JO 2036-2040 : Guadalajara se positionne pour représenter le Mexique

Une semaine après l’officialisation de la candidature du Mexique à l’organisation des Jeux d’été de 2036 ou 2040, une première ville – attendue – se positionne pour obtenir l’investiture, à savoir Guadalajara, hôte des Jeux Panaméricains en 2011.

Vue nocturne de l’Estadio Akron et de la ville de Guadalajara, Mexique (Crédits – Chivas esports)

Au Mexique, le mois qui s’ouvre va permettre d’installer, le 30 novembre prochain, un Comité Promotionnel pour la candidature à l’accueil d’une édition des Jeux Olympiques et Paralympiques d’été.

D’ici-là, les villes et territoires intéressés peuvent d’ores et déjà se faire connaître auprès des autorités sportives du pays et ce, à l’instar de Guadalajara qui a été la première à franchir le pas et à prendre position.

Dans un tweet publié vendredi 28 octobre – soit deux jours seulement après l’annonce officielle d’une candidature mexicaine formulée par le Secrétaire d’État aux Relations Extérieures et par la Présidente du Comité National Olympique (COM) – le Maire de la deuxième ville du pays a ainsi exprimé son envie d’établir un projet.

Comme l’a exposé Pablo Lemus Navarro :

Suite à l’annonce de la candidature du Mexique pour accueillir les Jeux Olympiques de 2036, Guadalajara aimerait être la ville hôte.

Belle opportunité de promotion du sport et de création d’un projet social en faveur de notre ville, en particulier pour les nouvelles générations.

Cette déclaration – accueillie avec enthousiasme par Marcelo Ebrard, Secrétaire d’État aux Relations Extérieures – devrait être suivie par de nouvelles manifestations d’intérêt au cours des semaines à venir. Ce pourrait en particulier être le cas de la capitale, Mexico, ou de la troisième ville mexicaine, Monterrey.

Quoiqu’il en soit, et ainsi que l’a déclaré le représentant gouvernemental ces derniers jours :

Nous devons instaurer le Comité Promotionnel et déterminer deux choses : quelle ville sera choisie, et quelles autres régions du pays pourront participer [à l’accueil des Jeux].

Le Comité sera composé de personnalités issues du monde des affaires, de la culture et du sport, de tous ceux qui seront impliqués dans la promotion, puis dans la réalisation de ce que signifie l’organisation des Jeux Olympiques.

Les villes ne doivent pas s’adapter aux Jeux, il ne faut pas construire de grands équipements qui ne seront pas utilisés plus tard. Le schéma doit être différent : ce sont les Jeux qui doivent s’adapter aux villes, les compléter et leur être utiles.

Pour Guadalajara, le message semble déjà avoir été entendu, la ville fondant son ambition olympique et paralympique sur l’héritage acquis au travers des Jeux Panaméricains organisés en 2011.

A cette époque, un investissement public officiellement chiffré à plus de 3 milliards de pesos, soit 155,46 millions d’euros, fut enclenché pour aménager les sites nécessaires à l’accueil de l’événement continental, potentiel tremplin en direction des Jeux, tant pour les athlètes participants que pour les territoires hôtes, à l’image de Rio de Janeiro (Brésil). La cité « carioca » avait en effet accueilli les Jeux Panaméricains en 2007, avant de décrocher l’organisation des Jeux d’été de 2016, deux ans plus tard.

Parmi les infrastructures alors édifiées, l’Estadio Akron – d’une capacité avoisinant les 50 000 places – fut mobilisée pour la tenue des Cérémonies d’ouverture et de clôture de l’événement aux plus de 6 000 compétiteurs, et sera prochainement l’un des stades sollicités dans le cadre de la Coupe du Monde de football 2026 organisée entre le Mexique, les États-Unis et le Canada.

Laisser un commentaire