JO 2032 : L’heure du retour pour la candidature du Queensland

Mis en sommeil depuis le printemps en raison de la crise sanitaire et des répercussions de cette dernière en Australie, le projet olympique et paralympique du Queensland fait aujourd’hui son retour dans le concert des candidatures pour 2032.

La Première Ministre du Queensland, Annastacia Palaszczuk, et le Président du CIO, Thomas Bach, le 10 septembre 2019 devant la Maison Olympique à Lausanne (Crédits – CIO / Greg Martin)

Longtemps perçue comme favorite pour décrocher la timbale des Jeux d’été de 2032 avant d’être mise en suspens, la candidature du Queensland entend reprendre sa place et ce, même si d’autres territoires se sont déclarés intéressés au cours des derniers mois en intégrant la nouvelle phase de dialogue instaurée par le Comité International Olympique (CIO).

En novembre, en marge de la visite au Japon du Président du CIO, le Premier Ministre de l’Australie avait d’ailleurs amorcé le retour au premier plan du projet conçu autour de Brisbane et d’une dizaine de villes de l’État du Queensland, le deuxième plus vaste État du pays. Face à Thomas Bach, Scott Morrison avait alors réitéré le soutien gouvernemental à l’égard du projet imaginé pour reprendre le flambeau de la célébration des Jeux de Sydney 2000.

Après cette amorce, une nouvelle prise de position institutionnelle a permis de confirmer la démarche du Queensland. En ce début du mois de décembre 2020, la Première Ministre du Queensland, Annastacia Palaszuk et le Président du Comité Olympique Australien (AOC), par ailleurs membre du Comité International Olympique et Président de la Commission de Coordination des Jeux de Tokyo 2020, John Coates, ont en effet pu échanger sur les travaux à venir pour encourager et développer la candidature.

Comme l’a en ce sens fait savoir la Première Ministre :

Nous avons eu des discussions très positives sur la possibilité de futurs Jeux Olympiques ici dans l’État du Queensland en 2032. La journée a été très importante dans la mesure où nous avons pu discuter de la nécessité de réunir à nouveau notre groupe de travail au début de la nouvelle année pour examiner les prochaines étapes à atteindre.

Nous allons désormais envoyer une lettre au Président du CIO, Thomas Bach, pour lui demander de nous ternir informé des progrès des Jeux Olympiques de Tokyo. Il est très important que nous puissions percevoir ce qui se passe avec les Jeux de Tokyo 2020 dans ce monde post-COVID et nous espérons voir apparaître des signaux positifs.

Mais au-delà de la demande d’information prochainement adressée au Président du CIO, les autorités du Queensland entendent surtout réaffirmer le soutien derrière un projet olympique et paralympique techniquement solide, élaboré et affiné durant les derniers mois écoulés pour correspondre au mieux aux nouvelles exigences liées à l’Agenda 2020 et à la Nouvelle Norme.

Aussi, pour preuve de ce regain d’intérêt des pouvoirs publics, la Première Ministre de l’État a précisé que le Ministre des Sports, Stirling Hinchliffe, travaillerait dès à présent en lien avec le groupe de travail. Elle a par ailleurs invité John Coates à venir s’exprimer devant les membres du gouvernement d’ici février 2021.

Le Président du CIO, Thomas Bach, et le Premier Ministre de l’Australie, Scott Morrison, le 17 novembre 2020 (Crédits – CIO / Greg Martin)

Si aucune décision olympique ne sera prise avant la tenue des Jeux reportés de Tokyo 2020 à l’été 2021, et tout en maintenant une attention rigoureuse sur l’évolution du contexte sanitaire, les choses pourraient s’accélérer par la suite, le CIO pouvant être soucieux d’utiliser la fenêtre de tir qui précédera l’organisation des Jeux de Pékin 2022.

Cela laisserait alors près de dix ans au Territoire-Hôte pour se préparer à l’accueil de Jeux d’une nouvelle dimension, immanquablement impactés par les leçons liés au Covid-19.

Le Queensland espère bien sûr relever ce challenge, en succédant à Paris 2024 et à Los Angeles 2028. Néanmoins, la candidature devra nécessairement redoubler d’efforts pour écarter ses rivales aujourd’hui déclarées – Rhénanie du Nord-Westphalie (Allemagne), Qatar, Inde, Indonésie et éventuellement la Chine – mais surtout pour convaincre les autorités de mettre la main au portefeuille.

Car bien que les élus locaux, régionaux et fédéraux soient unis à l’heure actuelle par le désir d’accompagner la candidature, la question du financement ne sera pas à négliger, les différents échelons devant in fine contribuer à la mise en œuvre du projet si d’aventure Queensland 2032 venait à être désigné par le CIO.

Laisser un commentaire