JO 2024 : Le Parc Olympique de Budapest se dévoile

Par petites touches, la candidature de Budapest (Hongrie) dévoile les visuels de ce que pourrait être l’organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques d’été en 2024.

Ainsi, après avoir publié les visuels de la Place des Héros ou encore du parvis du Parlement de Hongrie, Budapest 2024 a présenté ce matin les premiers éléments relatifs au Stade Olympique.

budapest-2024-stade-olympique-1

Visuel du Stade Olympique (Crédits – Budapest 2024 / Brick Visual)

Ce dernier – à ne pas confondre avec le Puskas Stadion en cours de rénovation – disposera d’une capacité de 60 000 places et pourra accueillir les Cérémonies d’ouverture et de clôture ainsi que les compétitions d’athlétisme.

Comme le précise le dossier de candidature de la capitale hongroise, la construction de l’enceinte sportive est envisagée entre 2020 et 2023 pour un investissement de 269,270 millions de dollars (253,8 millions d’euros).

La participation des autorités nationales ne sera pas négligeable – comme d’ailleurs pour l’ensemble du projet – puisque le Gouvernement prévoit d’investir 245,409 millions de dollars (231,3 millions d’euros) pour bâtir la future installation.

budapest-2024-stade-olympique-2

Visuel du Stade Olympique avec les tribunes de 60 000 places et la piste d’athlétisme (Crédits – Budapest 2024 / Brick Visual)

En plus de sa capacité à organiser des événements majeurs, le futur stade offrira – grâce à son implantation en bordure du Danube – un cadre majestueux aux spectateurs, mais aussi aux athlètes.

En effet, le Village Olympique sera implanté à proximité immédiate du Stade Olympique, de même que le Village des Médias.

Des compétitions auront également lieu sur place, au cœur du Noyau du Parc Olympique, l’un des trois pôles de la Zone du Danube.

Le BMX trouvera ainsi place au sein d’un stade (5 000 sièges) prévu pour un coût de 6,802 millions de dollars (6,41 millions d’euros). Le complexe de canoë-kayak (slalom) – qui doit être aménagé pour 27,346 millions de dollars (25,78 millions d’euros) – offrira pour sa part 8 000 places, tandis que le site temporaire du triathlon permettra d’accueillir 2 500 spectateurs. Les équipements temporaires devraient nécessiter une enveloppe de 5,630 millions de dollars (5,31 millions d’euros).

L’haltérophilie de son côté, siègera au Centre des Congrès de Budapest (4 500 places). Un vaste programme de rénovation sera engagé à hauteur de 135,368 millions de dollars (127,58 millions d’euros).

Le handball sera hébergé au sein de la Budapest Olympic Arena (10 000 places) dont les aménagements prévus d’ici 2021 devraient avoisiner un coût de 55,351 millions de dollars (52,16 millions d’euros).

Enfin, le tennis prendrait place dans un complexe dédié dont les travaux devraient mobiliser 62,349 millions de dollars (58,76 millions d’euros). Les matchs se dérouleraient dans des enceintes de 10 000 places, 5 000 places et 3 000 places, ainsi que dans sept terrains adjacents d’une capacité de 250 places.

budapest-2024-parc-olympique-nocturne

Visuel du Parc Olympique, avec au premier plan, le Village des Athlètes (Crédits – Budapest 2024 / Brick Visual)

Outre les visuels du Parc Olympique et du Stade des Cérémonies, Budapest 2024 a aussi présenté deux visuels du Centre Aquatique actuellement en construction dans l’optique des Championnats du Monde de natation 2017.

Le Centre – implanté dans le Noyau de l’Île d’Obuda dans la Zone du Danube – disposera d’une capacité de 15 000 places au moment des Jeux.

budapest-2024-centre-aquatique-2

Visuel du Centre des Sports Aquatiques (Crédits – Budapest 2024 / Brick Visual)

Advertisements

JO 2024 : Budapest dévoile de nouveaux visuels et se prépare à l’accueil de grands événements

La candidature de Budapest (Hongrie) renforce sa communication.

Quelques jours après avoir présenté le second volet de son dossier technique, Budapest 2024 a en effet dévoilé de nouveaux visuels afin d’illustrer ce que pourrait être l’événement olympique et paralympique sur les rives du Danube.

