michael Jackson ou encore Madonna.

Tulane Stadium
L’ancien Tulane Stadium (Crédits – Site officiel)

Troisième stade, le Tulane Stadium de la Nouvelle-Orléans fut l’hôte de trois Super Bowl durant la décennie 1970. Démoli en 1980 – compte tenu de la construction du Superdome dans la même ville – le stade avait connu plusieurs aménagements au cours des années pour voir sa capacité varier entre 35 000 (dans les années 1930) à 80 000 (jusque dans les années 1970).

Rice Stadium
Le Rice Stadium lors du Super Bowl 1974 (Crédits – Site officiel)

Le Rice Stadium de Houston (Texas) est un stade conçu dans les années 1950.

D’une capacité moyenne de 47 000 places, l’enceinte a accueilli le Super Bowl 1974 mais aussi, dans le domaine politique, le discours du Président Kennedy, sur la politique spatiale des États-Unis, en 1962.

Rose Bowl Stadium
Le Rose Bowl Stadium en cours de rénovation (Crédits – Page officielle Facebook)

Situé dans la banlieue de Los Angeles, à Pasadena, le Rose Bowl Stadium est une enceinte sportive de 92 500 places, aménagé dans les années 1920.

Cinq Super Bowl s’y sont déroulés (1977, 1980, 1983, 1987, 1993) ainsi que la finale de football lors des Jeux Olympiques 1984, mais aussi la finale de la Coupe du Monde de Football 1994. La finale de la Coupe du Monde féminine s’y déroula également, en 1999.

Le Rose Bowl Stadium connaît actuellement d’importantes rénovations, visant à moderniser l’enceinte (réaménagement de la tribune de presse ci-dessus en illustration…) et à permettre une meilleure accessibilité de celle-ci. Le coût des travaux, qui doivent s’achever d’ici la fin de l’année, est estimé à 164,5 millions de dollars, soit 120,5 millions d’euros.

Silverdome
Le Silverdome de Pontiac (Crédits – Page officielle Facebook)

Le Silverdome de Pontiac (Michigan) est une infrastructure multifonctionnelle, couverte, de 80 300 places. Sa toiture particulière en fait un stade unique en son genre. Néanmoins, après un effondrement partiel de la toiture en 1985 – suite à de fortes chutes de neige – l’enceinte a été rénovée et réaménagée, de même qu’entre 2006 et 2010. Une nouvelle rénovation est actuellement en cours et doit permettre l’installation de panneaux solaires, afin de répondre aux besoins énergétiques de l’infrastructure.

Jusqu’en 1997, il était le plus grand stade, en terme de capacité, de la Ligue Nationale de Football (NFL), organisatrice des matchs de football américain et du Super Bowl.

Tampa Stadium
Le Tampa Stadium (Crédits – StadiumsOfProFootball)

Le Tampa Stadium (Floride) est l’un des trois stades ayant organisé le Super Bowl, à ne plus exister aujourd’hui.

Construit entre 1966 et 1967, le stadium avait une capacité de 74 000 places jusqu’à sa démolition à l’aube des années 2000. Deux Super Bowl y ont été organisés : 1984 et 1991.

Stanford Stadium
Le Stanford Stadium (Crédits – Site officiel)

Hôte de matchs des Jeux Olympiques 1994 et des Coupes du Monde de Football 1994 (hommes) et 1999 (femmes), le Stanford Stadium se situe en Californie.

Propriété de l’Université de Stanford depuis sa construction dans les années 1920, il a aujourd’hui une capacité de 50 000 places.

Qualcomm Stadium
Le Qualcomm Stadium (Crédits – Page officielle Facebook des San Diego Chargers)

Le Qualcomm Stadium est une autre enceinte implantée en Californie. Situé à San Diego, le stade a organisé trois Super Bowl : 1988, 1998 et 2003.

D’une capacité de 70 500 places, le Qualcomm Stadium accueille aussi bien des compétitions sportives que des concerts (Rolling Stones 1981, The Who 1989…).

Tout comme le Silverdome de Pontiac, le Metrodome de Minneapolis (Minnesota) dispose d’une toiture en téflon, mais a une capacité d’accueil moindre. En effet, le Metrodome possède environ 15 000 places de moins que l’enceinte de Pontiac.

Fin 2010, l’importante quantité de neige présente sur la toiture, provoque l’effondrement de cette dernière.

Aménagée au début des années 1980, l’arena doit aujourd’hui faire face à la concurrence du TCF Bank Stadium, également implanté à Minneapolis et construit au milieu de la décennie 2000.

Georgia Dome
Le Georgia Dome d’Atlanta (Crédits – Page officielle Facebook)

Prouesse architecturale, le Georgia Dome demeure, plus de vingt ans après sa construction, le plus grand stade avec toit soutenu par câble. Jusqu’en 2000, il fut également la plus grande structure à dôme de la planète, remplacé depuis par l’O2 Arena de Londres.

D’une capacité de 40 000 à 75 000 places selon les configurations, l’enceinte a accueilli deux Super Bowl dans son histoire (1994 et 2000).

Le dôme, situé à proximité du Centennial Olympic Park a également hébergé les épreuves de gymnastique, de handball et de basket-ball lors des Jeux d’été d’Atlanta 1996.

Sun Devil Stadium
Le Sun Devil Stadium (Crédits – Page officielle Facebook)

Propriété de l’Université de l’État de l’Arizona, le Sun Devil Stadium offre une capacité d’accueil de 73 400 places.

