JO 2030 : Sapporo maintient un vif intérêt pour les Jeux d’hiver

Ville Hôte des Jeux d’hiver en 1972, la ville de Sapporo (Japon) se prépare aujourd’hui à accueillir le marathon et les épreuves de marche de Tokyo 2020. Une façon de renouer avec l’esprit des Jeux en prévision, peut-être, d’un nouveau projet hivernal.

Il faut dire que la cité nippone, capitale préfectorale de Hokkaïdo, a engagé depuis 2014 une réflexion sur l’opportunité d’une candidature olympique et paralympique.

L’échéance alors visée semblait être 2026. Mais en raison du puissant séisme qui a ravagé la région l’an passé, et compte-tenu des répercussions et chantiers à mener, Sapporo a finalement préféré décliner tout projet à court terme, renvoyant à une autre échéance l’étude d’une éventuelle candidature.

Vue du domaine skiable de Niseko avec, au loin, le mont Yōtei (Crédits – Niseko United)

Désormais, Sapporo semble donc se focaliser sur 2030, année olympique qui entrera pleinement dans le cadre des nouvelles normes adoptées par le Comité International Olympique (CIO) au travers de l’Agenda 2020 et dernièrement, de la Nouvelle Norme.

Aussi, il est à penser que les artisans d’un projet reprendront les grandes lignes du document réalisé pour 2026, avec notamment l’intégration de la station de ski de Niseko Annupuri.

A l’heure actuelle, des aménagements sur le domaine skiable de Niseko sont en cours. Cela devrait conduire à inclure la station pour l’organisation d’une part majeure des épreuves alpines. Cette donnée se trouve d’ailleurs renforcée par la récente visite sur place d’une délégation de la Fédération Internationale de Ski (FIS) qui, selon les médias locaux, aurait souligné la qualité des pistes (difficultés techniques, dénivelé, enneigement, etc.).

Située à une centaine de kilomètres et deux heures de route au Sud-Ouest de Sapporo, la station pourrait ainsi accueillir le slalom, le slalom géant, le Super G et la descente.

Si l’on se fonde sur le document de 91 pages édité en 2016, les porteurs d’une candidature envisageraient alors l’aménagement de tribunes temporaires d’une capacité de 18 000 places aux pieds des montagnes (1 308 mètres d’altitude).

Vue du domaine skiable de Niseko (Crédits – Sapporo 2026)

En se basant sur un domaine skiable existant et reconnu où un projet d’extension est envisagé, Sapporo pense immanquablement à l’héritage des Jeux comme une autre probable candidature.

Récemment, une entreprise américaine a en effet présenté un projet d’aménagement de près de 365 hectares de pistes de ski et jusqu’à sept nouvelles remontées mécaniques sur un site limitrophe de Deer Valley (Utah, États-Unis), à une soixantaine de kilomètres de Salt Lake City et non loin de Park City qui fut l’un des secteurs-clés des Jeux d’hiver de 2002.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.