La capitale hongroise entend ainsi pleinement démontrer sa capacité à accueillir les Jeux dans le cadre d’un plan compact – 26 sites et 24 sports dans un rayon de 7 kilomètres – avec des installations de qualité et l’utilisation maximale des monuments qui font la renommée de Budapest à travers le monde.

(Crédits - Budapest 2024 / Brick Visual)

(Crédits – Budapest 2024 / Brick Visual)

De fait, le tir-à-l’arc aurait pour cadre le parvis du Parlement, offrant aux compétiteurs et aux spectateurs un cadre des plus prestigieux.

(Crédits - Budapest 2024 / Brick Visual)

(Crédits – Budapest 2024 / Brick Visual)

Une partie du tournoi de water-polo prendrait place pour sa part au sein des installations aquatique Hajós Alfréd sur l’île Marguerite, avant de gagner les infrastructures du futur Centre Aquatique de Budapest (19 000 places).

(Crédits - Budapest 2024 / Brick Visual)

(Crédits – Budapest 2024 / Brick Visual)

Si le cyclisme sur route est programmé pour faire le tour de la cité historique, le VTT est quant à lui prévu sur les hauteurs de la ville avec une vue panoramique sur Budapest et son fleuve.

(Crédits - Budapest 2024 / Brick Visual)

(Crédits – Budapest 2024 / Brick Visual)

Autour du Stade Puskás Ferenc – proposé comme Stade Olympique – le basketball se déroulerait dans l’enceinte de la Papp László Aréna (12 500 places).

La Place des Héros serait le cadre du Marathon et des matchs de beachvolley (Crédits - Budapest 2024 / )

La Place des Héros serait le cadre du Marathon et des matchs de beachvolley (Crédits – Budapest 2024 / Brick Visual)

La présentation de ces quelques visuels n’est pas l’unique élément d’actualité concernant la candidature de Budapest.

En effet, la capitale hongroise peaufine également l’accueil des représentants des Fédérations Sportives Internationales.

Pour l’heure, des représentants du taekwondo, de la boxe, du judo, du tir, de l’haltérophilie, de l’escrime et du hockey ont déjà visité Budapest.

Dans les prochains mois, d’autres représentants devraient se rendre en Hongrie pour inspecter les sites proposés par la candidature et échanger avec les porteurs du projet olympique et paralympique.

Pour aider les Fédérations Internationales et le grand public à s’imprégner de l’esprit des Jeux made in Budapest, une salle de présentation a été installée dans le secteur de la Citadella où trône notamment la Statue de la Liberté, symbole de la candidature.

Des casques de réalité virtuelle – similaires à ceux déployés sur le stand de la candidature lors des Jeux de Rio 2016 ou plus récemment sur la barge promotionnelle installée sur le Danube – permettent également de découvrir le concept des JO 2024.

Avec ces équipements, Budapest 2024 veut convaincre de la pertinence de son projet basé à la fois sur l’héritage de la ville au travers de l’architecture et des monuments emblématiques, et sur une exceptionnelle compacité des sites.

« Nous remercions toutes les Fédérations Internationales pour leur visite. Il y a d’ores et déjà eu quelques sessions extrêmement intéressantes et d’autres sont à venir.

Ce processus de coopération a commencé il y a plus d’un an et sans elle, nous n’aurions pas pu établir le Masterplan remarquable dont nous sommes tous très fiers aujourd’hui.

Le programme des observateurs de Rio 2016 nous a beaucoup apporté également, en nous plongeant au cœur de l’expérience des Jeux » a indiqué Attila Mizsér, Directeur des Sports et des Sites de Budapest 2024.

Pour compléter son projet et afin de donner une dimension nouvelle à l’ambition olympique et paralympique, Budapest et la Hongrie en générale vont pouvoir compter sur l’organisation de pas moins de 15 grands événements sportifs au cours de l’année à venir, dont les Championnats du Monde de natation à l’été 2017.

D’ici au 13 septembre 2017, jour de l’élection de la Ville Hôte des JO 2024, plusieurs rendez-vous sont en effet programmés dans des sports olympiques (canoë-kayak, escrime, gymnastique rythmique, judo, pentathlon moderne, tennis de table, triathlon et voile) mais aussi paralympiques.

Budapest, qui sera Capitale Européenne du Sport en 2019, sera par ailleurs hôte du Festival Européen de la Jeunesse Olympique (EYOF). Cet événement réunira quelques 2 500 jeunes en provenance de 50 pays.