Hôte du Super Bowl 1996, l’enceinte a également – malgré son nom équivoque – organisé la venue et la célébration d’une messe par le Pape Jean-Paul II en 1987.

Raymond James Stadium
Le Raymond James Stadium (Crédits – Page officielle Facebook)

A deux reprises (2001 et 2009), le Raymond James Stadium a organisé la finale du championnat de football américain.

Construit à la fin de la décennie 1990 à Tampa (Floride), il offre une capacité comprise entre 65 et 75 000 sièges.

Reliant Stadium
Le Reliant Stadium (Crédits – Page officielle Facebook)

Le Reliant Stadium est également un stade relativement récent, puisqu’il a été inauguré en 2002. Il devient dès lors le premier stade à toit rétractable utilisé par le National Football League (NFL).

Aménagé à Houston (Texas) pour un coût de 350 millions de dollars (256,4 millions d’euros), il possède jusqu’à 72 000 places et a hébergé le Super Bowl 2004.

EverBank Field
Le EverBank Stadium (Crédits – Site officiel des Jaguars de Jacksonville)

L’ALLTEL Stadium, aujourd’hui connu sous le nom de EverBank Field, est un stade situé à Jacksonville (Floride).

Construit au milieu des années 1990, il offre une capacité allant de 67 000 à 82 000 places. En 1995, le stade a organisé le 39e Super Bowl.

Ford Field
Le Ford Field de Détroit (Crédits – Site officiel)

Hôte d’une seule édition du Super Bowl, le Ford Field est un stade couvert de Détroit (Michigan).

Aménagé au début des années 2000 pour un coût de 430 millions de dollars, soit 315 millions d’euros, l’enceinte possède entre 65 et 78 000 places selon les compétitions qui y sont disputées.

Sun Life Stadium
Le Sun Life Stadium (Crédits – Page officielle Facebook)

Le Sun Life Stadium – à ne pas confondre avec le Sun Devil Stadium d’Arizona – est un stade situé à Miami (Floride).

Offrant une capacité de 75 000 places, la structure a organisé pas moins de cinq Super Bowl au cours des dernières années : 1989, 1995, 1999, 2007 et 2010.

Avant sa dénomination actuelle, le stade a porté les noms successifs de Joe Robbie Stadium, Pro Player Stadium ou encore de Dolphin Stadium.

Cowboys Stadium
Le Cowboys Stadium de Dallas (Crédits – Site officiel)

Ouvert en 2009, le Cowboys Stadium fut l’hôte du Super Bowl 2011.

Vous pouvez d’ailleurs retrouver une description détaillée de cette structure dont le coût a dépassé le milliard de dollars (732,5 millions d’euros), dans l’article que j’avais dédié au 45e Super Bowl, il y a maintenant deux ans.

Lucas Oil Stadium
Le Lucas Oil Stadium (Crédits – Page officielle Facebook)

Tout comme le Cowboys Stadium, le Lucas Oil Stadium d’Indianapolis a accueilli, malgré son existence récente, une finale du championnat de football américain.

Le 05 Février 2012, l’enceinte a ainsi organisé la rencontre ayant opposé les Patriots de la Nouvelle-Angleterre aux Giants de New York. En plus des 68 600 spectateurs présents, l’événement a été suivi par plus de 111,3 millions d’Américains, en faisant l’audience la plus élevée de l’histoire de la télévision aux États-Unis.

Le 02 Février 2014, le MetLife Stadium du New Jersey, a organisé le 48e Super Bowl.

Construit entre 2008 et 2010 pour un coût de 1,6 milliard de dollars (1,2 milliard d’euros), il est l’un des stades les plus récents de la National Football League et offre une capacité de 82 500 places.

University of Phoenix Stadium
L’University of Phoenix Stadium (Crédits – Page officielle Twitter)

Érigé entre 2002 et 2006, l’University of Phoenix Stadium est l’un des stades américains les plus modernes, tant du point de vue architectural que technologique.

Hôte du Super Bowl 2008, le stade situé à Glendale (banlieue de Phoenix dans l’Arizona), accueillera également la compétition en 2015.

Disposant de 63 000 à 72 000 places, l’enceinte possède un toit mais aussi une pelouse rétractables et d’un parking de 14 000 places.

(Crédits - Levi's Stadium)
(Crédits – Levi’s Stadium)

Inauguré en 2014, le « Levi’s Stadium » de Santa Clara (Californie) dispose d’une capacité comprise entre 68 500 et 75 000 places.

Ultra-moderne, ce stade dont le coût de construction a atteint la bagatelle de 1,2 milliard de dollars (1,07 milliard d’euros), est un modèle en matière de développement durable et de technologie. Rien de plus logique dans une région américaine à la pointe des dernières évolutions dans ces deux domaines.

Vue extérieure du NRG Stadium (Crédits - NRG Park)
Vue extérieure du NRG Stadium (Crédits – NRG Park)

Déjà hôte de la compétition en 2004, le NRG Stadium – autrefois Reliant Stadium – est une enceinte de 72 220 places aménagée en 2002 afin de permettre l’organisation d’événements majeurs en complément des équipements limitrophes.

Le stade est en effet implanté au cœur d’un vaste parc comprenant 26 000 places de parking et trois autres installations majeures : le NRG Center, la NRG Arena et le NRG Astrodome.

Il accueillera le 51ème Super Bowl, le 05 février 2017.

Présentation détaillée du stade à retrouver ici.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s