JO 2030 : Le Maire élu de Vancouver soutient la candidature

Engagée dans la course aux Jeux d’hiver de 2030, la candidature de Vancouver (Colombie-Britannique, Canada) peut compter sur le soutien de la nouvelle équipe municipale élue à la suite des élections du 15 octobre dernier. Un appui précieux alors que le Comité International Olympique (CIO) prépare l’étape d’après de son processus décisionnel.

Portrait de Ken Sim, Maire élu de Vancouver, Canada (Crédits – Ken Sim / Page officielle Facebook)

Vainqueur des élections municipales organisées à la mi-octobre, Ken Sim s’apprête désormais à endosser officiellement les fonctions de Maire de la Ville de Vancouver dès le 07 novembre, prenant ainsi la suite de Kennedy Stewart qui occupait le poste depuis 2018.

Aussi, l’un des chantiers majeurs sur lequel devra travailler le Maire élu à l’issue de son intronisation n’est autre que celui de la candidature olympique et paralympique de Vancouver pour l’accueil des Jeux d’hiver de 2030, une édition programmée vingt ans après les Jeux de 2010 alors organisées par la ville et sa région.

Si un changement de majorité municipale aurait pu faire trembler les partisans du projet, en portant un coup de frein aux efforts déployés jusqu’à présent – notamment au niveau de l’étude de faisabilité conduite par le personnel de la Ville cette année, et bien sûr en ce qui concerne la présentation du concept en juin dernier – Ken Sim a rapidement rassuré l’ensemble des parties prenantes sur ses intentions.

De fait, au détour d’une interview récemment accordée au « Daily Hive Urbanized », le Maire élu a affirmé avec conviction :

Nous soutenons la candidature pour 2030, absolument.

S’il y a un passif non financé, cela pourrait être une problématique importante qui conduirait à repenser ce soutien. Mais tel que le projet est présenté aujourd’hui, ce n’est pas le cas, donc cela fait de la candidature une option sans prise de tête.

Nous [avons organisé les Jeux] dans le passé, nous avons beaucoup d’infrastructures, c’est quelque chose de formidable pour les entreprises locales, cela crée de l’enthousiasme et cela crée beaucoup d’emplois.

Nous pouvons obtenir des fonds fédéraux pour construire des logements plus rapidement. C’est vraiment un projet gagnant sur plusieurs fronts.

Vue de la vasque olympique des Jeux de Vancouver 2010 (Crédits – Noel Reynolds / Flickr)

Les prochaines semaines devraient dès lors permettre à la Ville de Vancouver – sauf brusque revirement – de s’engager pleinement derrière une candidature incarnée par les quatre Premières Nations et qui doit encore obtenir l’aval de la Province de Colombie-Britannique et l’appui tout aussi indispensable de l’État Fédéral canadien.

Pour la candidature, qui travaille étroitement avec les équipes du Comité Olympique du Canada (COC), la fin de l’année 2022 pourrait être cruciale, le CIO étend susceptible de choisir un candidat privilégié pour embarquer dans la phase de dialogue ciblé, phase succédant au dialogue continu mené actuellement avec Sapporo (Japon), Salt Lake City (Utah, États-Unis) et Vancouver.

Le report de la 140ème Session – initialement envisagée au printemps prochain à Bombay (Inde) – pourrait néanmoins offrir une marge de manœuvre plus conséquente pour les prétendantes aux JO 2030 afin de s’affirmer et de convaincre la Commission de Futur Hôte qui soumettra une proposition à la Commission Exécutive du CIO.

En effet, l’instance olympique pourrait se laisser plus de temps avant d’annoncer sa préférence, avec une possible sélection au cours du premier trimestre 2023, avant une consécration maintenue dans le cadre de la 140ème Session désormais programmée pour l’automne 2023.

Laisser un commentaire