JO 2024 : Budapest désignée Capitale Européenne du Sport 2019

Relativement discrète dans sa communication, la candidature olympique et paralympique de Budapest (Hongrie) cherche toutefois à tirer son épingle du jeu, face à quatre candidates redoutables.

Ainsi, après avoir lancé plusieurs chantiers sportifs d’envergure et après l’obtention des Championnats du Monde de natation 2017, la capitale hongroise a été désignée Capitale Européenne du Sport pour l’année 2019.

Alexandra Szalay-Bobrovniczky, Adjointe au Maire de Budapest et Gian Francesco Lupattelli, Président de l'Association des Capitales Européennes du Sport (Crédits - MTI / Kallos Bea)

Alexandra Szalay-Bobrovniczky, Adjointe au Maire de Budapest et Gian Francesco Lupattelli, Président de l’Association des Capitales Européennes du Sport (Crédits – MTI / Kallos Bea)

Une désignation qui tombe à point nommé et qui pourrait permettre à Budapest de s’affirmer davantage sur la scène sportive continentale et plus encore, mondiale.

« La préparation de cette échéance va contribuer à attirer les regards sur la candidature de Budapest 2024 et permettre un accroissement de l’attractivité de la ville » a souligné l’Adjointe au Maire de Budapest, Alexandra Szalay-Bobrovniczky.

JO 2024 : Budapest veut marquer des points grâce aux préparatifs des Mondiaux de natation 2017

La capitale de la Hongrie est sans nul doute le « petit poucet » dans la course à l’organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques d’été de 2024.

Néanmoins, malgré son manque d’expérience et la forte concurrence internationale, Budapest peut compter sur une volonté politique particulièrement marquée dans le domaine sportif.

Pour exemple et dans le cadre des aménagements prévus au cours des prochaines années – pour plus de 2 milliards d’euros -, Budapest va se doter d’un nouveau Centre Aquatique (5 000 à 19 000 sièges).

Visuel du futur Centre Aquatique de Budapest (Crédits - Fédération Hongroise de Natation)

Visuel du futur Centre Aquatique de Budapest (Crédits – Fédération Hongroise de Natation)

Cet équipement d’envergure internationale permettra à la Hongrie d’accueillir les Championnats du Monde de natation en 2017 (15 au 30 juillet). Initialement, la capitale hongroise devait organiser l’événement en 2021, mais le retrait de Guadalajara (Mexique) a conduit la Fédération Internationale (FINA) à repenser sa stratégie et à designer Budapest comme solution de repli.

En construction depuis le mois de mai sur les rives du Danube, le futur complexe a reçu la visite, les 20 et 21 octobre, d’une délégation officielle de la FINA conduite par le Directeur exécutif de l’institution, Cornel Marculescu.

Cornel Marculescu et ** (Crédits - FINA)

Cornel Marculescu et Balazs Furjes (Crédits – FINA)

Ce dernier a d’ailleurs tenu à saluer l’état d’avancement des travaux ainsi que l’engagement des autorités locales et nationales derrière ce projet sportif et urbain. Plusieurs éléments du bâtiment sont déjà visibles, à l’instar des parois extérieures, des bassins et de deux tours d’une hauteur de 27 mètres.

En présence du Commissaire du Gouvernement en charge du chantier, Balazs Furjes, Cornel Marculescu s’est exprimé au nom de la FINA.

« Nous avons pu discuter de l’avancement du projet, et aujourd’hui, je peux vous dire que nous avons réussi à nous mettre d’accord sur chaque petit détail.

La FINA est fière à l’idée que Budapest pourra disposer d’un héritage fantastique après les Mondiaux 2017″ a notamment affirmé le Directeur exécutif de la Fédération Internationale.

Réceptif à ce bilan d’étape, le Maire de Budapest, Istvan Tarlós, a fait part de sa volonté de mettre en scène le plus grand événement sportif jamais organisé en Hongrie et ce, quelques semaines avant le vote du Comité International Olympique (CIO) à Lima (Pérou).

Une volonté qui a un prix : 49 milliards de forints, soit 157,2 millions d’euros.

Pas de doute, Budapest ne compte pas jouer un rôle de figurant dans la course aux grands événements internationaux, et en particulier, dans la course aux anneaux olympiques.

Les adversaires de la capitale hongroise auraient tort de sous-estimer cette candidature. Une candidature souhaitée et incarnée par un homme : le Premier Ministre Viktor Orbán.